Ombre de Shanghai (l') Vol.4

Pris au piege

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 28 March 2017

Aux côtés de Feng, Lila a appris la terrible vérité sur son enfance, et en ressort profondément marquée. Mais l'heure ne devrait pourtant pas être à l'inaction : les événements de l'opéra ont mis tout le monde sur le qui-vive, à la recherche de la mystérieuse ombre. Tandis que la foule se demande si ce "monstre" est une hallucination collective ou non, la police est sur le qui-vive pour la retrouver, avec dans l'ombre un Li prêt à manipuler le commissaire pour s'en emparer. Mais le journaliste Jim est aussi à sa recherche... tout comme Gaspard, tombé éperdument amoureux de cette magnifique et insaisissable créature...

Tandis que les recherches s'activent dans les différents camps pour dénicher la mystérieuse ombre, on retrouve une Lila désemparée par ce qu'elle a appris sur elle, et qui doit apprendre à se contrôler pour ne pas laisser l'ombre s'emparer de son corps... mais la tâche sera-t-elle si facile ?
Lila reste une héroïne très attachante pour ce qu'elle dégage de tourments : le choc en découvrant son passé, sa peur d'être considérée comme un monstre à cause de l'ombre qui est en elle, les actes de Dino évoquant un certain racisme dans ce contexte, la crainte de se faire voler Gaspard par cette créature qui n'est pourtant autre qu'elle-même... Un nouveau déclic pourrait alors avoir lieu lorsqu'une nouvelle menace orchestrée par Li arrive, une menace visant Clara, hautaine demoiselle qui continue de très bien camper son rôle.

Le récit de Patrick Marty trouve ici un bon équilibre entre les tourments de l'héroïne, l'exploitation des différents personnages qui trouvent quasiment tous un certain rôle, le parfum d'aventure où le fantastique et l'action se mêlent efficacement, et un certain portrait de ce Shanghai des années 30, qui se précise à nouveau via une excellente préface (revenant cette fois sur le Bund). Les visuels de Li Lu conservent toutes leurs beautés dans la finesse des personnages et des costumes, dans les décors d'époque immersifs, dans la gestion nuancée des couleurs, et dans les quelques accélérations de rythme quand la tension est à son comble.

La série poursuit donc sa route en nous séduisant toujours grâce à ses différentes facettes.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News