Love Mode Vol.7

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 03 September 2010

Cela fait bien longtemps que l’auteur tourne avec les mêmes personnages, et ce n’était pas pour nous déplaire ! Ici elle décide cependant de commencer ce qui pourrait être un nouvel arc, en prenant de nouveaux protagonistes à torturer … On se concentre essentiellement et véritablement sur le Blue boy et ses activités. La première partie majeure de ce septième tome raconte la difficulté de compréhension entre Rin, le numéro deux du club, passé numéro un en l’absence d’Izumi, et son client. Il se voit confié à Ian, un mannequin qui n’est que peu souvent au Japon mais qui a passé un contrat exclusif avec Rin. Celui-ci aurait pu s’en réjouir, si son client n’avait pas exprimé sa déception en n’ayant pas à faire au numéro un du club, et lui disait d’avantage de mots doux … Assez mal luné pour un hôte, Rin en fait voir des vertes et des pas mûres à Ian, qui a bien du mal à comprendre cet être complexe et paradoxal. De son côté, Jin alias le mentor de Rin mais aussi celui qui a partagé la couche du petit prince étranger dans un tome précédent, se voit affublé d’un jeune éphèbe curieux et têtu qui demande à entrer dans le club … Non sans mal, Katsuki se fraye un chemin vers cet homme étrange, mystérieux, froid et violent qu’est Jin, en essayant de se faire une place dans son cœur.

Dans un chapitre bonus on retrouve Naoya et Aoé pour l’anniversaire de celui-ci, mais c’est plutôt anecdotique. Si ce tome offre de nombreuses nouvelles perspectives et figures, ce n’est pas pour nous déplaire tant que ça … Les personnages proposés sont caractériels, ont des motivations pertinentes et des émotions réalistes. On déplore toujours le sacre de l’homosexualité, qui existe partout dans Love Mode, mais c’est sans compter la disparité des différentes romances, qui permet de ne pas confondre les couples même si on perd souvent les noms de ceux qui les composent … Un bon volume, donc, qui renoue avec la petite déception du précédent. Du dynamisme, de la nouveauté … Pourquoi pas, si l’auteur arrive à gérer tout ça et à n’oublier personne, en leur permettant de revenir sur le devant de la scène de temps à autre, même si leur heure de gloire est passée.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
NiDNiM

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News