Moi quand je me réincarne en slime - Comment vivre chez les monstres ? Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 15 June 2021

Missionnée par Limule pour concevoir un guide touristique sur Tempest, la jeune femme-lapine Flamea a entamé sa tâche avec autant d'engouement que de fraîcheur, à la découverte des bonnes adresses des environs, et à la rencontre de nombre de visages que le lecteur de la série-mère connaît déjà bien la plupart du temps. Mais l'engouement de notre mignonne héroïne sera-t-il mis à l'épreuve par le donjon de Tempest ? Convoquée par Limule pour braver ce vaste labyrinthe souterrain afin d'en concevoir dessus un guide stratégique, Flamea, accompagnée du groupe d'aventuriers d'Ellen, est effectivement vite placée face aux dangers monstrueux des lieux...

Si la toute fin du tome 1 nous laissait sur un vague petit suspense avec la confrontation aux menaces du donjon de la ville, sans réelle surprise cette pointe de tension retombe aussi vite qu'elle est apparue, dès les toutes premières pages, en confirmant dès lors que Comment vivre chez les monstres restera sûrement sur un pur créneau léger, où l'on continuera de flâner avec Flamea au gré de ses découvertes et rencontres.

Et c'est bien ce qui a lieu dans toute la suite du volume, où notre héroïne et ses partenaires d'un moment se baladent de lieu en lieu, de quartier en quartier, de découverte en découverte, avec à la clé une Flamea toujours aussi enthousiasmée. Et même si sa façon systématiquement de tout noter est parfois agaçante en pouvant casser le côté paisible de certains moments dont on aimerait simplement profiter sans rien d'autre, le fait est que globalement la recette confirme qu'elle fonctionne assez bien, grâce à des "découvertes" certes toujours un peu en surface, mais suffisamment variées.

Tout en s'assurant encore une très légère pointe de fan-service via des moments comme la découverte des bains du donjon ou des sources chaudes de la ville, le récit joue honnêtement sur ses axes installés dans le tome 1. D'un côté, on profite agréablement, comme un touriste aux côtés de Flamea, des découvertes locales, mais aussi d'événements comme le petit test de courage de la fin de volume. De l'autre côté, les rencontres sont toujours au rendez-vous: Shô Okagiri offre quelques personnages inédits ou très peu vus dans la série-mère, mais amène surtout son héroïne à croiser la route d'une palette de personnages déjà connus, dont certains ne sont pas apparus depuis longtemps dans le manga principal, si bien que l'on est assez heureux de voir vite fait ici ce qu'ils deviennent. On notera toutefois le cas tout à fait particulier d'un certain personnage, qui fait ici partie de la vie de Tempest comme une gentille, alors qu'au moment de la parution de ce tome 2 et du tome 15 de la série-mère (parus simultanément en ce mois de juin) elle est toujours une ennemie dans l'histoire principale. On semble donc avoir droit ici à un léger spoil de ce que deviendra ce personnage plus tard dans la série-mère.

Enfin, ce que l'on appréciera assez également, ce sont les petits enrichissements qui s'entrevoient au fil de la lecture. Ceux-ci concernent Tempest bien sûr, avec par exemple une petite découverte de la confection d'armes au sein du pays de Limule, mais aussi l'évolution de Flamea aussi bien personnellement (elle montre notamment son utilité dans le donjon) que dans sa tâche: ainsi, la confection d'un appareil-photos lui sera bien utile pour illustrer son guide et le rendre moins barbant !

Au bout du compte, Comment vivre chez les monstres confirme un certain capital-sympathie. Tout reste assez léger, y compris dans les développements, mais l'ambiance plus "chill" que dans la série-mère permet une immersion assez agréable et plutôt inédite dans le pays fondé par Limule.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

12.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News