Murciélago Vol.10 - Actualité manga

Murciélago Vol.10

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 04 May 2021

Le grand aquarium de Ruruie accueille un nouveau membre: un requin-tigre venant d'être pêché et faisant pas moins de 7 mètres de long, ce qui est gigantesque ! Forcément, cela attise beaucoup la curiosité de notre chère Hinako, dont on découvrira des connaissances insoupçonnées sur le monde sous-marin. Et voici donc Kuroko, sa camarade, Chiyo, Ukina et Yatsuha en visite toutes ensemble sur place, à la découverte de la faune de la mer. L'occasion, entre autres, pour Hinako de s'éclater comme une enfant, pour Kuroko et Chiyo de batifoler un petit peu se se disant ce qu'elles ont sur le coeur... mais ça, c'est avant que ces deux dernières n'assistent à un bien macabre spectacle: le fameux requin meurt dans son aquarium, non sans vomir juste avant un bras humain... Et les premiers examens menés par Yuria révèleront bien vite qu'il ne peut s'agir d'un accident, et que la victime était déjà morte avant d'être avalée par l'animal: non seulement seul son bras est retrouvé, mais en plus sa césure est bien trop propre pour avoir été causée par ces dents de la mer...

Une nouvelle fois, Yoshimurakana part donc d'une base anodine et plutôt légère (une visite à l'aquarium) pour partir ensuite sur une situation bien moins banale où nos héroïnes se retrouvent mêlées d'emblée, avec à la clé une enquête pour déterminé comment est morte la victime et, surtout, qui l'a réellement tué.

Concrètement, il ne faudra pas être trop regardant sur l'enquête, qui avance vite et fait volontiers dans diverses petites facilités : le fait que le requin recrache le bras pile quand Kuroko est là, que ledit requin se retrouve déjà en aquarium à la vue de tous sitôt pêché (il n'y a pas plus de préparatifs que ça à faire ?), qu'une clé USB soit restée i longtemps cachée dans un égout sans que personne ne remarque jamais la corde ou que le tout ne cède, que personne ne se soit jamais posé de questions avant sur le très grand nombre de disparitions dans le village...

Mais dans les faits, ça reste plutôt dans le ton de la série et ça se révèle assez efficace. On pourra facilement apprécier la fraîcheur que dégage la jeune Suiren (le genre de jolie fille qui attire forcément Kuroko, même si on pourra se demander pourquoi elle ne porte rien sous sa salopette), les différents élans gentiment sulfureux ou dotés d'un humour un peu déjanté (de ce que côté-là, il y a Hinako, encore et toujours, qui est en forme, ne serait-ce que pour certaines de ses bouilles, le visage sur son sac à dos ou son côté souvent gentiment à l'ouest)... Bref, le cocktail classique, pour une nouvelle affaire de groupuscule religieux qui pourrait facilement gagner encore en intérêt, au vu du rapport étroit que semble y avoir l'agent Tsuru...

On a donc là un volume qui, sans être brillamment écrit, fait honnêtement le job. Il n'y a plus qu'à espérer que, cette fois-ci, Yoshimurakana saura mener la chose à terme sans décevoir.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

13 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News