Jujutsu Kaisen Vol.4 - Actualité manga

Jujutsu Kaisen Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 23 September 2020

Chronique 3 :

Yuji fait face à son camarade qu'il vient de rencontrer mais avec lequel il a rapidement sympathisé, se trouvant de nombreux points communs...mais celui ci se laisse manipuler par un Fléau de haut rang, jusqu'à ce qu'il se métamorphose complètement!
Cela va attiser la colère de Yuji qui va devoir empêcher Sukuna de prendre le contrôle...

Le volume précédent introduisait un personnage dont le seul rôle est d'être un élément sacrifiable pour provoquer la colère de Yuji...on pourrait trouver cela dommage étant donné que Junpei se montrait attachant et possédait un fort potentiel, mais force est de constater que le procédé, à défaut d'être original, se veut efficace: on comprend la colère de Yuji et on la partage en partie! Cela donne alors lieu à un affrontement endiablé, dynamique et nerveux!

Mis à part Junpei qui disparaît relativement rapidement, les personnages qui interviennent dans le combat ont tous ce petit quelque chose qui leur donne de la classe et du charisme, à la limite Yuji est peut être le plus commun à ce niveau!
L'exorciste de classe 1, Kento Nanami s'avère être un personnage vraiment intéressant auquel on va également s'attacher rapidement, notamment grâce à un rapide flashback nous présentant les motivations du personnage...ce même flashback qui va nous faire nous poser des questions quant à sa durée de vie dans le présent tome...
Et puis il faut également évoquer le grand antagoniste du moment, le redoutable Mahito qui se montre aussi impressionnant qu'inquiétant. Il dégage une véritable aura de danger et parvient à faire douter le lecteur à quelques reprises...

Concernant les deux personnages précités, le simple fait que le lecteur s'inquiète de leur mort, même si l'auteur ne va pas forcément au bout des choses (on le sait capable de le faire maintenant), apporte réellement un gros plus à la lecture, car on pense que tout peut arriver et que personne n'est à l'abri; cela ajoute véritablement un réel intérêt!

Suite à cela on revient au sein de l'académie d'exorciste et on retrouve l'intrigue évoquée concernant un tournoi entre ceux de Tokyo et ceux de Kyoto: ainsi de nouveaux personnages entrent en scène et rapidement des oppositions se dessinent. Cela va plutôt vite, on nous expose les règles et la première étape débute!
On pouvait redouter qu'on nous propose un tournoi, encore une fois, certes passage obligé des shonens, mais devenu tellement cliché, et le plus souvent non justifié, mais on a ici l'agréable surprise de découvrir qu'il ne s'agit pas d'un tournoi classique, en un contre un (pour le moment), que les épreuves s'annoncent variées et peuvent nous réserver des surprises...

Un volume vraiment intéressant, qui confirme l’intérêt qu'on peut porter à ce titre, qui n'est certes pas le plus original qu'on ait pu voir récemment, mais qui n'en est pas moins efficace!


Chronique 2 :

Placé sur l'affaire de la mort de 3 adolescents dans un cinéma en compagnie de Kento Nanami, Yuji doit faire ses preuves en se montrant utile. En sympathisant facilement avec Junpei, unique témoin du massacre, notre héros semble djéà faire un grand pas en avant, d'autant que ses mots permettent à ce jeune garçon brimé de repartir de l'avant. Mais les démons n'ont aucune pitié, et c'est souvent quand tout semble commencer à aller mieux qu'ils frappent: après avoir fait miroiter bien des choses à Junpei, le fléau Mahito passe à la vitesse supérieure dans ses plans en provoquant la mort de la mère adorée de l'adolescent. Perdant son plus grand soutien dans la vie, Junpei cède alors à sa soif de vengeance, et commence à semer le chaos dans son lycée en étant déterminer à se venger de tous ceux qui l'ont fait souffrir...

Après avoir presque fait miroiter du positif à Junpei via les paroles de Yuji, le tome précédent nous laissait sur des toutes dernières pages d'un tout autre calibre, beaucoup plus dures et dramatiques, annonçant dès lors un quatrième opus intense. Et dans l'ensemble, c'est bien ce à quoi on a droit pendant les deux premiers tiers de ce tome, consacrés à l'affrontement de Yuji puis Kento contre Junpei et Mahito qui le manipule. Comme souvent dans la série, tout va vite, très vite, peut-être même parfois un peu trop vite puisque l'on pouvait attendre plus du cas de Junpei, de ses capacités liées au poison et du fait qu'il est exploité par Mahito. Finalement, de façon quelque part un peu étonnante tout compte fait, Mahito dévoile bien vite son jeu après ses petites manipulations, et c'est précisément à partir de là que le long affrontement devient réellement prenant.

Tout d'abord grâce à la patte visuelle de Gege Akutami, toujours aussi intéressante. Il y a certes encore quelques imperfections/irrégularités, mais le trait assez brut et acéré de l'artiste sert un dynamisme souvent impeccable, encore renforcé par des décors servant de véritable terrain d'action, ainsi que par des angles où il cherche à offrir les meilleures sensations possibles (ne serait qu'une caméra un peu en biais/diagonale, une vue d'en-dessous quand Yuji saute d'un toit...). Et puis, il ne faut pas oublier non plus les quelques élans un peu "crades" autour notamment des déformations physiques provoquées par Mahito !

