N'oublie pas notre promesse - Actualité manga

N'oublie pas notre promesse

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 02 July 2020

Déjà publiée à plusieurs reprises aux éditions Boy's Love ces dernières années, Pariko London n'est pourtant pas forcément une mangaka dont les travaux se sont révélés marquants à nos yeux: jusque-là tous sortis du magazine Gush de Kaiôsha qui fait rarement dans la finesse, ses précédentes oeuvres sorties dans notre pays étaient globalement très standard, plutôt lisses, et pas toujours bien narrées. Alors quand Taifu Comics, avec N'oublie pas notre promesse, publie pour la première fois dans son catalogue cette autrice, il y a un mélange de doute et de curiosité. Doute, au vu de ce qu'on a eu de la mangaka en France jusqu'à présent. Et curiosité, quand on voit que ce récit-là a été publié en 2017 dans le Chara de Tokuma Shoten, un magazine déjà plus intéressant (à mes yeux, en tout cas).

Ici, tout commence par une dispute familiale, puis une fuite. Deux lycéens, Mikuriya et Kusaka, s'aiment, et Mikuriya a décidé de le dire à ses parents, pour montrer son sérieux. L'accueil n'est pas forcément bon, si bien que Mikuriya décide de fuguer, de fuit avec celui qu'il aime. Depuis, 15 ans sont passés, et les deux hommes désormais trentenaires sont toujours ensemble, installés dans une sorte de routine qui semble plutôt bien leur convenir, tout en travaillant et en logeant dans un studio. Pourtant, Mikuriya tombe des nu quand, soudainement, Kusaka lui dit qu'il veut rompre. La raison ? Mikuriya aurait apparemment brisé une promesse qu'ils s'étaient faite des années auparavant, et s'il veut garder Kusaka il lui faudra trouver laquelle et se faire pardonner...

N'oublie pas notre promesse ne manque pas de points d'intérêt, à commencer par l'âge de ses protagonistes: il n'est pas si courant que ça non seulement d'avoir deux héros trentenaires et déjà bien ancrés dans la vie active (si bien qu'ils sont parfois qualifiés de vieux... Ah ben merci, ils ont mon âge), mais en plus d'avoir un couple qui, dès le début, est déjà formé depuis 15 ans ! L'intérêt ici n'est donc pas de voir le couple se former, mais réside plutôt en d'autres aspects. Entre autres, il est plaisant de suivre un couple qui suit un certain train-train quotidien en semblant s'y plaire suffisamment tant que les deux hommes sont l'un avec l'autre, tout comme il est sympathique de les voir parler de choses faisant partie de la vie courante: travail, amis, logement, et bien sûr besoin d'entretenir la passion entre eux... A travers tout ceci, on apprécie suffisamment deux hommes crédibles, réalistes dans ce qu'ils vivent au quotidien, mais également assez différents dans leur personnalité (l'un ne cache pas ses sentiments, tandis que l'autre a toujours une sorte de manque de confiance), et que l'on se plaît alors assez à découvrir plus en détails dans leur passé.

Car ici, il est évidemment que l'intrigue autour de la fameuse promesse bafouée n'est surtout qu'un prétexte pour que l'autrice, peu à peu, par le biais de flashbacks récurrents, dévoile de plus en plus certaines choses sur nos deux héros, sur leur parcours depuis la fugue et sur leur relation. Et ce sont à travers ces informations issues du passé que Pariko London cherche à enrichir de façon plus touchante ses personnages, qui ont traversé des choses parfois difficiles. Acceptation familiale, manque de confiance en soi ou même deuil difficile sont certaines choses qui sont évoquées.

Alors, tout ceci est-il suffisant pour faire de N'oublie pas notre promesse un très bon one-shot ? Eh bien... pas vraiment. Car si les idées sont là, la réalisation ne suit pas toujours. Bien sûr, il y a la brièveté du récit (à peine plus de 160 pages) qui oblige la mangaka à aller vraiment à l'essentiel dans son récit se voulant pourtant assez élaboré à la base, le tout jsuqu'à une conclusion franchement expéditive (malgré tout, on appréciera le petit bonus de 4 pages sur un très bon personnage secondaire féminin). Les moments de retour dans le passé deviennent alors plutôt expéditifs, et les transitions entre présent et flashbacks ne sont pas toujours bien ficelées. Qui plus est, la mangaka offre régulièrement des scènes de sexe explicites (le problème n'est pas là, bien au contraire) qui, en plus de ne rien apporter à l'intrigue, arrivent souvent comme un cheveu sur la soupe, sont plutôt mal amenées, et ne sont pas toujours très logiques si l'on tient compte du climat de "dispute" qui est censé être entre les deux héros. Pire, cela casse parfois clairement cette atmosphère délicate censée s'être immiscée entre ces deux-là. Ces moments érotiques semblent balancés de manière forcée, comme s'il s'agissait d'un cahier des charges pour l'autrice. Quand on se dit que ce sont autant de pages qui auraient pu permettre de peaufiner un peu mieux le déroulement de l'histoire, c'est un peu dommage...

Visuellement, c'est classique. Pas déplaisant, mais juste classique. Il y a quelques très belles pages presque dotées d'une pointe de mélancolie et très chouettes dans leur rendu (expressions, trames, petits décors...), ainsi qu'un aspect très soigné dans le look des deux héros entre le présent où ils sont adultes et les flashbacks où ils sont plus jeunes, mais en dehors de ça c'est plutôt standard dans le découpage et dans les vues.

Au final, N'oublie pas notre promesse est un one-shot intéressant sur plusieurs points et pouvant même toucher quelque peu, mais dont la réalisation n'apparaît pas à la hauteur des ambitions affichées. Pas désagréable du tout, mais au final un petit peu vain malheureusement.

Côté édition, la copie proposée par Taifu est très bonne. Il y a une première page en couleurs, le papier est assez épais tout en restant souple, l'impression est bonne, et la traduction de Margot Maillac est soignée.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

11.75 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News