Prisonnier Riku Vol.30

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 26 April 2019

Riku et les siens s'approchent de la sortie, et comptent passer par la machine d'évacuation des débris pour atteindre le point de rendez-vous fixé avec Renoma. Sur le trajet, un poste de surveillance pourrait leur faire obstacle. Tanaka décide d'y jeter un œil, et va faire la découverte la plus terrifiante qui soit, confirmant une fois encore toutes les horreurs dont Kidôin est capable pour mener à bien son projet...

Si on pouvait regretter que, depuis le tome 23, Prisonnier Riku soit entré dans une nouvelle phase d'évasion, force est de constater que Shinobu Seguchi fait tout pour apporter du renouveau à ce second arc, et tente de briser la routine de l'oeuvre à bien des reprises. Si le plan d'évasion du côté de Riku s'avère très simple, les obstacles rencontrés par la bande attestent l'imagination de l'auteur dont les nouveaux délires pourront surprendre, voire amuser, dans un premier temps, mais servent finalement un véritable propos. Chacun sera juge de cette petite trouvaille qui a le mérite d'apporter une réelle intensité aux péripéties, tout en se dotant d'une dimension à la fois haute en couleur, mais finalement tragique dans le fond.

Mais le génie de l'auteur vient bien de la suite, à savoir le cœur du tome, qui va constituer une impressionnante montée en puissance pour aboutir à un final cruel, à l'image des projets de Kidôin. Tout pourra sembler simple, beaucoup trop simple même, dans cette nouvelle évasion de Riku et les siens. Mais ça, c'est parce que l'auteur joue avec nos nerfs et nos attentes, et semble prévoir une suite beaucoup plus intense et moins linéaire que ce qu'on pouvait imaginer. Alors, comme souvent dans la série, l'espoir laisse place à la désillusion, ou au cauchemar dans le cas présent. Et encore une fois, ce déluge de tonalité passe par une imagerie particulièrement en fin de tome. Tandis que Riku et les siens tentent de s'échapper, des événements graves se profilent en toile de fond, et le parcours de Renoma prend une importance toute particulière.

Mais c'est finalement le final de ce tome qui a de quoi chambouler. Si la série s'est régulièrement montrée tragique, sa violence était finalement atténuée. Du moins, elle l'est pas rapport aux dernières pages du tome, particulièrement brutales aussi bien dans les événements dépeint que dans la manière que choisit l'auteur pour les montrer. Son parti-pris est particulièrement choquant : il image une nouvelle fois les événements du récit par une symbolique visuelle qui ne laisse pas de place aux doutes. A ce jour, jamais la série ne s'était montrée aussi brutale dans ce qu'elle montrait, et il y a fort à parier que ce final aura une incidence sur les prochains tomes.

Ainsi, après un début de nouvel arc qui sortait moins des sentiers battus, Shinobu Seguchi nous propose une véritable apothéose à travers la nouvelle évasion de Riku et des siens. A 8 tomes de la fin de la série, on sent que Prisonnier Riku se rapproche de son climax, ce qui se traduit ici par un final brutal et choquant. La contre-attaque contre Kidôin semble plus que méritée, et on a hâte de voir quelle couleur elle prendra.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News