Mémoires de Vanitas (les) Vol.9 - Actualité manga
Mémoires de Vanitas (les) Vol.9 - Manga

Mémoires de Vanitas (les) Vol.9

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 16 Décembre 2021

Chronique 2 :

Mikhail, qui prétend être le jeune frère de Vanitas, tend un piège à Noé et lui offre son sang...ce qui va permettre au vampire de plonger dans le passé des deux "frères" et ainsi d'en apprendre davantage sur leurs origines mais aussi sur le vampire de la lune bleu!

Encore une fois, pas mal de temps nous sépare de la sortie de ce volume avec le précédent, largement de quoi perdre le fil de l'intrigue.
Et si l'auteur précise que ce tome est plus "fin" que les précédents il n'en demeure pas moins particulièrement épais...ce qui n'en fait pas pour autant une lecture longue...en effet un volume de cette série se lit toujours aussi rapidement, notamment du fait des cases aérées et des pages pleines voire des doubles pages que nous offre régulièrement l'auteure.

Une fois n'est pas coutume, dans ce tome la narration ne vas pas trop partir dans tous les sens, on ne va pas multiplier les points de vus, de même que les personnages présents ne seront pas légions...ainsi on va pouvoir se centrer sur un point précis et le développer convenablement sans trop s'y perdre, car je le confesse sans peine, j'ai un peu de mal avec le style de l'auteure (malgré tout le talent que je lui reconnaît volontiers)...je trouve globalement sa narration assez brouillonne et confuse et j'ai bien souvent du mal à suivre le fil...c'était déjà le cas avec Pandora's Heart, et c'est toujours le cas ici avec Les mémoires de Vanitas. Sans parler des personnages qui se ressemblent un peu trop à mon goût...alors quand elle s'amuse à faire des allers retours entre les époques, le plus souvent sans même le préciser, sans même faire de transition...il n'est pas rare que je me sente perdu.

Au moins ici dans le présent opus, on ne part pas dans tous les sens et le nombre de personnages qui interviennent est limité. Cela ne va pas empêcher des allers retours entre deux époques mais au moins cela reste assez clair.
On va donc passer un long moment dans le passé de Vanitas, à l'époque il n'était que le sujet 69, où il n'était qu'un cobaye... On va revenir sur ses origines et commencer à comprendre d'où lui vient ce surnom et d'où il tient le grimoire...
Tout n'est pas encore clair, il reste encore des zones d'ombres, mais on commence à rattacher les pièces du puzzle, les manquantes étant de moins en moins nombreuses.

Les deux protagonistes vont finir par s'opposer, à croire que c'était inévitable...on ne l'attendait pas spécialement, mais il reste ce sentiment que c'est un passage obligé pour les auteurs d'en passer par là...cohérent ou pas. Mais pour le coup ça passe plutôt bien!

Au final on se retrouve avec un tome assez plaisant, qui lève le voile sur les zones d'ombres de notre héros qui pour le coup nous apparaît bien moins jovial et nonchalant...une nouvelle approche plus sombre de Vanitas qui n'est pas pour déplaire.


Chronique 1 :

A Altus-Paris, au sein du château de Carbunculus, Jeanne se voit confier une mystérieuse mission dès lors que l'on apprend l'inquiétante nouvelle de la disparition de Dominique, que personne n'a vue depuis 3 jours. Personne ne sait encore ce qu'est devenue la jeune femme... personne, hormis Noé et Mikhaïl. Ce dernier, qui se présente comme le petit frère de Vanitas, a effectivement enlevé Dominique pour faire venir jusqu'à lui Noé, et il menace d'exécuter la précieuse amie du vampire s'il ne se plie pas à sa demande: boire le sang de Vanitas, pour découvrir son passé et comprendre un fait que Noé ignorait totalement: pourquoi Vanitas a tué leur "père, le vampire de la lune bleue ! Remarquant que Noé sait décidément très peu de choses sur Vanitas, Mikhaïl entreprend alors de laisser Noé boire son propre sang, pour lui dévoiler ce qu'il sait de leur enfance commune à lui et à Vanitas...

