Tendre voyou Vol.4 - Actualité manga

Tendre voyou Vol.4

Rédaction
Lecteurs
18.50 /20

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 26 Avril 2010

Dans ce dernier tome, on retrouve le couple Towa / Mikado qu’on avait d’ores et déjà suivi dans les deux premiers volumes de la série. Bien que leur histoire soit bien ancrée dans le récit, explicite et totalement partagée, Towa surjoue l’imbécile en n’avouant que le fait que leur relation ne soit pas de l’amitié … Un peu juste, étant donné ce qu’ils font lorsqu’ils sont seuls … Cette naïveté est bien trop exagérée ici, l’auteur en fait des tonnes pour pas grand-chose et quand Mikado veut dormir avec l’élu de son cœur, c’est le drame. Malgré leurs étreintes, leur liaison reste ambiguë pour Towa qui a du mal à accepter tout ça … Lorsqu’il passe le cap, c’est autre chose que lui demande Mikado. Pas une démonstration d’amour par le sexe ou le plaisir charnel, non. Quelque chose d’autre, que Towa a du mal à cerner. Mais petit à petit, Mikado le guide vers la découverte de ses sentiments et vers les mots, si évidents, qu’il doit à son partenaire. Ce tome conclue alors correctement la série, bien que l’auteur promette une suite. A quoi s’en tenir ? Mystère.


Il est bien difficile de se comprendre quand on n’est pas sur la même longueur d’onde et lorsque les deux partis n’attendent pas la même chose d’une relation, et c’est ce point précis qui est développé dans le volume. Un peu juste, surtout qu’il ne s’y passe pas grand-chose de palpitant. Un peu d’humour, d’érotisme et de candeur, le mélange que la mangaka réutilise encore et encore et qui perd à présent de son impact. Ceci dit, Towa est attendrissant et touchant, avec sa maladresse et sa frousse de la vérité. Une conclusion un peu légère, mais qui n’aurait pu que difficilement amener plus. Enfin, l’auteur finit sur un extrait de quelques pages sur la relation entre un chat transformé en humain et son maître. Sans intérêt, même pas sensuel puisque leur relation charnelle n’est pas dessinée. Bref, rien. Du grand n’importe quoi qui laisse une note assez amère dans la gorge. Il aurait mieux valu ne rien en faire … 


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
NiDNiM
13 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs