Peleliu Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 22 March 2019

Bien que la garnison de Peleliu a officiellement déclarée son « honorable effacement », Tamaru et ses camarades peinent à survivre dans un environnement toujours plus hostile, entre la présence américaine qui s’accentue au fil des jours et entre le manque drastique de nourriture.

Dans une violence et une insécurité continuelle, les forces de Tamaru se font rares. La faim emporte avec elle les sens humains ainsi que la raison. Les stigmates d’un corps à bout de souffle se font sentir, les survivants de la garnison errent comme des zombies, à la recherche de la moindre collation qui permettra de soulager un tant soit peu leur condition misérable. Le corps ne répond plus qu’à des gestes automatiques, l’esprit disparait peu à peu en emportant également l’efficacité au combat. Car quand ce n’est pas la faim ou une blessure qui tue, c’est bien les erreurs manifestes d’un esprit engourdi, trop lent pour réagir à l’apparition soudaine d’un chasseur ennemi qui mitraille quelques survivants en quête de survie ou d'une grenade qui tombe aux pieds de soldats à bout de souffle.

A plusieurs reprises le point de vue change et on retrouve différents groupes de soldats japonais aux destins divers. Certains préfèrent se planquer avec un stock de nourriture et attendent que les évènements se tassent. D’autres encore continue le combat au prix de lourdes pertes tout en infligeant les mêmes souffrances aux Marines chargés du « nettoyage » de l’île. Mais ce climat ne convient pas toujours à certains individus qui cherchent à fuir un chef de groupe trop patriotique, voulant à tout prix éviter la mort ces derniers n’ont d’autres choix de se constituer prisonnier par les américains. Cependant la réalité est tout autre face à la haine mutuelle que les deux camps entretiennent.

A force d’être confronté à la mort de ses camarades, Tamaru finit par assumer ses responsabilités, à son tour de mener ses compagnons à la survie, quitte à devoir prendre les armes et tuer si besoin. C’est ce qui ressort de ce volume à vrai dire. Malgré le design simpliste des personnages de Takeda, il arrive par d’habiles stratagèmes à nous faire ressentir toute l’adrénaline d’un moment critique. Il retranscrit parfaitement la violence d’un combat rapproché alors qu’une pluie tropicale s’abat sur l’île et où la faim et la fatigue brouille la vision d’un personnage. A ce titre certaines pages sont marquantes par l’efficacité de l’émotion transmise. Mais il parvient également à nous faire ressentir de la compassion dans de doux moments d'évasion, ce que ne manque pas de souligner Tamaru qui trouve ce genre de moment apaisant après toute la souffrance qu'il a enduré.

Mais la situation reste la même pour notre mangaka en herbe qui doit sans relâche continuer à assurer ses arrières, celle de ses camarades. L'espoir de rentrer un jour au pays disparait petit à petit, la mort serait donc la seule solution ?
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
SerGalaad

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News