Ragna Crimson Vol.1 - Actualité manga

Ragna Crimson Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 14 Mars 2019

Chronique 2
  
Le catalogue Dark Kana s'enrichit avec un nouveau titre de Dark Fantasy pour lequel l'éditeur a fait une belle campagne de promo, laissant supposer qu'il compte pas mal sur ce titre!
Edité par Square Enix au Japon, le titre est toujours en cours de parution avec quatre tomes et nous permet de découvrir son auteur, Daiki Kobayashi, pour qui c'est le troisième titre mais le premier à paraître en France!
Comme la couverture le laisse supposer nous allons suivre un chasseur de Dragons dans un monde de fantasy avec ses codes et ses clichés...
En route donc pour une nouvelle aventure!

Les dragons sont des créatures démoniaques qui ravagent les villes, seuls les chasseurs de dragons peuvent les exterminer grâce à leurs épées d'argent, en effet ceux ci ne craignent que l'argent et le soleil!
Ragna est un jeune homme qui accompagne la jeune prodige Léonica dans sa chasse contre les monstres. Celle ci, bien que n'ayant que douze ans est déjà connue comme étant la plus redoutable des chasseuses, Ragna ne lui arrivant pas à la cheville!
Notre jeune héros est envahie de cauchemars où il voit Léo mourir; se sentant impuissant il veut devenir plus fort pour la protéger.
Un jour leur cité subit une attaque de plusieurs dizaines de dragons, y compris des monstres à apparence humaine, totalement impuissant Ragna se retrouve aux portes de la mort, même Léonica n'arrivant à repousser l'assaut!
Ragna va alors avoir une étrange vision: son moi futur va lui apparaître et lui expliquer toute la détresse qu'il a connu de ne pas avoir été suffisamment fort lorsqu'il le fallait, mais après des années de combats et d’entraînement il possède désormais une force incroyable, pouvant rivaliser avec les plus puissants des dragons...il a voyagé dans le temps pour confier cette force à son moi passé afin qu'il ne connaisse pas la même peine! Ragna va alors reprendre le combat et faire preuve d'une puissance insoupçonnée...

Dés le départ il est clair que nous sommes dans un univers de fantasy (dark ou pas, nous verrons sur la longueur, pour le moment on est bien loin de la violence et de la sauvagerie d'un Berserk, d'un Claymore ou encore d'un Ubel Blatt) et l'auteur choisit de nous présenter ses dragons en introduction...il choisit d'en faire des créatures craignant le soleil et l'argent...en gros il nous fait un mix entre dragons et vampires, ce qui va se confirmer lorsqu'on va voir apparaître les premiers dragons à apparence humaine.
Ensuite nous découvrons notre binôme de héros, Ragna en premier lieu sur lequel nous reviendrons et Léonica qui visiblement n'est pas destiné à être un personnage récurrent!
Et là, de suite, nous sommes frappés par la débilité de ce qui nous est proposé: elle n'a que douze ans! Certes c'est un génie, mais elle a 12 ans! Si certains d'entre vous connaissent des enfants de douze ans, essayer de les visualiser en tant que tueur de dragons sans pitié...c'est absolument ridicule!
Ça l'est d'autant plus que tous les autres chasseurs de dragons la craignent! Et dès ce premier tome nous allons assister à une surenchère qui n'a rien à envier à DBZ ou à Bleach: Léo est la plus puissante des chasseurs, elle va faire face à un monstre contre lequel elle sera impuissante...Ragna va acquérir son nouveau pouvoir et va écraser sans cligner des yeux le dragon en question...qui se trouve au final être en bas de l'échelle... Subtilité zéro!

