My Fair Honey Boy Vol.4 - Actualité manga

My Fair Honey Boy Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 02 April 2020

La forte et charismatique Sengoku a fort à faire depuis qu'elle est courtisée par deux amis, avec d'un côté le (peut-être trop) viril (et crétin, mais pas méchant) Nanao, ami d'enfance revenu depuis quelque temps d'une année complète d'entraînement solitaire dans la montagne (?!), et surtout, de l'autre côté, Fuji, garçon totalement efféminé, mais surtout profondément sincère et toujours attentif envers l'élue de son coeur. Quand, en prime, viennent s'en mêler Ichika, la grande de Fuji, Hime Hijiri, la tutrice caractérielle mais haute comme trois pommes de notre héroïne, ou encore tous les petits frères et petites soeurs de Nanao, Sengoku n'a pas le temps de s'ennuyer ! Mais elle a toutefois toujours le temps de s'interroger de mieux en mieux sur ce que Fuji, son si atypique et attachant prétendant, représente pour elle...

Avec notamment une amnésie de Nanao suite à une rouste de Sengoku, un instant maquillage avec Ichika qui va forcément partir quelque peu en vrille, tout le monde qui se retrouve à loger chez Sengoku après un incendie près de chez Nanao (Fuji est là pour monter la garde), un coup de main au club de théâtre, un jeu où notre héroïne se retrouve embarquée par Nanao, puis le début d'un weekend en sources chaudes qui promet d'être haut en couleurs, la mangaka Junko Ike exploite ici des idées assez courantes, mais tout le charme de l'oeuvre provient de sa manière de les exploiter et d'y faire ressortir de bonnes choses.

Ainsi, en premier lieu, on appréciera non seulement la présence de toutes les principales figures secondaires de la série, de la fratrie de Nanao à Ichika en passant par l'excellente Hime, mais aussi la forte présence d'un humour jonglant très bien entre situations incongrues et moments décalés voire presque absurdes. Dans cette optique humoristique, le caractère de chaque personnage fait des merveilles, que ce soit l'aspect efféminé de Fuji dont lui-même joue volontiers, la force de Sengoku et son manque de côté "fleur bleue", le côté très primaire et sauvage de ce gentil débile de Nanao... tout ceci amenant bon nombre de moments farfelus, de manière plus ou moins prononcée. Dans tous les cas, l'autrice ne manque pas une occasion de jouer sur ces personnalités... mais ce que l'on apprécie plus encore, c'est son talent pour mettre en lumière certaines choses à partir de ces situations et de ces caractères. Ainsi, face à Nanao pas méchant mais souvent très primaire, on ressent encore plus toutes les bonnes choses que Fuji dégage: un désir essentiel de s'assumer tel qu'il est, toujours beaucoup d'attention et de sincérité envers sa chère Sengoku... Et notre héroïne elle-même, plus d'une fois, ne peut que s'interroger sur ce garçon si unique et si adorable, si présent pour elle alors qu'elle a souvent le sentiment d'être incapable de lui rendre la pareille... Seulement, a-t-elle raison de penser ça ? Qu'en pense le principal concerné ? Au fil de situations souvent amusantes, nos héros savent aussi se parler, se confier, ce qui fait souvent un bien fou à voir et nous offre plus d'une petite scène vraiment chouette ou touchante, à l'image de la réaction de Fujii aux pages 150-151 qui ne peut laisse insensible.

On reste alors sur une très bonne lecture dans son genre. Depuis le volume précédent, My Fair Honey Boy donne l'impression d'avoir vraiment décollé, pour nous offrir une comédie romantique aussi enlevée qu'amusante et intelligente. Pourvu que ça dure !
    

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News