March comes in like a lion Vol.13 - Actualité manga

March comes in like a lion Vol.13

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 09 August 2019

Akari, l'aînée des soeurs "rayon de soleil" Kawamoto, est belle, douce, mûre, attentive, bienveillante, chaleureuse, digne de confiance... mais à force de toujours faire attention aux autres, ne risque-t-elle pas d'oublier son propre bonheur ? Pourtant, bien des hommes s'intéressent à cette perle, et se verraient bien essayer de faire le bonheur de la jeune femme à ses côtés... et parmi eux, il y a Hayashida. Depuis la fête de l'été et l'instant où il a rattrapé Akari qui allait chuter, l'ex professeur de Rei en a bien conscience: il a des sentiments pour elle. Mais la fête estivale a aussi marqué un autre virage important: la première rencontre "en live" de Hayashida et Akari avec le joueur de shogi Shimada, depuis longtemps idole de l'enseignant. Au-delà de l'admiration, Hayashida ne s'attendait pourtant pas à rencontrer Shimada dans ces conditions, d'autant que cela fait un homme de plus qui remarque Akari...

La question du bonheur amoureux d'Akari est bel et bien lancée depuis le volume précédent, mais la magie de Chica Umino est de ne pas tomber pour autant dans de la romance lambda et de poursuivre son récit de façon on ne peut plus naturelle, en mêlant la chose à ses autres sujets habituels pour une tranche de vie qui continue d'avancer à son rythme en n'oubliant rien. Ainsi suit-on, non sans amusement, la prise de conscience de Hayashida qu'il aime Akari et qu'il lui faudra peut-être essayer quelque chose avant de se la faire piquer, lui qui s'est toujours tenu éloigné de toute relation (c'est dire s'il est sûrement sincère dans ce qu'il ressent). Mais aussi son sentiment nuancé après sa rencontre avec Shimada, qu'il admire tant, mais qui pourrait devenir un potentiel rival, et face à qui il se sent un eu inférieur. Et pendant ce temps, l'aînée des soeurs Kawamoto continue de séduire, que ce soit au travail où elle reste elle-même malgré son look un peu différent, ou quand, après bien des efforts quotidiens, elle se remémore avec bonheur la douceur et le chaleur ressentie quand les deux hommes l'ont rattrapée à la fête. Une chaleur contrastant avec la froideur ressentie quand elle repense à son père, ce père qui fut avant Hayashida et Shimada la dernière personne à l'avoir sauvée d'une chute, quand elle était toute petite. En passant, soulignons qu'on a là un nouvel exemple de toute la maîtrise narrative d'Umino, le geste de Hayashida et Shimada dans le présent rappelant à jeune femme un souvenir d'enfance qui la pousse à repenser ensuite à son père. Tout coule de source, avec logique et humanité, mais évidemment Umino est très loin de s'arrêter aux enjeux autour d'Akari, Hayashida et Shimada dans ce tome.

A vrai dire, la tête de proue de ce volume est sans doute un autre personnage que ces trois-là, à savoir le génial Nikaidô, qui revient tout feu tout flamme pour le tournoi Tôyô Open du mois d'août, où il est voué à affronter Meijin Sôya au 2e tour... si tant est qu'il passe le premier tour. Faisant la promesse avec Rei de se retrouver en finale, Nikaidô est motivé à bloc à l'idée d'enfin rencontrer et affronter son idole de toujours, attirer son attention et gagner... Et tout bonnement, une nouvelle fois, ce jeune garçon régale à bien des égards: sa motivation et son positivisme plus forts que jamais malgré sa santé fragile, sa détermination mêlée à une profonde et attachante admiration pour Sôya, son désir total de lui prouver ce qu'il vaut, plein de petits a côté très vivants comme ses interactiosn avec son attentive petite chienne Elisabeth... Tandis que certaines petites surprises ont lieu vite fait dans les autres matchs du tournoi, le duel qui a lieu entre Nikaidô et Söya sonne alors comme un petit ponit culminant, d'autant qu'il réservera quelques moments forts. Si forts qu'ils influeront même d'autres joueurs jusqu'à les toucher en plein coeur.

Et c'est bien là toute la magie d'Umino, une nouvelle fois: tout le monde avance et évolue peu à peu dans son récit, personnages principaux comme secondaires. Après la rencontre intense menée par Nikaidô, des émotions diverses résonnent chez d'autres personnages, comme Rei bien sûr qui prend conscience de certaines choses en lui, ou encore le lugubre Namerikawa que l'on découvre un eu plus et qui, lui aussi, dans une certaine mesure, voit le match et le comportement de Nikaidô avoir un impact sur lui.

Et en achevant son tome en revenant un peu sur les déboires sentimentaux et les regrets concernant Rei d'une demoiselle qu'on n'avait pas vue depuis longtemps et que l'on entrevoit alors plus en complexité, Chica Umino n'oublie une fois de plus personne et offre à nouveau un volume complet et brillant. Quand on pense que le rythme de parution japonais est quasiment rattrapé et qu'il faudra ensuite attendre beaucoup plus longtemps entre chaque tome, on est déjà triste à l'idée de ne plus pouvoir suivre aussi assidument la belle et chaleureuse histoire de tous ces personnages...


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News