Ken'en - Comme chien et singe Vol.7 - Actualité manga

Ken'en - Comme chien et singe Vol.7

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 17 October 2019

Aux abords du lac Suwa, Moreya a demandé à nos héros de retrouver le crapaud maléfique qui sévit actuellement, mais cette importante mission risque d'être encore plus complexe que prévu pour eux et en particulier pour Mashira. Car à l'heure où Okine est mal en point, comment le jeune kakuen réagira-t-il en découvrant que sa mère est souffrante à cause de son attachement passé pour le kakuen Shôjô, alors que c'est précisément parce qu'il est lui-même un kakuen qu'elle 'la autrefois rejeté ?

La confrontation au crapaud maléfique, occupant tout le volume, a donc plus d'un jeu.

Il y a, bien sûr, l'affrontement en lui-même, voué à conserver une part dramatique et mélancolique puisque l'on sait d'emblée que Shôjô, dont l'enveloppe est manipulée par l'être ennemi, n'est déjà plus un kakuen depuis longtemps et qu'il ne pourra que disparaître à l'issue de tout ceci. Ici, Mashira et ses compagnons vont devoir beaucoup donner, faire appel à l'aide de certaines entités folkloriques comme Yasakatome et Takeminakata, et l'on appréciera beaucoup que le scénariste Fuetsudo s'applique toujours autant dans son appropriation de ces divers éléments du folklore de son pays, en y restant fidèle et en leur offrant une réelle utilité et cohérence dans son scénario.

De même, le récit tire toujours bien parti de ses événements pour approfondir également ses visages secondaires, en particulier ici Metatekai, dont le comportement et l'évolution reste intéressants, surtout vis-à-vis du sens du sacrifice qu'elle est prête à montrer (ce qui, en prime, met en avant l'une des contreparties cruelles du pouvoir des reiken). Mais Okine est aussi, évidemment, au centre de tout, la mère alité de Mashira devant se confronter non seulement à son attachement d'autrefois pour Shôjô, mais aussi aux décisions qu'elle a autrefois prises vis-à-vis de son enfant qu'elle avait si violemment repoussé... Cela aura-t-il un impact sur Mashira ?

Enfin, il y a donc Mashira lui-même, qui, pour pouvoir battre le crapaud maléfique, est amené à prendre des décisions qui pourraient être lourdes de conséquences pour lui. Doit-il devenir un dieu-singe pour venir en aide à ceux qui en ont besoin ? Que représente sa nature de kakuen pour lui ? Peut-il désormais assumer cette nature qui l'a si souvent fait souffrir ? Surtout dans la dernière partie du volume, les auteurs, sans trop traîner, mettent bien en avant tout ce que Mashira a pu apprendre, découvrir, son évolution devant beaucoup aux liens qu'il a bâtis avec son entourage, Hayate en tête.

Sous les dessins toujours aussi savoureux de Hitoshi Ichimura, Ken'en - Comme chien et singe reste donc ici une très bonne lecture, aux personnages suffisamment travaillés et à l'ambiance folklorique soignée et délicieuse. Après ce tome assez intense et mouvementé, il ne reste plus qu'un volume pour conclure l'oeuvre, et au vu des avancées ici présentes tout laisse envisager une fin aboutie.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.25 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News