Mystère des pingouins (le) Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 29 April 2020

Tandis que les vacances d'été s'installent, Aoyama poursuit activement ses recherches, en se concentrant sur l'énigme des manchots que l'assistante du cabinet dentaire peut faire apparaître. Et alors que son enquête piétine et qu'il ne parvient pas à formuler des explications rationnelles, une nouvelle surprise l'attend par l'intermédiaire de Hamamoto, sa camarade de classe tout aussi surdouée que lui: la fameuse rumeur d'une lune d'argent dans la forêt, c'est elle qui l'a lancée, pour protéger l'étrange chose qu'elle y a découverte, à savoir une sphère mystérieuse qui lévite. Voici un incompréhensible mystère de plus à résoudre pour Aoyama, toujours accompagné de son ami Uchida, et désormais épaulé par Hamamoto !

L'adaptation manga du Mystère des Pingouins se poursuit ainsi dans une ambiance estival que Keito Yano ne néglige pas, en amenant quelques petites scènes de vacances bienvenues, notamment pendant le festival. Ce sera même l'occasion pour notre jeune héros d'enfin comprendre pourquoi Suzuki l'embête toujours, une chose qu'il n'aurait jamais cernée seul sans l'aide d'Uchida et de l'assistante... la raison ? Son esprit toujours très rationnel, or les sentiments ne répondent pas toujours à la moindre rationalité... Ces moments plus axés tranche de vie son également l'occasion d'installer un nouveau personnage voué à avoir de l'importance, à savoir le père de Hamamoto, chercheur de son état. Et bien sûr, ces instants sont aussi une occasion idéale pour jouer sur les caractère de nos protagonistes et leurs relations, en tête une Hamamoto qui ne manque décidément pas de caractère.

A part ça, bien sûr, la part surnaturelle est toujours omniprésente, et l'enquête de nos jeunes héros semble longtemps piétiner. Face à de nombreux mystères autour des manchots, de l'assistante, de la rivière puis de la sphère (sans oublier le cas de Suzuki), l'esprit hyper rationnel d'Aoyama est mis à rude épreuve, du moins jusqu'au à ce que son père lui suggère une chose: et si tout était lié ? Poursuivant doucement mais sûrement son déroulement, l'intrigue met surtout en exergue les limites du comportement d'Aoyama: trop rationnel pour son âge, se voulant adulte trop tôt, il en oublie la part d'imaginaire qui devrait être celle de l'enfance, et n'a pas forcément conscience qu'il y a des choses qu'il ne vaut mieux pas chercher à expliquer, sous peine d'éventuellement souffrir face aux découvertes. Et même si, par rapport au film, Keito Yano peine parfois à retranscrire la part d'imaginaire foisonnant de l'intrigue (ou alors, il s'attarde peu dessus), on ressent assez bien cette mise en avant de l'imaginaire et de l'imagination enfantine face à la rationalité.

On reste ainsi sur une version manga plutôt plaisante, en attendant le dénouement dans le prochain volume.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News