Maison dans les buissons (une) - Actualité manga

Maison dans les buissons (une)

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 09 November 2017

En octobre, chez Syros, sortait « Une maison dans les buissons », le nouvel album de Akiko Miyakoshi, une auteure déjà connue chez nous pour deux précédents albums, « Un goûter en forêt » et « Quand il fait nuit », qui a été récompensé d'un Ragazzi Award (mention spéciale, fiction) de la foire internationale de Bologne en 2016. 


La petite Sakko vient tout juste de déménager, ses parents sont encore occupés par le rangement de leurs affaires quand elle veut aller jouer dehors. Curieuse, elle se dirige vers la maison de ses voisins, mais il n'y a personne. Elle décide de traverser le champ qui sépare les deux maisons pour rentrer et, alors qu'elle ramassait des fleurs, elle aperçoit un chat qui se faufile dans un buisson. Elle décide d'aller explorer ce petit coin de verdure. Et, surprise ! Elle y découvre un joli panier contenant une jolie dînette. Elle comprend vite que cela appartient à sa nouvelle voisine, avec qui elle souhaite devenir amie, et elle lui prépare alors une petite surprise en vue de leur prochaine rencontre !


Akiko Miyakoshi nous offre ici une jolie histoire, simple, mais très efficace, et pleine de bons sentiments. Le déménagement est souvent une source de peur et de stress pour les enfants,avec la peur de la nouveauté et de l'inconnu. Ici, l'auteure désamorce tout cela avec une petite fille, légèrement anxieuse, mais surtout très curieuse. Cette curiosité la pousse à faire le premier pas vers sa voisine, à découvrir son nouvel environnement, à l'explorer. De plus, on voit la petite Sakko déjà accueillir sa nouvelle amie alors qu'elle ne l'a pas encore rencontrée, et on est ravi de voir la petite voisine apparaître dans l'histoire et accueillir tout aussi bien Sakko. Le jeu qui les réunit est d'ailleurs un jeu qui se joue bien mieux à plusieurs : la dînette. 


Au niveau du dessin, on a un très beau résultat au crayon. Les couleurs sont chatoyantes voire flashy, comme l’orange de la robe de la petite Sakko qui est utilisée pour la quatrième de couverture de l'album, mais aussi à l'intérieur de l'album. Ce choix de couleur pour la robe rend tout de suite le personnage de Sakko beaucoup plus présent au sein des illustrations.  


Au niveau des décors, les couleurs sont aussi très bien choisies que ce soit pour la végétation ou bien pour la maison, qui reste dans des teintes grises et assez ternes comparées à l'extérieur, ultra lumineux et beaucoup plus engageant. 


L'édition de Syros est excellente, avec des couvertures cartonnées épaisse et solide, ainsi qu'un papier épais et qui rend parfaitement compte des couleurs. La traduction de Nadia Porcar est très bonne et fluide. On appréciera la petite présentation de l'auteure à la fin de l'album, toujours un plus pour ceux qui découvrent une auteure. 


En somme, « Une maison dans les buissons » est un album très sympathique et qui change quelque peu des traditionnels albums de fin d'année. On a ici une histoire lumineuse sur un événement qui peut troubler quelques enfants, et qui nous appelle déjà vers les beaux jours avec ces dessins doux et rempli de vie.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
kayukichan

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News