Outlaw Players Vol.1 - Actualité manga

Outlaw Players Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 27 July 2016

Critique 1
Thera est un jeu en ligne révolutionnaire, une sorte de réalité virtuelle où, dans un univers qui semble inspiré fantasy avec son côté un peu médiéval et ses créatures fantastiques, chacun peut devenir ce qu’il désire : guerrier, voleur, magicien...
Sakuu est arrivé il y a peu dans le jeu en tant que voleur, mais ses premiers pas ont été plutôt catastrophiques : équipement volé, difficultés à subsister, impossibilité de quitter l'île de départ... Ses premières rencontres, avec la voleuse Velda dans un premier temps puis avec un petit groupe emmené par le dénommé Okoto, pourraient l'aider à enfin décoller dans le jeu, à mieux en comprendre le fonctionnement... et à en cerner un immense problème : à l'instar d'autres joueurs, il semble qu'il soit coincé dans le jeu suite à une faille, et i l semblerait bien qu'une mort dans le jeu entraînerait le même drame dans la réalité... EN attendant d'en apprendre plus sur la nature du bug qui les tient coincés, Sakuu et ses compagnons devront s’endurcir, explorer le monde, avec pour objectif premier de réussir à survivre.

Déjà bien connu des lecteurs de mangas à la française avec des titres comme Omega Complex ou BB Project, le talentueux dessinateur Shonen débarque aux éditions Ki-oon avec une série où, cette fois-ci, il est entièrement seul aux commandes, que ce soit pour le scénario ou le dessin !

Lancée à l'occasion de Japan Expo, Outlaw Players est ainsi le tout premier manga français des éditions Ki-oon, qui ont d'ailleurs eu à coeur de porter comme il se doit ce nouveau bébé, notamment en concevant une bande-annoncé animée en collaboration directe avec le célèbre studio japonais Gonzo (une première !).

Le concept d'Outlaw Players, avec ces joueurs piégés dans un jeu en ligne, est on n peut plus à la mode en ce moment, surtout depuis que le phénomène Sword Art Online est passé par là. Mais il est bon de noter que le récit de Shônen est né bien avant le gros boom de ce type de récit : il s'agit à l'origine d'un webcomic que Shonen a débuté en 2002, et qui, pour cette édition en livre, va évidemment être considérablement enrichi.

Les débuts de la série ne sont qu'un vaste mise en place, où l'on se contente peu à peu de cerner les bases de l'univers avec ses créatures, ses métiers ou ses artefacts, ainsi que les premiers personnages. En tête de ces derniers, Sakuu apparaît vite comme un héros rigolo, un peu branque et à la ramasse dans un jeu qu'il ne connaît encore que très peu, et Shonen se fait un plaisir d'offrir plusieurs notes d'humour là-dessus, notamment dès qu'apparaît aux côtés du héros la dénommée Velda, demoiselle qui sera à la fois pour lui mentor, coéquipière, et peut-être un peu arnaqueuse. Mais au bout d'un moment, on comprend également que Sakuu pourrait développer un certain niveau dans le jeu, notamment durant son affrontement contre Okoto, autre personnage croisé plu tard.
Pendant que tout cela se met en place, le scénario prend son temps, et il faut attendre la deuxième moitié du tome pour voir Sakuu comprendre qu'il est coincé dans le jeu. Mais ce n'est pas plus mal, car cela laisse le temps au lecteur de s'habituer peu à eu à l'univers.

Un univers qui, visuellement, part sur des bases très prometteuses. On le sait déjà via des Omega Complex ou BB Project où il faisait des merveilles : Shonen a un trait assez dense, nourri notamment d'un grand soin sur les décors et les designs et d'un encrage capable de faire des merveilles. Globalement, ça se vérifie ici: les looks des personnages humains sont efficaces (même si la dégaine de Sakuu rappelle trop certains autres personnages des titres précédents de l'artiste), celui des premières créatures croisées est d'une densité exemplaire, et les paysages sont bel et bien fournis quand c'est nécessaire. A cela s'ajoutent quelques phases d'humour en SD qui plairont ou non, ainsi qu'un goût de l'auteur pour de nombreux petits clins d'oeil plus ou moins fins (difficile de passer à côté de ceux envers Final Fantasy et Jojo's Bizarre Adventure). On pourra toutefois regretter l'incursion pas toujours heureuse de ces moments comiques et de ces références qui par instants cassent légèrement l'ambiance, ainsi que des premiers moments d'action un peu trop basiques par rapport à ce que Shonen est réellement capable de faire niveau mis en scène.

