Kase-san Vol.1 - Actualité manga

Kase-san Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 07 June 2019

Chronique 2
  
Le yuri est un genre qui reste plutôt discret en France. Ces dernières années, Taifu Comics est le principal éditeur s'évertuant à publier des oeuvres du genre, avec des hauts et des bas, de très beaux récits (Pas à pas, Girlfriends, Une recette secrète, All we need is love...) et d'autres plus dispensables. A partir de 2016, l'éditeur a décide d'offrir une nouvelle chance à un genre qui était alors en perdition chez nous en publiant Citrus, l'un des principaux succès yuri de ces dernières années, offrant un récit plutôt mignon bien que finalement très lisse. Et à l'approche de la conclusion de la série de Saburouta en France, l'éditeur choisit donc d'enchaîner avec une nouvelle oeuvre qui, depuis quelque temps, jouit elle aussi d'une belle réputation.

Romance tendre et charmante signée Takashima Hiromi, Kase-san est toujours en cours, et a été adaptée en 2018 en un film animé qui a connu un très bel accueil, en en faisant dès lors un des yuri des premier plan. Initialement lancée en 2012 dans un périodique dédié aux one-shots yuri, cette oeuvre a d'abord pris la forme de plusieurs one-shots successifs, avant d'entamer en 2014 une sérialisation officielle, puis d'être publiée à partir de 2017 dans le magazine Wings des éditions Shinshokan. Signe particulier: chaque tome possède son propre sous-titre, ainsi le premier volume s'appelle Kase-san & les belles-de-jour, le second se nommera Kase-san & le bento, le troisième Kase-san & les shortcakes, etc.

Jeune lycéenne d'un naturel très timide et introverti, Yamada reste souvent seule, à s'occuper des plantes de l'établissement scolaire, tout en observant de loin Kase, qui est toute son contraire: grande, très sportive, vedette du club d'athlétisme où elle pulvérise les records, naturelle et sociable... Yamada admire profondément Kase, secrètement, seule dans son coin. Du moins, jusqu'à ce que Kase croise sa route devant les belles-de-jour dont Yamada s'occupe et qu'elle a elle-même plantées. Kasé l'aborde directement, et cette rencontre marquera le début d'une amitié forte, et de bien plus encore...

Dans les premiers chapitres, on sent bien que l'oeuvre était à l'origine une succession de petits one-shot, mais ce n'est aucunement dérangeant car rapidement la mangaka parvient déjà à y distiller un fil rouge précis autour de l'évolution de la relation entre Yamada et Kase, jusqu'à ce que celui-ci prenne facilement plus de consistance et qu'il avance déjà à grands pas en toute fin de tome. Le déroulement joue, somme toute, sur des choses assez classiques, sur des petits événements typiques de la vie lycéenne (examens, fête sportive, sortie entre amies...), mais chacun de ces petits instants permet de consolider un petit peu plus la manière dont les deux héroïnes s'entendent, se considèrent, se voient... ce qui passe aussi beaucoup à travers les petites discussions que ces deux jeunes filles si différentes ont, et via la narration dont l'introspection passe exclusivement par Yamada. Cette dernière est une jeune fille aussi mignonne qu'attachante, dont on cerne bien les petits émois, et c'est surtout à travers elle qu'on apprend à découvrir Kase, adolescente à la personnalité différente mais alors tout aussi attachante.

Suivre ces deux demoiselles dans leurs avancées est donc un petit moment de plaisir, d'autant plus que quelques personnages secondaires sont pour l'instant tout aussi plaisants (comme la seule amie de Yamada, qui veille sur elle), et que le dessin, malgré quelques petite irrégularité, s'avère très rafraîchissant et léger. Le trait fin et élancé de la dessinatrice est agréable, tout comme son style clair et expressif, l'ensemble s'adaptant très bien à une romance de ce genre.

Au final, le premier volume de Kase-san joue sur des choses plutôt classiques, mais il le fait bien, avec une atmosphère très mignonne, douce et fraîche, et deux héroïnes qui savent facilement se faire attachante. On attend volontiers de voir comment évoluera cette agréable et même adorable tranche de vie, et en attendant on ne boude pas notre plaisir en parcourant ces débuts prometteurs.

Concernant l'édition, Taifu Comics rend une copie agréable à prendre en mains, avec un papier souple et sans transparence, une bonne qualité d'impression, une première page en couleur, et une traduction de Guillaume Draelants qui fait plutôt bien le job en s'adaptant assez facilement aux personnalités différentes des héroïnes.
  
