Otaku Otaku Vol.7 - Actualité manga

Otaku Otaku Vol.7

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 06 August 2020

Le quotidien de nos 2 chers couples d'employés otakus se poursuit toujours avec, évidemment, pas mal de petites choses: quand tous ne s'adonnent pas à nouveau au jeu en ligne où même le solitaire Hirotaka trouve un certain plaisir, Fujita offre quelques chapitres thématiques profitant des événements du moment, comme Halloween qui réserve une surprise gentiment flippante à Momose... Mais surtout, la mangaka continue de mettre en scène des petits moments de vie assez enlevés, comme quand Hiro et Narumi redécouvrent des photos de leur enfance sous l'impulsion de Naoya, ou que l'on suit avec un certain amusement les pensées profondes de Hirotaka, qui cache décidément des sentiments véritables pour sa chère Narumi derrière son apparence toujours si neutre et détachée... Hiro saura-t-il faire comprendre à Narumi ce qu'il a en lui ? Il pourrait même être étonné en voyant que la jeune femme le connaît encore mieux qu'il ne le pensait... Le genre de passage qui met subtilement en valeur la complicité existant entre eux tout naturellement !

Qui plus en, voici déjà quelques volumes que la présence de Kô auprès de Naoya est venue apporter un dynamisme supplémentaire à la série, et c'est à nouveau le cas ici puisque l'étudiante solitaire et amie de Nao est joliment mise en avant au gré de quelques chapitres. On pense bien sûr au début du volume où, pour la première fois, elle se retrouve seule avec Narumi... Que pourra-t-elle faire aux côtés d'une femme si lumineuse, elle qui reste toujours dans son coin et qui tend à paniquer face à ce genre de personnes rayonnantes ? En plus du côté amusant, il s'agit de l'un de ces moments où Fujita sait efficacement tirer parti de la situation pour mettre en avant la personnalité de ses héroïnes. Et c'est encore le cas plus loin, par exemple quand Kô est avec Nao et ses deux amis de fac dont elle peine à retenir les noms. On sent que, petit à petit, et sans trahir ce qu'elle est, Kô s'ouvre encore un peu plus, le personnage gagnant encore en attachement.

Mais il reste que, dans tout ceci, l'aspect le plus intéressant et joli du volume est à cherche du côté de Hanako et Kabakura, qui sont cette fois-ci les "vedettes" du petit fil rouge propre à chaque volume. Le temps de trois chapitres distillés au fil du tome, Fujita vient d'abord nous inquiéter un peu, dès lors que Hanako dit à ses amies que sa relation avec son petit amie n'est plus comme avant... comprendre par-là qu'ils ne s'engueulent plus et que Kabakura évite de s'énerver ! Il y a des cas où les disputes qui disparaissent, c'est bénéfique... mais dans le cas de ces deux-là, dont la relation repose beaucoup sur ce genre de dispute à travers lesquels ils communiquent beaucoup, ça crée comme un malaise. Kabakura se serait-il lassé de Hanako ? La situation devient encore plus délicate quand, après une soirée arrosée, Hana se rend compte qu'elle a perdu le collier auquel elle tenait le plus au monde: un bijou en toc, certes, mais que Kabakura lui avait offert à l'époque du lycée à un moment crucial... En seulement trois chapitres, Fujita fait des merveilles pendant tout ce passage pour plusieurs raisons. Bien sûr, on s'amusera de certaines situations: Kabakura qui est parfois franchement mené en ne captant pas l'évidence (surtout la raison pour laquelle Hanako tient tant à ce collier en particulier), Narumi qui lui fait la leçon (si si !)... Mais derrière la part comique et rafraichissante, cette fois-ci il y a vraiment une plus forte dose d'émotion dans Otaku Otaku, surtout quand on voit la si forte et fiable Hanako être comme jamais auparavant: s'effondrer, être désespérée, et finalement laisser pleinement apparaître tout ce qu'elle ressent jusqu'à verser des larmes. Mais Kabakura n'est pas en reste, car derrière ses maladresses et son manque de jugeote concernant le collier, on voit très bien à quel point il tient à Hanako... ce qui aboutira même, dans les dernières pages, à une avancée relationnelle très importante pour eux deux, et franchement bien amenée !

En équilibrant très bien les différents aspects (humoristique, otaku, sentimental...) de son oeuvre, Fujita livre alors un excellent volume, qui se suit avec plaisir d'un bout à l'autre, et qui sait surtout très joliment jouer sur les personnages, leurs sentiments et leur complicité naturelle. Un vrai moment de plaisir, pour le volume le plus touchant à ce jour.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News