Ombre de Shanghai (l') Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 25 March 2016

A l'opéra, Gaspard a été sauvé par une belle et mystérieuse créature qui n'est autre que l'ombre envahissant parfois le corps de Lila. Et tandis qu'il guérit miraculeusement de ses blessures, il a bien conscience que cette envoûtante si silhouette lui a sauvé la vie... mais dehors, on se persuade du contraire. La police, certaine qu'il s'agit là de l'instigatrice des problèmes récents, fait tout pour la retrouver, tandis que le peuple effrayé la voit comme un monstre. Dans ces conditions, comment Lila, qui ne sait jamais quand l'ombre va de nouveau apparaître en elle, va-t-elle pouvoir s'en sortir ? Traquée par les hommes du commissaire Leclaire, elle ne doit son salut qu'au vieux Feng, qui estime que l'heure est venue de révéler à sa fille adoptive une vérité on ne peut plus terrible...

Dans ce troisième opus, on met en retrait les intrigues liées à Gaspard, Clara ou encore Monsieur Li, pour se concentrer essentiellement sur les terribles choses tombant sur Lila. En effet, la jeune fille découvre avec stupeur la vérité sur les circonstances de son adoption, sur ses parents... et ces révélations sont dures, remettant en cause le rôle de Feng à ses côtés. Tout en se confrontant à cette terrible nouvelle, la jeune fille doit apprend à composer avec cette ombre, s'emparant de son corps semble-t-il dès que l'émotion la submerge, et l'on se demande vraiment si elle parviendra à contrôler cette entité surnaturelle qui semble pourtant là pour la protéger... Enfin le rythme la tension s'accentuent quelque peu avec la traque de plus en plus oppressante du commissaire Leclaire, ce qui promet un quatrième opus mouvementé.

Concrètement, on peut regretter que les choses aillent parfois trop vite, trop à l'essentiel, en ne laissant que peu de temps pour profiter de certains éléments importants. Il en ressort une narration qui paraît régulièrement assez artificielle, et cela atténue l'intensité de scènes-clés comme les révélations de Feng. Mais cela ne gâche pas vraiment le plaisir que procure cette incursion dans un Shanghai d'époque finement retranscrite par une dessinatrice s'appliquant toujours autant dans les décors intérieurs et extérieurs, dans les costumes, mais aussi dans certains moments plus vifs, comme lors des séquences de fuite de l'ombre qui offrent plusieurs angles de vues très intéressants. Le travail sur les couleurs restent lui aussi plaisant, et l'on peut également retenir que la prise d'importance du commissaire Leclaire et de ses troupes permet dans une moindre mesure l'abord du rôle de la police dans la concession française. Elément joliment exposé dans la préface du tome, par ailleurs.

Côté édition, on note une petite bévue sur la première édition : on a un "2" au lieu du "3" sur la première de couverture (mais pas sur la tranche, heureusement).  Pour le reste, il reste agréable de prendre en main cette édition, toujours portée par une belle couverture cartonnée, un papier de bonne qualité et une impression rendant honneur au travail des couleurs.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

13.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News