Mais au-delà de l'efficacité pure du dessin dans l'action et dans le rythme, on constate surtout qu'à l'heure où Yuji doit montrer ce qu'il vaut et faire ses premiers pas en tant qu'exorciste, Gege Akutami cherche particulièrement à exploiter les concepts spécifiques de son univers, sans pour autant en faire trop tout de suite. Ici, Mahito se présente comme un redoutable adversaire avec ses capacités de métamorphose, mais aussi via certains concepts bien présentés auparavant tels que l'utilisation d'humains altérés ou l'extension de territoire. En face, Yuji devra forcément se donner à fond, pourra compter sur l'aide de Kento dont on découvre vite et bien une face du passé... mais aussi, bien sûr, sur le surpuissant démon résident en lui, Ryomen Sukuna, un être que l'on continue d'entrevoir avec intérêt, à la fois pour la force incroyable qu'il dégage, mais aussi pour sa personnalité unique: hautain, agissant uniquement comme il en a envie, n'accordant pas plus d'importance à des humains comme Kento qu'à ses "sbires" comme Mahito...

Enfin, ajoutons à tout ceci la façon dont Gege Akutami n'hésite pas à sacrifier sans détours les "pions" dont il n'a plus besoin pour son histoire, un aspect pas du tout surprenant dans le monde du manga, mais un peu plus étonnant quand cela vient d'une série du si souvent formaté Shônen Jump. A voir si cet aspect perdurera sur la longueur, mais on ne demanderait pas mieux.

Tout ceci contribue à nous offrir un long combat très prenant et assez intense, malgré, comme déjà dit, quelques petits raccourcis et quelques petites irrégularités. Assurément, cela laisse espérer une série qui devrait continuer de grimper en qualité sur ce type de séquences... mais en attendant, après toute cette intensité, le dernier tiers du tome repose un tout petit peu les choses pour installer le futur tournoi contre l'école d'exorcisme de Tokyo, tournoi qui avait été annoncé dans le volume précédent. Ici, Akutami joue volontiers sur une part d'humour autour de certaines choses, comme le retour de Yuji ne se passant pas tout à fait comme il l'espérait, le caractère de certains personnages, ou tout simplement la présence de ce cher Panda parmi les exorcistes. On regrettera que les rivaux de Kyoto (y compris Aoi et Mia qui étaient trop vite expédiés dans le tome 3) ne soient présentés qu'en surface, en revanche on appréciera les promesses faites autour d'une épreuve par équipe qui devrait s'écarter un peu des habitudes propres aux tournois dans ce genre de série. Affaire à suivre, donc !


Chronique 1 :

Yuji parvient à sympathiser avec Junpei, seul témoin des meurtres de ses camarades de lycée, manipulé par le fléau Mahito. Lorsque la mère de ce dernier est tuée par des démons, Junpei laisse parler sa colère et s'en prend à tout son établissement scolaire. Yuji cherche tant bien que mal à le raisonner, mais l'affrontement contre Mahito semble inévitable. Il semble alors difficile pour un jeune exorciste de venir à bout d'un tel adversaire...

La fin du troisième volume nous laissait sur un certain suspense, notamment parce que Gege Akutami proposait un cliffhanger émotionnellement fort. Après nous avoir fait miroiter une issue optimiste quant à la situation de Junpei, l'auteur a totalement renversé la situation en développant la trame la plus dramatique possible. A partir de là, le combat opposant Yuji à Junpei et Majito ne pouvait qu'être éprouvant, et c'est en partie ce sur quoi compte l'artiste pour dépeindre un long combat des plus spectaculaires.

La fin de l'arc de la mission du héros, accompagné par son mentor temporaire qu'est Kento Nanami, se révèle alors simple dans la formule, mais particulièrement bien menée de A à Z. Ce parce que l'affrontement joue efficacement sur tous les concepts implantés jusqu'à présent, qu'il s'agisse des fameuses "extensions de territoire" ou du potentiel lié à Sukuna, pour créer une bataille qui n'est jamais dans l'excès et qui repose de manière juste sur les mécaniques de la série. L'impact graphique joue une nouvelle fois un rôle, tant les planches de Gege Akutami brillent d'un cachet qui ne lassent pas, bien au contraire.
Et concernant l'affrontement en lui-même, certains pourront même être surpris par quelques idées qui peuvent aller dans le sens contraire de la morale du Shônen Jump, en terme de drame notamment. C'est une force du récit qu'on espère revoir par la suite : L'artiste ne cherche pas à épargner ses personnages inutilement, la mort étant parfois nécessaire pour créer une cohérence dramatique, même s'il s'agit de figures secondaires de l’œuvre.

Enfin, c'est aussi une satisfaction de voir Yuji évoluer qui rend le combat des plus efficaces. Sans abuser du pouvoir de Sukuna, celui-ci fait ses premières armes en tant qu'exorciste, et confronte même sa morale à la réalité d'un monde dont il ne soupçonnait pas l'existence, jusqu'à il y a peu. Ca peut sembler très classique, mais ça reste une écriture juste et intéressante.

Et parce que la fin d'un arc signifie le lancement du suivant, le dernier segment de ce quatrième tome aborde une étape déjà teasée dans les opus précédents : Le tournoi opposant le lycée d'exorcisme de Tokyo à celui de Kyoto. La présentation de quelques personnages, un peu plus tôt, trouve ici un effet positif puisque la compétition propose des humains qui s'opposent à des humains, tous ayant un petit caractère, et la trame ne manquant pas de souligner des zones de mystère particulièrement intéressantes. Ce n'est que l'amorce du tournoi qui est proposée dans cette fin de tome, mais une amorce réussie dans ses interactions entre exorcistes, ses petites touches d'humour qui permettent de souffler après les précédents drames, et une compétition à la forme différente du banal tournoi tel qu'on le connait. Pour ces raisons, on a clairement hâte de voir ce que Gege Akutami nous réserve pour son cinquième volume.
  

Critique 3 : L'avis du chroniqueur
Erkael

16 20
Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News