Orient - Samurai Quest Vol.2 - Actualité manga

Orient - Samurai Quest Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 24 March 2021

Chronique 2 :

Musashi et Kojiro ont perdu leur combat contre le Kishin, et ils sont obligés de céder leur victoire à Naotora, un bushin plus expérimenté, et sa clique de samourai. Et si kojiro est dans l'admiration de ce personnage, ce n'est pas le cas de Musashi. Ce qui va d'autant plus l'encourager à suivre enfin la voie qu'il s'était choisi depuis longtemps : devenir un Bushi. Avec son ami d'enfance, ils décident enfin de partir, quelle aventure les attends donc au delà des murs qui ont enserrés toute leur enfance ?

Dans ce deuxième tome, on est clairement dans ce que je redoutais. Shinobu Ohtaka réutilise les mêmes ficelles que dans Magi et là, je dois dire que ça commence un peu à m'inquiéter. Les premiers chapitres sont très bons, avec l'apparition de Naotora. Et si l'on sent une grande inspiration de Sinbad, la relation entre Musashi et le chef du clan Takeda semble plus partir vers une sorte de rivalité comique. Un très bon choix. Pour ce qui est de la suite, ça pêche beaucoup plus. Notre duo va faire la rencontre d'une jeune fille, Tsugumi, qui, on s'en doute, rejoindra leur équipe. Le problème, c'est que Tsugumi est une sorte de Morgiana, car elle subit également une sorte d'esclavage, et nos deux héros vont devenir une sorte de libérateur pour elle. Bien sur, les deux personnages ont des caractères assez différents, Morgiana était stoïque, Tsugumi semble beaucoup plus fragile psychologiquement, mais il n'empêche qu'on aurait aimé s'éloigner de ce genre de ficelles, qu'elle nous a déjà servi. C'est d'ailleurs ce qui pêche dans cette série pour le moment : la construction des personnages. Seul Musashi a eu le droit à un vrai traitement pour le moment, et c'est clairement le personnage le plus intéressant pour le moment. C'est celui qui s'éloigne le plus des codes auquel Shinobu Ohtaka nous a habitué, qui démontre le plus de caractère et pour qui ont a le plus de sympathie. A côté de ça, Kojirô reste encore assez en retrait, et on a hâte de le voir se distinguer.

Pour ce qui est de la couverture... Malgré le fait que je ne sois pas hyper fan de l'effet un peu brillant... Il faut reconnaître que Shinobu sait mettre ses personnages à l'honneur. Ces couvertures sont toujours de petits réglas pour les yeux. En ce qui concerne le travail de Pika, il est bien, il n'y a rien à redire de ce côté-là

Ce deuxième tome est efficace, mais trop, trop conventionnel. On attend encore que la mangaka se détache de ce qu'elle a déjà fait, et qu'elle se calme un peu sur l'humour un peu trop graveleux. Je sais que c'est sa marque de fabrique, mais j'avoue qu'ici, vu qu'on est moins impliqué dans l'histoire, ça passe moins bien. Et puis, à peine Tsugumi apparaît, elle se désape... C'est moyen niveau construction de personnage. Bref, un début assez hésitant encore pour Orient malgré un bon début de tome, mais je fais assez confiance à Shinobu Ohtaka, pour se rattraper.


Chronique 1 :

Le tengu des flammes infernales, le kishin rouge à l'allure gigantesque, a été vaincu... mais pas par Musashi ! En effet, Naotora Takeda, leader du clan de bushi Takeda, est celui ayant éliminé le démon avec l'aide de ses nombreux compagnons, suscitant alors l'admiration et la gratitude des habitants réduits à l'esclavage et même de Kojirô lui-même qui vante sa noblesse. Mais en Musashi, quelque chose bout, en plus de la frustration de s'être fait doubler au dernier moment. Après tout, cette victoire contre le kishin aurait dû être la première avec son ami... Néanmoins, face à la témérité du "rouquin", Naotora confie tout de même à nos deux héros un surprenant artefact, qui serait capable de détecter les kishin. Et Musashi et Kojirô en sont certains, ils ont déjà vu quelque par les symboles de cet artefact... Sauront-ils comprendre son utilisation et se préparer au mieux avant le grand départ ?

