Spiritual Princess Vol.6 - Actualité manga

Spiritual Princess Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 30 October 2019

Le mois d'octobre a déjà filé, et Shun est rentré de son mois de formation ! Seulement, quelle sera sa réaction en apprenant qu'Akihime n'a pas tout à fait suivi ses conseils et qu'elle s'est laissée amadouer par des inconnus, en l'occurrence Eisuke Soga ? Epaulé par son kenzoku hibou, "Gorôbô d'Ishizushi" a en effet pu obtenir un rendez-vous de la part de notre chère Tarôbô en vue du nouvel an...

Cet élément constitue l'un des points essentiels de ce volume, et il régale assez pour tout ce qu'il a à nous dire sur les personnages concernés. Toujours un peu trop immature, l'attachante Akihime se dit qu'il n'y a sans doute aucun problème concernant ce futur rendez-vous, mais a-t-elle réfléchi à tout ? Après tout, son prétendant et le hibou qui l'accompagne cachent peut-être quelque chose, et peut-être qu'une fois à Ishizushi elle ne pourra jamais retourner chez elle... Tandis qu'elle finit par prendre conscience de sa bourde, notre héroïne ne sait par vers qui se tourner pour l'aider... sans forcément se rendre compte que sa main tient déjà la manche de Shun... Shun, toujours là pour elle, et qui le montrera encore bien souvent. Que ce soit pendant le rendez-vous en lui-même, où il finit par être missionné par Kotoku, ou plus tard, en filigranes, en montrant toujours ses piques de caractère quand Aki ne fait pas ce qu'il faut. Et tandis que Shun, toujours aussi sérieux, ne montre absolument rien de ses sentiments, notre héroïne, elle, se surprend à s'inquiéter sur plein de petites choses, notamment l'idée que son ami d'enfance pourrait tomber amoureux de la si mignonne Momiji.

Ce qui est vraiment plaisant dans la relation entre les deux amis d'enfance, c'est que la mangaka ne nous prend pas par la main pour nous faire comprendre tout l'attachement qu'ils ont l'un pour l'autre. Ce sont toutes les petites attentions, les pensées, ou certains petites gestes comme l'instant où Aki tient la manche de Shun, qui nous font bien comprendre que ces deux-là représentent énormément l'un pour l'autre, que la jeune fille pense toujours plus à Shun, tandis que l'on peut deviner le ressenti du monolithique garçon derrière tout ce qu'il fait pour Aki.

Mais Aki et Shun sont loin d'être les seuls en vue dans ce volume, car au fil des événements incontournables de l'hiver (la fête de Noël et ce qu'elle représente sur le plan amoureux, un passage à la patinoire où tout le monde est loin d'être doué, l'arrivée de la Saint-Valentin), Nao Iwamoto s'applique toujours plus sur les différents tourments sentimentaux des amies d'Aki, de Kin à Akazawa en passant par Midori, et à chaque fois il y a des choses intéressantes à en retirer, comme une petite découverte du passé commun de Midori et Yukari, sa peur de ne plus pouvoir voir le garçon après le lycée, la prise de conscience par Akazawa que Saburôbô est avant tout un renard... L'autrice ne néglige pas ses personnages secondaires, les travaille tout doucement tout en prenant soin de leur faire avoir des interactions animées, pour un ensemble qui sait alors se faire vraiment attachant.

Et puis, bien sûr, Iwamoto continue de très bien jouer sur nombre de petits éléments traditionnels et folkloriques (souvent explicités par des notes de traduction soignées), et elle peut toujours compter sur la clarté de son trait et la réussite de ses décors assez souvent présents. A tout ceci, il faut ajouter le petit point intrigant voire inquiétant dont Shun fait part au hibou, concernant ses rêves de mauvais présage qu'il fait depuis toujours concernant Akihime, et on obtient un volume bien complet, qui confirme tout le charme de cette série.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News