Qu'on se le dise, nous voici à un moment important de l'oeuvre de Jun Mochizuki puisque, pendant quasiment la moitié du volume (soit environ 80 pages), la mangaka va enfin dévoiler toute une partie du passé de Vanitas, à savoir les années qu'il vécut en commun avec Mikhaïl et le vampire de la lune bleue, le tout à travers les yeux de Mikhaïl dès lors que Noé est obligé de lui boire le sang. Et d'ailleurs, concernant ce choix narratif, on appréciera beaucoup le souci de cohérence de l'autrice, là où pas mal d'oeuvres cèdent à la facilité sur ce genre de flashback: puisque tout est vécu à travers Mikhaïl, on ne suivra jamais des choses que lui-même n'a pas pu suivre à cette époque (par exemple, quand Mikhaïl s'endort et ne suit donc plus rien, le flashback s'offre une ellipse).

Nous voici donc plongés dans des souvenirs débutant par un petit focus sur l'enfance sombre de Mikhaïl, un enfant qui fut bafoué par la vie dès ses plus jeunes années, avant que le récit ne nous présente sa rencontre avec Vanitas dans des circonstance tout aussi horribles, puis la rencontre de ces deux-là avec le fameux vampire de la lune bleue, personnage-clé de l'oeuvre et que l'on n'avait pourtant jamais beaucoup vu jusqu'à présent (puisqu'il est mort dans le présent, faut-il le rappeler). Raccrochant efficacement ce flashback à des événements et à des personnages ayant déjà eu leur rôle dans les tomes précédents (Roland, et surtout l'ignoble et cruel Docteur Moreau), Jun Mochizuki livre une séquence de 80 pages assez sombre et dure au vu de ce que Mikhaïl et Vanitas ont eu à traverser... mais il y a aussi d'autres choses à retenir, à commencer par la gentillesse de Vanitas transparaissant bien dans les moments durs où il aurait pu ne penser qu'à lui, sa haine envers les vampires malgré tout, puis les moments plus heureux que les deux garçons ont semblé passer avec le vampire de la lune bleue... Alors, effectivement la question se pose de plus belle: qu'est-ce qui a poussé Vanitas à tuer son "père" ?

Pour y répondre, une seule solution: que Vanitas daigne dévoiler son passé, ou que Noé boive son sang. Ce dernier n'a aucune envie de faire ça, mais derrière cela il y a un enjeu de taille: la survie de Dominique, une personne profondément importante pour lui pour les raisons que l'on connaît mais qui sont brièvement rappelées... à juste titre puisque, derrière, c'est également Dominique elle-même qui est abordée un peu plus, notamment dans son sentiment très dur envers elle-même concernant la mort de son frère Louis. Le lien Noé/Dominique en ressort encore plus fort, ce qui ne fait que décupler les enjeux dès lors que Noé doit faire son choix vis-à-vis de Vanitas: le trahir ou non. Mais Vanitas, lui, que pense-t-il de tout ça, et de son lien bâti avec Noé ? La réponse pourrait être assez cruelle, et aboutit même sur une dernière partie de tome très intense car portée par de l'action aux forts enjeux.

A la fois important dans ses révélations, fort dans ses enjeux et dans les tiraillements de ses personnages, et haletant dans sa dernière partie, ce 9e volume des Mémoires de Vanitas frappe fort... Le mieux étant que Jun Mochizuki a toutes les cartes en mains pour nous proposer une suite encore plus tendue, en nous offrant dans les toutes dernières pages l'un des pires cliffhanger de sa série à ce jour. Heureusement, pour se détendre un petit peu, on appréciera le chapitre bonus d'une grosse vingtaine de pages, franchement sympathique à suivre.
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

15 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
16.25 20
Note de la rédaction