Skip Beat! Vol.21 - Actualité manga

Skip Beat! Vol.21

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 11 May 2012

Après un tome de transition qui nous emmenait dans l’anniversaire surprise de Kyôko ainsi que la fête de remerciement qu’elle organise avec Maria, on revient enfin un peu dans l’histoire principale. C’est d’abord doucement que l’on s’y aventure, puisque notre héroïne reprend ses activités, se passionnant en parallèle pour les cadeaux qu’elle a reçu pour son anniversaire. Et notamment la rose de Ren, simple fleur ou détentrice d’un secret plus précieux que le jeune homme peine à lui faire accepter ? Heureusement, il la connait par cœur et parvient sans problème à faire passer pour un joli conte de fée un cadeau qui à l’origine aurait dû embarrasser Kyôko. Mais le fil directeur de ce tome, c’est avant tout le retour aux origines avec le nouveau rôle de notre héroïne. Celle-ci n’arrive pas à jouer à Natsu, et quand elle essaye de la comprendre le producteur la réprimande en lui demandant de jouer les scènes « méchantes » comme Mio, qui n’a pourtant rien à voir avec Natsu, et les autres scènes comme une « lycéenne normale ». Mais Kyôko ne sait pas ce que c’est que de bavasser inutilement, de se divertir au lieu de travailler et de se prendre la tête sur des sujets de pacotille. Alors non, elle ne parvient pas à jouer son personnage.

Heureusement, Ren ne la laisse pas se morfondre et c’est avec une envie nouvelle qu’elle essaye de comprendre Natsu, et surtout de la faire s’éloigner du rôle de Mio qui lui colle à la peau et que personne ne souhaite manifestement voir disparaitre. Mais entre les prises de tête, les brimades des autres actrices, les pannes d’inspiration et les prises de bec avec le réalisateur, la pauvre Kyôko ne sait plus trop où elle en est. C’est bien le moment pour l’auteur de sortir une nouvelle rivale, personnage manifestement très hypocrite qui pourrait donner lieu à de belles scènes par la suite. Un tome qui renoue avec l’essence même de la série, qui nous relie avec ce que l’on connait si bien. Pour l’instant ce n’est qu’une mise en bouche et certains passages sont maladroits voire un peu longs, toutefois la suite nous promet encore une fois du grand spectacle. Et puis, Kyôko nous émerveille toujours autant avec le retour de ses doutes et de ses manies un peu étranges ...


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
NiDNiM

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News