Maux Mélés Vol.2 - Actualité manga

Maux Mélés Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 26 October 2021

Tsukasa et Matsuoka se sont énormément rapprochés l'un de l'autre. Alors que durant une journée de cours le garçon éprouve un malaise, la jeune fille le raccompagne, et tous deux profitent d'un bol d'air frais sur la plage. A ce moment, Matsuoka se fait plus confident que jamais et s'ouvre encore plus à son amie. Lors les tracas personnels de l'adolescent viennent concerner toute l'auberge, ce dernier fait une déclaration inattendue à Tsukasa.

Ce deuxième volume conclue déjà Maux Mêlés, tranche de vie adolescente et baignée dans un soupçon de romance que l'on doit à Meguru Izawa pour l'intrigue, et à Tohru Tagura pour l'aspect graphique. Le premier volume, dépeint dans une certaine douceur, plantait quelques interrogations chez le lectorat. On se questionnait évidemment sur l'issue de ce petit triangle, sur la concrétisation d'éventuels sentiments ainsi que sur le développement possible des protagonistes, dont Miwa dont on ne savait quoi penser sincèrement. A ceci s'ajoutent les thématiques abordées, notamment la crainte de l'autre, qui prend une tournure des plus raffinées dans cette suite et fin.

L'amorce du tome ne tarde d'ailleurs pas à répondre à l'une de nos questions sur la dimension amoureuse de la série, aussi la déclaration soudaine de Matsuoka donne à l'intrigue un autre élan, au même titre que ses dilemmes familiaux qui viennent créer des enjeux chez le personnage. Ce premier chapitre de volume est une véritable amorce qui guidera le récit jusqu'à sa conclusion, une fin censée et belle, qui parvient à boucler les quelques pistes amorcées de manière plus ou moins complète.

De la déclaration de Matsuoka aux révélations de Miwa le concernant, le tout en passant par le choix que devra faire Tsukasa, ce second tome a un programme encore plus dense que le premier. A ce titre, chaque scène apporte sa petite pierre à l'édifice, et on ressent bien la trame pensée en amont par Meguru Izawa. C'est surtout dans son écriture des personnages que l'intrigue de Maux Mêlés s'apprécie pleinement sur la fin, et on pensera une nouvelle fois à Miwa, adolescent imperceptible qu'on était tentés de mépriser un peu pour son côté avenant mettant sa colocataire mal à l'aise, qui fait office de figure complexe répondant à sa manière à la thématique du rapport à l'autre, et à l'enfermement sur soi. Que ce soit Miwa, Tsukasa ou Matsuoka, les finalités proposés ont toujours quelque chose de touchant, l'optimisme de la conclusion amenant de belles ambiances au même titre que le dessin de Tohru Tagura, raffiné à souhait, et qui sait mettre en exergue la douceur au sein du petit trio. D'ailleurs, cette suite a pour autre argument l'atmosphère qui règne dans le petit groupe d'ami, sorte de petit foyer au sein de l'auberge gérée par la famille de Tsukasa, une ambiance qui gagne en force au fil des développements des personnages. Parce qu'on les découvre en même temps que l'héroïne, notre immersion à leurs côtés se fait plus saisissante, apportant une juste douceur à ce récit adolescent dont les problématiques initiales ne permettaient pas à une telle ivresse de régner.

Chose louable, c'est la dimension que prend le triangle amoureux qui confère à ce deuxième opus une autre force véritable. Du fait que l'héroïne ait deux prétendants, la question logique du « choix », propre aux comédies romantiques, est mise sur la table. Une sorte de pression imposée à Tsukasa que l'ensemble parvient à traiter avec nuance et bon sens, le récit posant même la question d'une telle contrainte. C'est une approche particulièrement saine et qui donne un zeste de fraîcheur à la série, contribuant à sa fin complète. Mais il restera bien un manque, à savoir les enjeux familiaux dans l'histoire de Matsuoka qui auraient mérité un peu plus d'appui sur la toute fin. On comprend l'idée de se centrer sur les choix des personnages et leurs capacités à aller de l'avant, mais cela mène à quelques raccourcis décisifs un poil dommageables.

Cela n'empêche pas cette deuxième moitié de Maux Mêlés de séduire et d'apporter une vision d'ensemble solide. Dans sa globalité, l'œuvre de Meguru Izawa et de Tohru Tagura se sera montrée forte, empreinte d'une douceur grisante aux côtés de personnages attachants et consistants, donnant lieu à une série qu'on aimera relire pour la redécouvrir suite aux révélations de deuxième opus, mais aussi pour profiter de nouveau de ses ambiances et de sa sincérité. Si Meguru Izawa ne semble pas avoir signé d'autre ouvrage à ce jour, on espère pouvoir retrouver la délicate patte de Tohru Tagura via ses autres œuvres, un jour dans nos librairies.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News