Deux autres dragons à apparence humaine et surpuissants vont également apparaître dans ce tome, pour eux aussi se faire écraser aussi rapidement! Quel est le but de tout ça? On a compris que le personnage principal est fort, s'il n'y a aucun challenge, aucun enjeu, il n'y a aucun intérêt non plus...ce n'était pas la peine de le faire affronter trois dragons pour qu'on comprenne sa puissance.
Et ce n'est pas la personnalité de Ragna qui va rattraper tout ça puisqu'il s'avère totalement creux et inexistant! Certes il est puissant mais ça ne suffit pas à lui conférer une personnalité. Il est totalement effacé, mis à part sa crainte de perdre Léo, il semble totalement vide d'émotion, se battant sans afficher la moindre expression, suivant bêtement un personnage en étant particulièrement lourd (cela est imposé par le scénario, mais cela n'empêche pas qu'il soit vraiment très lourd)... on ressent une volonté d'en faire un personnage "bad-ass"...mais ça ne fonctionne pas du tout!
Malgré l'éviction assez rapide de Léonica, Ragna ne sera pas seul puisqu'il partagera sa quête avec Crimson, le roi dragon qui veut trahir les siens bien qu'on ignore encore pourquoi.
Pour l'heure on ne sait pas encore grand chose sur ce personnage intrigant qui a au moins le mérite de nous présenter les six clans de Grands Dragons!

Le titre ne parvient pas réellement à nous emballer du fait d'un univers assez cliché, de son personnage sans grand intérêt mais il faut lui reconnaître une excellente idée, celle du voyageur dans le temps qui apporte toutes les connaissances (en l’occurrence ici le pouvoir) dont il a besoin à son moi passé! Qui n'a jamais fantasmé de retourner dans le passé pour communiquer avec son moi du passé, pour savoir ce qui attend, ou pour corriger des erreurs?
C'était une excellente idée, mais maintenant qu'elle a été exploitée, que va t-il en rester pour la suite?

Au niveau du dessin, c'est un peu comme le reste, il n'y a rien de bien original, on a déjà vu ça; il nous rappelle notamment le trait de With Hunter.

Un premier tome pas spécialement passionnant, on attendait clairement mieux d'un titre sur lequel Kana semblait miser...à voir comment le titre va évoluer, mais encore faut il avoir envie d'aller au delà de ce premier opus qui est bien loin de se démarquer du lot!
  
  
Chronique 1
  
La nouveauté shônen sur laquelle les éditions Kana comptent beaucoup en ce début d'année 2019 est assurément Ragna Crimson. Lancée au Japon en 2017 chez Square Enix dans le magazine Gangan Joker (un magazine shônen un peu plus mature, où on a aussi vu passer Dusk Maiden of Amnesia,Gambling School, Les Mémoires de Vanitas...), cette oeuvre est la 3eme du mangaka Daiki Kobayashi, mais la 1e à paraître dans notre pays. Elle a eu droit ces derniers mois à une assez importante campagne publicitaire de la part de Kana, et son premier volume connaît même une édition collector contenant un fourreau cartonné avec une illustration exclusive, mais aussi un décorama. De beaux efforts de la part de l'éditeur, donc, mais il reste à voir si l'oeuvre vaut le coup.

Dans un monde imaginaire, les dragons sont un véritable danger pour les humains. Existant depuis des temps très reculés, ces êtres démoniaques adorent la chair humaine, si bien que les humains les craignent et les considèrent comme leurs pires ennemis. Seulement, ces puissantes créatures n'ont que deux points faibles: la lumière du Soleil, et l'argent. Pour les tuer, il existe donc deux méthodes: geler leur sang grâce à une aura argentée dégagée par une arme en argent, ou les blesser avec une épée en argent avant de les brûler à la lumière du Soleil. Les tuer est la spécialité des chasseurs de dragons, qui touchent une récompense à chaque fois qu'ils parviennent à en éliminer un. Ragna fait partie de ces chasseurs... mais il est loin de briller et se contente de servir de partenaire à Leonica, une jeune fille de 12 ans qui n'est autre que la chasseuse numéro 1 des environs, vue par tout le monde comme un véritable prodige. Par rapport à elle, Ragna est vraiment faible... mais ça ne les empêche pas, tous les deux, d'entretenir une profonde relation, un peu comme celle qu'auraient un grand frère et une petite soeur très attachés l'un à l'autre. Situation qui vaut à Ragna quelques jalousies, puisque certains chasseurs plus forts que lui se verraient bien partenaires de Leo. Mais tout aussi forte Leo soit-elle, elle n'est pas invulnérable, et Ragna va vite l'apprendre de façon cruelle à travers une vision annonçant le pire... Pour s'oppose au destin cruel qui attend ce qu'il a de plus cher au monde, Ragna va devoir rapidement devenir beaucoup plus fort, et non sans contrepartie...

