Puella Magi Kazumi Magica - The innocent malice Vol.5

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 02 Décembre 2014

La vérité s'est dévoilée sur l'identité de Kazumi, et par la même occasion les desseins et le passé tragique de ses compagnes a éclaté au grand jour, avec ce que ça implique de cruauté liée à la condition des Puella Magi. Sur ce dernier point, il n'y a pas grand-chose à reprocher à ce final, qui réinterprète la mythologie PMMM avec un certain intérêt, via des héroïnes qui ont cherché à aller à l'encontre du système.


De même, on a un dernier volume qui aurait pu être satisfaisant dans ses retournements de situation et dans le rôle de la plupart des personnages, notamment notre héroïne bien sûr, mais aussi Kanna, et une créature bien connu des fans de PMMM qui fait ici un retour remarqué.


Mais malheureusement, les choses sont, comme toujours, plombées par un travail narratif et visuel catastrophique. Takashi Tensugi et Masaki Hiramatsu, comme dans les volumes précédents, se montrent bien incapables de mener comme il se doit une oeuvre visuellement brouillonne et inconsistante, et dont on a du mal à cerner tous les enjeux tant ça passe souvent du coq à l'âne, ça expédie les bouleversements censés être les plus importants. Il faut s'accrocher, jusqu'à un final sans intensité et sans panache, qui en plus ne conclut pas tout de façon satisfaisante, mais a au moins le mérite d'insister suffisamment sur la condition des jeunes combattantes.


Arrivé à la fin de la série, il y a la sensation d'un potentiel gâché. Il y avait clairement de bonnes idées, une reprise du concept de PMMM qui aurait pu être intéressante. On se dit clairement que l'oeuvre aurait donné un meilleur résultat entre d'autres mains.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
6 20
Note de la rédaction