Kizuna Vol.6 - Actualité manga

Kizuna Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 16 April 2009

Le calme après la tempête commence. C’est ici un retour à la vie quotidienne, aussi normale qu’elle puisse l’être suite à une immersion dans l’univers mafieux. Après l’action présente dans les deux derniers tomes, l’intrigue s’essouffle un peu ici, bien que la fin soit une véritable déception pour le lecteur, mais un procédé habile de la part de la mangaka. A présent, on veut la suite ! De plus, on remarque que Kodaka a enfin trouvé le bon équilibre entre scènes yaoistes - génératrices d’humour - et histoire de fond. Pourtant, rien de vraiment nouveau entre les amoureux, à part une attendrissante demande en mariage … L’intérêt de ce titre n’est pas dans l’histoire principale, mais dans la nouvelle réunissant Tashiro (Roy) et JB (Jack). Celle-ci est une excellente initiative de la part de l’auteur puisque, même détachée de toute intrigue cruciale, elle permet de développer deux protagonistes très intéressants. Ici, point de sentimentalisme à outrance, mais une bonne petite histoire à lire, à la fois bien montée (les personnages ne sont pas tous stéréotypés, surtout au début de la nouvelle, bien que l’on puisse y voir un peu de « Léon ») et mesurée : pas de précipitation ni de longueurs.

Jack et Roy forment ainsi un couple bien plus charismatique que nos habituels héros, et JB est LE personnage de ce volume. Il est tout simplement réussi avec son mauvais genre, son air rebelle, cruel mais posé, sa tendresse sous jacente, son attention vis-à-vis de Roy, son humour, son caractère dur en surface … L’accomplissement de l’amour entre les deux hommes est particulièrement marquant : malgré la culpabilité, la différence entre eux deux, et la conscience qu’il en a, Jack ne peut résister et se blesse lui-même tout en réalisant ses envies. Et un personnage torturé, un ! En parallèle, la volonté désespérée de Roy de ne pas être un ange est touchante, vu que c’est un moyen détourné de montrer l’amour qu’il éprouve. En plus de cela, la scène de viol de Michelle est très bien dessinée, Kodaka s’améliore de plus en plus en ce qui concerne la mise en page, afin de dégager quelque chose de ce titre, quelque chose de totalement inattendu, d’ailleurs. Au final, il y en a pour tous les goûts : des sentiments, de l’amour physique et un certain suspense. Ce volume de Kizuna présente également une constante amélioration dans les graphismes (à part les profils des personnages, dignes des Grecs les plus typés), jusqu’à une fin de tome vraiment réussie : une bonne surprise !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
NiDNiM

14 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News