Outlaw Players s'offre une introduction très classique (encore plus si l'on a l'habitude de ce genre de titre tellement en vogue en ce moment), mais plaisante à parcourir et prometteuse. On attend désormais de voir l'univers s'enrichir plus fortement et le scénario décoller un peu plus, mais en attendant ce premier opus fait le job.

C'est, comme toujours, une jolie édition que nous sert Ki-oon. Le papier et l'impression sont dans les standards de qualité de l'éditeur, et l'on appréciera les 4 premières pages en couleur ainsi que l'effet scintillant de la jaquette.


Critique 2
Les mangas autour des univers virtuels ont le vent en poupe ces dernières années, des succès comme Sword Art Online ou Log Horizon nous l’ont prouvé. Ki-oon s’essaie ainsi au registre mais d’une manière très originale puisque l’éditeur a permis au dessinateur français Shonen, connu pour ses participations sur BB Project et Omega Complex notamment, de faire renaître un de ses premiers projets de ses centres : Outlaw Players. Récit plus personnel entamé en 2002, Shonen a sorti sa série des cartons et lui a donné un lifting pour permettre une publication. Difficile alors de penser à un simple ersatz des œuvres sur les rpg virtuels qu’on connait actuellement et si ce premier opus fait office d’introduction à l’univers, les intentions de l’auteur semblent déjà plus importantes que le développement d’une simple intrigue sur les mondes virtuels…

Thera est un mmorpg virtuel qui permet aux joueurs une multitude de possibilités. Sakuu semble toutefois avoir du mal à trouver ses marques : présent dans le jeu depuis un certain temps après être allé de maladresse en maladresse, il ne se souvient pas de ce qui l’a amené dans cet univers. Mais après sa rencontre avec la voleuse Velda, Sakuu en apprend plus sur Thera et finit par se prêter au jeu… Alors que son aventure commence, il s’apprête à connaître la vérité sur un bug qui frappe le jeu, l’empêchant de quitter la partie…

Il est difficile de juger le potentiel de la série à ce premier opus qui, de toute évidence, plante le décor d’Outlaw Players, introduit les multiples concepts du jeu Thera, mais ne fixe pas d’objectifs particuliers au héros. Il faudra donc en lire un peu plus pour savoir ce que la série a dans le ventre mais cela n’empêche toutefois pas ce volet premier de présenter bon nombre de qualité, à commencer par la manière qu’à l’auteur de raconter son récit. En effet, il aborde ici les univers virtuels comme de véritables mondes épiques, des lieux d’évasion qui apparaissent comme une autre réalité, si bien qu’on penserait presque avoir affaire à un titre de fantasy si on met de côté la dimension vidéoludique de l’œuvre. Par l’univers présenté, la série se montre déjà particulièrement intéressante, donnant immédiatement envie de découvrir jusqu’où Shonen peut aller dans le traitement de sa série.

Toutefois, à fortement insister sur les éléments de gameplay, l’auteur pourra peut-être désorienter quelques lecteurs qui attendaient plus d’action de ce titre. C’est une étape essentielle pour un récit de cet acabit mais toujours est-il que certaines pages demeures chargées en explications. Un mal pour un bien finalement puisque par tous les éléments incrustés dans l’œuvre, Shonen nous montre que nous avons affaire à un univers aux multiples possibilités qu’il aura tout le loisir de renouveler pour dynamiser son titre.

Néanmoins, s’il est un point qui peut faire l’unanimité sur ce premier tome d’Outlaw Players, c’est bien le coup de crayon de l’auteur, magnifique à souhait. En effet, Shonen est aussi précis qu’il sait apporter de la densité à son style, d’autant plus que ses environnements sont souvent fouillés et que la mise en scène des séquences d’action est hautement dynamique. Mention spéciales aux pages colorisées, aux tons pastels très vifs à tel point qu’on aurait presque l’impression de nous trouver face à des tableaux.

Côté édition, Ki-oon livre, comme d’habitude, une très bonne copie. Le volume bénéficie d’un effet de relief holographique, comme les volumes de Last Hero Inuyashiki, ce qui apporte un certain cachet. On apprécie aussi les quelques bonus du tome, à savoir des croquis préliminaires permettant d’admirer les ébauches de l’auteur sur son titre, on espère que ce genre d’initiatives se retrouvera sur l’ensemble de la série.

Si pour l’instant Outlaw Players a encore beaucoup à montrer, ce premier tome se révèle captivant par l’univers mis en place et le destin qui attend Sakuu, sans compter que le sens de l’esthétique de l’auteur joue énormément sur le plaisir de lecture. Après cette mise en bouche, on est très curieux de voir comment le récit va se développer. Pour l’heure, Outlaw Players est une bonne surprises dotée d’un immense potentiel.

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News