Pluto Vol.7 - Actualité manga

Pluto Vol.7

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 15 April 2011

Après la disparition de Gesicht, Epsilon se révèle être le dernier rempart contre le terrifiant Pluto ! Le service de défense du ministère des Sciences lui envoie Hogan, un robot garde du corps, afin de le protéger. Mais Epsilon restera-t-il sans combattre ? Ce robot pacifique pourrait bien sortir de son calme habituel si l'on venait à s'approcher des orphelins de guerre qu'il a lui-même recueillis...

Chose rare, alors qu'Urasawa a généralement l'habitude de disperser son intrigue, l'auteur nous délivre ici un volume particulièrement linéaire. L'histoire se focalise essentiellement sur Epsilon, afin de mettre en avant ce personnage devant jouer le rôle de héros par intérim suite à la mort de Gesicht et d'Astro. Malgré son air glacial, Epsilon se révèle rempli de bons sentiments et de regrets quant à ses actes passés qu'il cherche à réparer. On pourra reprocher au mangaka de rester sur ses fondamentaux, avec la mise en images de séquences émotionnelles avec des enfants, mais le tout s'intègre plutôt efficacement au récit.

Après les nombreuses révélations autour de l'identité de Pluto, et alors que nous approchons de la conclusion de la série, il est assez normal de voir le rythme s'intensifier. Mais jamais l'auteur ne nous avait montré autant de rapidité dans les péripéties, et la lecture du volume s'avère très courte ! Pourtant, ne confondons pas vitesse et précipitation : l'auteur continue de disséminer les derniers indices restants, et alors que les mystères autour de l'ennemi numéro 1 sont presque totalement éclaircis, jusqu'à son apparence même, voici qu'une nouvelle menace encore plus intriguant fait son apparition ! Le tome s'achève sur une confrontation à la mise en scène particulièrement réussie, chose rare chez l'auteur jusque là en peine sur les séquences d'action pure. Tous les éléments se mettent en place pour promettre un final à la hauteur de toutes les espérances !

Ainsi, l'auteur arrive à recoller les morceaux pour se diriger vers une conclusion quasiment identique au récit original. Si l'on peut déceler quelques facilités et redondances dans ce tome, elles sont rapidement balayées par l'efficacité du rythme de la narration, et de la linéarité inhabituelle du récit offrant une véritable accélération vers sa grande conclusion. Si l'on avait pu avoir quelques doutes, Urasawa est bien sur le point de réussir à rendre parfaitement honneur à Tezuka. Les lecteurs français ne s'y sont pas trompés, l'auteur venant d'être récompensé une fois encore à Angoulême avec cette œuvre !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Tianjun

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News