  
Chronique 1
  
Le catalogue Yuri des éditions Taifu s'est toujours montré timide, mais Citrus a connu un succès largement supérieur aux titres précédents. A l'approche de la fin de la série de Saburouta, garnir la collection d'un nouveau titre n'était pas de refus. Aussi, c'est la série Kase-san qui nous est proposée en ce printemps 2019 assez maussade, une série en cours de parution depuis 2010 avec 5 volumes publiés à l'heure actuelle, sachant qu'un dérivé intitulé Yamada to Kase-san est en cours de parution depuis 2017. A noter que la série a connu une adaptation animée sous forme d'un OAV d'une heure environ, épisode inédit chez nous.

Lycéenne un peu chétive, Yamada est tout l'inverse de Kase, adolescente de grande taille, sportive et séduisante. Yamada ne connaissait Kase que de loin, jusqu'à ce que cette dernière lui adresse la parole alors qu'elle s'occupait des fleurs du lycée. Une première conversation cruciale puisque les deux lycéennes, pourtant si différentes, vont se rapprocher et devenir amies. Pour Yamada qui n'est jamais tombée amoureuse, ce qu'elle ressent pourrait bien s'apparenter à de l'amour... Serait-ce le côté garçon manque de Kase qui l'a charmée ? Son amour a-t-il une chance ?

Le catalogue Yuri de Taifu propose des titres assez différents. Les premiers mangas de la collection à avoir marqué sont sans doute ceux de Milk Morinaga, particulièrement frais et développant des relations amoureuses  particulièrement mignonnes et sincères entre leurs héroïnes. Loin d'un Citrus qui, malgré ses qualités, se révèle assez convenu dans ses péripéties et sa structure. Heureusement, Kase-san est un titre à l'image de Girl Friends, à savoir une tranche de vie pétillante narrant l'épanouissement amoureux de deux demoiselles qui semblent bien s'être trouvées.

Difficile de ne pas entrer dans ce premier tome du récit de Hiromi Takashima, tant sa tonalité feel-good se révèle particulièrement communicative. Ceci grâce aux deux héroïnes, Yamada et Kase, qui ont chacun leurs caractères et dont l'alchimie est rendue positive en permanent. Pour le moment, pas de mélodrames amoureux, mais un bel amour naissant, sincère et optimiste, entre les deux protagonistes qui vont se découvrir réciproquement et nouer leurs premiers liens d'amitié. L'enjeu du volume, forcément, c'est l'observation de ces liens qui évoluent vite vers l'amour... mais pourront-elles se l'avouer ?

La bonne surprise du tome réside alors dans ce traitement. Les choses ne vont pas spécialement vite en besogne pour les deux protagonistes, mais l'autrice parvient nous proposer un opus d'introduction qui lance habilement le récit, et nous confirme que celui-ci ne devrait pas passer son temps à tourner en rond. Au contraire même puisque ce volume traite de la découverte, tandis que les suivants devraient s'intéresser aux deux héroïnes, mais cette fois en tant que couple.

Et c'est exactement ce dont avait sûrement besoin la collection Yuri de Taifu : une histoire fraîche, pleine de bonne humeur et de sentiments, qui ne tourne pas indéfiniment autour du pot. Plus qu'une comédie romantique, Kase-san se présente comme une tranche-de-vie amoureuse dont le seul enjeu est de jeune amour entre les deux héroïnes, assez différentes, mais dont la place de chacune d'elle semble être aux côtés de l'autre, comme une évidence. Une histoire d'amour sincère qui ne s'encombre pas de fioritures ou de pirouettes scénaristiques convenues... voilà qui fait de Kase-san un titre idéal pour maintenir le Yuri en France.

Et si l'ambiance de ce premier tome est si réussie, c'est sans aucun doute grâce au très joli trait de la mangaka. Le style de Hiromi Takashima déborde de cœur et de sincérité, ce qui se remarque notamment avec l'accent mis sur les expressions de Kase et Yamada. Cette patte s'accorde à merveille avec le côté épuré du dessin de l'autrice, pour un style plein de douceur et totalement raccord avec l'orientation de la série.

Enfin, côté édition, on saluera le travail très honnête de Taifu : un papier fin, mais de qualité, une page couleur d'introduction qui met dans l'ambiance du titre, et une traduction de Guillaume Draelants qui retranscrit toute la sincérité du titre.
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.25 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News