Saisons, Nacchan et moi (les) - Actualité manga

Saisons, Nacchan et moi (les)

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 17 June 2021

La fin du mois de mai a vu le catalogue de la collection Hana des éditions Boy's Love accueillir une nouvelle jeune autrice en la personne de Sagan Sagan, qui plus est avec la toute première oeuvre de sa carrière professionnelle. De son nom original Haru to Natsu to Nacchan to Aki to Fuyu to Boku (littéralement "Le printemps, l'été, Nacchan, l'automne, l'hiver et moi"), Les saisons, Nacchan et moi est une oeuvre d'environ 160 pages, composée de 13 courts chapitres dont le dernier est un bonus, et qui a été prépubliée au Japon dans le courant de l'année 2018 dans le magazine Baby des éditions Fusion avant de voir son unique tome broché paraître le 22 septembre de la même année.

L'oeuvre nous propose tout simplement de suivre une année de la vie lycéenne de deux garçons de 17 ans, Shima et Natsuo, deux amis d'enfance au lien presque fusionnel, et qui vivent quelque part en pleine campagne. A présent, leur si forte amitié a mué en autre chose, des sentiments qu'ils apprennent encore à découvrir, sans pour autant changer quoi que ce soit dans le lien qui les unit depuis longtemps. Simplement, ils profitent quotidiennement de leur relation et du cadre qui les entoure, en étant tout simplement heureux au fil des mois qui passent.

La première chose qui marque quand on débute la lecture, c'est le format adopté par Sagan Sagan. En dehors du 13e et dernier chapitre qui est un bonus comme déjà dit, chacun des 12 autres chapitres s'axe sur un mois en particulier, de façon chronologique, du mois de juillet jusqu'au mois de juin de l'année suivante. Et au sein même de chacun de ces courts chapitres, en dehors de quelques exceptions via des anecdotes s'étirant sur deux ou trois pages, la mangaka prend une formule proche du 4_koma: chaque page offre un petit instant de vie, très souvent en 4 longues cases horizontales, mais pas toujours.

Cela implique certaines choses: il ne faut pas compter sur une narration très pointue puisque les différents moments de vie pourraient presque se suffire à eux-mêmes, ni même à avoir un réel début et une réelle conclusion. On assiste simplement à cette année de vie ensemble de deux adolescents, et c'est tout. Ca pourrait évidemment frustrer une part du lectorat, mais il faut bien se dire que l'intérêt est tout autre: en s'écoulant ainsi tout simplement au rythme des mois, au gré de différents courts instants de vie relevant bien souvent de l'anecdote, Sagan Sagan nous invite à nous poser tranquillement auprès de ce duo heureux, et à profiter du moindre de ces instants de vie. Des instants pouvant être autant très fugaces que ponctués d'événements plus importants pour la vie des deux garçons (la Saint-Valentin, le changement de classe...). Des instants où l'autrice sait correctement exploiter en surface des caractéristiques propres à chaque mois et saison. Des instants créant entre nos héros des souvenirs aussi futiles qu'inoubliables, et donc essentiels, en procurant un certain bien-être intérieur au lecteur en toute simplicité. Qui plus est, le tout est servi dans un style visuel franchement enthousiasmant: Sagan Sagan sait très joliment exploiter l'horizontalité de ses cases pour offrir des vues et focus réussis, que ce soit les paysages omniprésents au premier ou au deuxième plan avec les personnages qui s'y promènent, ou les vues plus rapprochées sur les protagonistes et leurs visages. Il y a bien quelques légères irrégularités, mais dans l'ensemble c'est franchement joli et assez généreux.

Côté édition, c'est du bon travail. La première page en couleur est appréciable, le papier et l'impression sont de qualité tout à fait honorables, et la traduction d'Amandine Martel est claire.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News