Malgré l'épaisseur très appréciable de ce premier tome (environ 250 pages !), le récit démarre plutôt vite en n'exposant qu'en surface l'univers, les principaux personnages, leur relation... et ce sera toujours comme ça par la suite, Daiki Kobayashi n'entrant quasiment jamais dans de vrais approfondissements et jouant surtout sur des éléments de façade, notamment dans la relation de Ragna avec Leo ou dans son passé et son côté "maudit". De ce fait, il n'est pas forcément évident de tout de suite accrocher à la lecture, et ça pourrait durer ainsi pendant tout le tome puisque la suite continue sur un rythme plutôt rapide en ne prenant pas toujours soin de parfaitement exposer tous les grands enjeux, on pense ici au statut de "Crimson" qui est un peu mis en place de façon rushée. En prime, certains lecteurs pourraient facilement ressentir un petit malaise face à la nature de la relation entre Ragna et Leo: ils sont vraiment tout l'un pour l'autre, au point que Ragna se plie à tous les désirs de Leo, prend son bain avec elle, la lave, lui brosse les dents, dort avec elle, la prend sur ses genoux pour manger... Sachant qu'elle n'a que 12 ans, il y a un petit côté lolicon qui pourrait rebuter selon la sensibilité de chacun, même s'il n'y a rien de réellement suggestif.

Et pourtant, en dehors de ces problèmes, Ragna Crimson pourrait tout à fait trouver son public, car l'auteur y distille pas mal d'idées intrigantes, qui peuvent vraiment donner quelque chose de bon si elles s'avèrent bien exploitées sur la longueur. Il est difficile d'en dire plus sans spoiler, mais on peut évoquer le fait que Ragna se retrouve avec la mémoire d'un autre "lui" du futur (ce qui fait qu'il a des visions terrible de Leo se faisant tuer), son acquisition d'une force invraisemblable qu'il devra apprendre à maîtriser, son statut de "maudit" l'obligeant à prendre une décision difficile vis-à-vis de celle qu'il veut plus que tout protéger, le mystère en tournant Crimson, le fait qu'il n'aurait lui-même plus longtemps à vivre... En bref, il y a suffisamment de choses qui intriguent vraiment, et quelques idées un peu originales qui peuvent titiller la curiosité. Qui plus est, même si le rythme est souvent trop soutenu pour pouvoir apporter de vrais approfondissements, ça a au moins le mérite d'offrir au moins un climax important à chacun des 3 longs chapitres composant ce premier volume.

Visuellement, Kobayashi développer un trait plutôt bien à lui. Ses designs de personnages sont plutôt classiques, Ragna a une dégaine très lambda tandis que Leo affiche souvent des frimousses juvéniles, et en réalité l'auteur brille surtout dans certains designs de dragons assez denses et recherchés. Qui plus est, l'artiste a le grand mérite de ne négliger aucunement les décors et les fonds, qui sont très présents et assez travaillés, même si parfois cela nuit un peu à la lisibilité de l'action lors des moments plus mouvementés et tendus.

Sur ce premier tome, Ragna Crimson pose donc des bases à la fois maladroites et très intrigantes. Ces débuts ont assurément des défauts, mais également pas mal d'idées qui, si elles sont maîtrisées par la suite, pourraient faire de ce récit d'aventure/fantasy quelque chose de vraiment efficace et qui pourrait très facilement gagner en puissance.
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

11 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

13.25 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News