Pokémon - la grande aventure - Soleil et Lune Vol.1 - Actualité manga

Pokémon - la grande aventure - Soleil et Lune Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 14 Novembre 2017

La licence Pokémon brille d'une longévité toujours plus exceptionnelle. Existant depuis 21 ans désormais, elle a donné lieu à pas moins de 28 jeux pour la saga principale, des dizaines de jeux dérivés, différents anime dont une série-fleuve qui a désormais franchi le cap des 1000 épisodes, vingt films d'animation (et bientôt un film live), mais aussi un manga-fleuve : Pokemon Special, aka Pokémon – La Grande Aventure chez nous. Titre scénarisé par Hidenori Kusaka et dessiné par l'illustratrice Mato au départ, cette dernière a laissé sa place à Satoshi Yamamoto au cours de l'arc Or, Argent et Cristal. Toujours actif, le duo a atteint les 62 tomes lors de la conclusion de l'arc Rubis Omega et Saphir Alpha.


En novembre 2016 sortent les jeux Pokémon version Soleil et Pokémon version Lune. Évidemment, les deux jeux inspirent un arc du même nom pour Pokémon – La Grande Aventure, une partie de l'histoire que nous découvrons en France juste avant la sortie des versions Ultra Soleil et Ultra Lune.


A l'instar du jeu, l'action se situe sur l'archipel tropical d'Alola. Soleil est un jeune coursier vivant sur l'île de Mele-Mele. Son rêve ? Atteindre un objectif de 100 millions de pokédollars ! En mission dans un job donné par deux lascars de la méprisable Team Skull, Soleil fait un jour la rencontre de Lune, une demoiselle fraichement arrivée sur l'île et qui doit rencontrer le professeur Euphorbe. En parallèle à cette rencontre, les gardiens des îles, des pokémon légendaires, se réveillent. Pour calmer leur colère, le doyen Pectorius décide d'organiser un tournoi entre dresseurs de l'île Mele-Mele...


Nouvel arc de Pokémon – La Grande Aventure, et nouveau contexte. Ce premier tome (ou le 63ème de toute la saga) nous place dans la région d'Alola, une zone originale par son climat tropical et ses coins ensoleillés. Les jeux Soleil et Lune sont des versions qui se sont démarquées par leurs nouveaux concepts, mais aussi le chamboulement total du schéma, troquant les quêtes des arènes contre le fameux « Tour des îles ». Alors, ce nouvel arc avait déjà tout le matériel pour sortir du lot, les auteurs ayant dû jusqu'ici redoubler d'imagination pour diversifier leurs aventures sans dépeindre une classique collecte de badges.


Pourtant, sur les premières pages, les auteurs nous livrent une introduction somme toute classique, et surtout éloignée du concept du Tour des Îles. Alors que le jeu proposait une introduction déjà innovante, Hidenori Kusaka a choisi de faire à sa sauce histoire de mêler les destins de Soleil et de Lune, les deux protagonistes du récit, tout en plantant les nombreux personnages secondaires qui forment l'intrigue. Après un début de tome haut en couleur et permettant de cerner deux héros aux tempéraments sympathiques, ce qui laisse entrevoir une alchimie amusante et réussie entre les deux, c'est par un tournoi que l'arc de la septième génération se met en place, un moyen classique de voir les dresseurs phares à l’œuvre, étonnant même puisque certaines figurées apparaissant bien plus tard dans le jeu entrent déjà en action.


En soi, le tournoi se révèle classique, mais très bien rythmé, mais c'est surtout ce qui gravite autour de la compétition qui attire notre curiosité et laisse entrevoir la manière dont les deux auteurs vont faire leur le scénario des jeux. Le Tour des Îles est finalement évoqué, mais certains instants des premières minutes du jeu ont aussi lieu. A ce titre, l'équilibre entre les deux protagonistes semble parfaitement trouvé, l'un étant au cœur du Tour des Îles tandis que le second est au centre de l'intrigue des pokémon légendaires. Les éléments sont donc correctement mis en place et promettent de prochains tomes prenants. On se questionne d'ailleurs sur la nature des événements à venir, car avant que le manga ait pu aller très loin dans l'adaptation des jeux, les versions Ultra Soleil et Ultra Lune seront sorties, des titres complémentaires, mais aux scénario un poil différents. On reste très curieux de voir comment Hidenori Kusaka et Satoshi Yamamoto puiseront dans les deux salves de jeux.


Du côté de l'édition, Kurokawa livre toujours un travail impeccable sur Pokémon. Plus que jamais, on notera l'excellente adaptation de Fabien Vautrin qui retranscrit avec un grand talent les différents gags, que ce soit les jeux de mots à base de noms de Pokémon, le parler racaille de la Team Skull (qui donne ici lieu à des répliques hilarantes), ou encore l'excentricité de Guzma parfaitement retranscrite. La qualité du travail de l'éditeur sur Pokémon n'est plus à démontrer, mais elle se montre ici encore plus excellente qu'à l'accoutumée.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News