Continuant pour l'instant de suivre un schéma totalement classique de shônen d'aventure/action, Shinobu Ohtaka, après un tome 1 d'introduction mouvementé, entame donc ici l'étape suivante, à savoir les préparatifs avant le départ, puis le début du voyage de nos héros, et enfin des premières problèmes avec une première rencontre d'une jeune fille sans aucun doute vouée à rejoindre leurs rangs plus tard.

Ainsi, l'étape d'avant-départ reste intéressante non seulement pour le comportement de Naotora qui se pose un peu en "mentor"/rival tout en confiant l'artefact à Musashi, mais aussi pour le comportement de Musashi lui-même qui ne mâche décidément pas ses mots, ou surtout pour les nouvelles informations que nos deux héros obtiennent, notamment via le rouleau. Et sur ce dernier point, des perspectives supplémentaires s'ouvrent rapidement, dans la mesure où les clans de bushi peuvent être rivaux voire ennemis malgré leur poursuite d'un objectif commun, car être le plus grand clan de bushi (c'est-à-dire vaincre le plus de démons et surtout le plus puissant de tous) reviendrait, une fois tous les démons tués, à devenir l'unificateur et le souverain du pays. Un concept très classique, mais pouvant amener beaucoup s'il est bien exploiter, et pour lequel on a envie d'être confiant quand on voit comment Ohtaka a su développer sa précédente série Magi après un départ tout aussi classique (ou presque).

Le grand départ, lui, arrive rapidement, joue évidemment sur la découverte du monde extérieur par nos héros, ce qui donne l'occasion à Ohtaka non seulement de commencer à offrir des paysages plus intéressants voire assez originaux parfois (les chemins escarpés et falaise se mêlent aux château amovibles des clans, c'est assez chouette), mais aussi de jouer avec une pointe d'humour sur la méconnaissance du monde de Musashi et de Kojirô... Heureusement qu'ils se complètent un minimum (même si Kojirô n'est pas forcément fier de son art de la pêche) das leurs capacités, même s'ils auront forcément beaucoup à apprendre ! Et leur apprentissage pourrait bien commencer à se peaufiner avec leur première rencontre dans ces terres hostiles.

Cette rencontre avec la dénommée Tsugumi Hattori (sans doute une petite référence à Hanzo Hattori au niveau du nom), jeune fille plutôt surprenante au départ en s'attaquant à nos héros pour les volet, amène surtout une incursion au sein du clan de bushi Kosameda dirigé par Hideo, et qui ne semble aucunement idéal malgré sa population vivant dans une certaine paix... Tandis qu'en même temps que nos héros on apprend quelques nouvelles choses (l'aspect amovible des châteaux, ce qu'est le kitetsu...), on entrevoit bien que Hideo est bien moins bienveillant que prévu, de par ce qu'il veut réserver à ses civils dans sa lutte contre les oni, et aussi via la manière dont il traite Tsugumi depuis toujours. On découvre alors une jeune fille au passé compliqué, et n'ayant en réalité pas la moindre confiance en elle tant son manipulateur de chef la rabaisse depuis l'enfance pour mieux l'exploiter sans qu'elle ait à réfléchir. Son développement a beau être classique et plutôt rapide, on a alors facilement envie de voir cette demoiselle se réveiller et évoluer au contact de Musashi et de Kojirô.

Cette partie au sein du clan Kosameda n'est pas encore achevée à l'issue de ce deuxième opus, mais déjà Ohtaka laisse un peu plus entrevoir le potentiel de la série. Le déroulement reste pour l'instant on ne peut plus classique du genre, et est sûrement par moments un petit peu rapide sur certains éléments, mais on sent pas mal de possibilités s'installer, et on a facilement envie de faire confiance à l'autrice pour continuer de bonifier peu à peu tout ça jusqu'à peut-être surprendre, comme elle l'avait si bien fait avec Magi - The Labyrinth of Magic.
   

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
kayukichan

13.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News