Jagaaan Vol.2 - Actualité manga

Jagaaan Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 06 January 2020

La tête de sa petite amie trônant au milieu de son frigo ; flanqué d’un avenir peu réjouissant, Jagasaki ne se laisse nullement abattre par les mésaventures que le destin lui inflige. Bien au contraire, alors que sa vie semble lui échapper, il ne s’est jamais senti aussi vivant ! Grisé par ses nouveaux pouvoirs, tout lui semble possible et jagaAan se laisse guider par l’allégresse que lui procure son nouveau rôle d’exterminateur de monstres.

Mais très vite un évènement viendra contredire ce sentiment d’invincibilité, mais surtout ébranler ses convictions et son mode de vie. Ce sourire forcé qu’il s’évertue à afficher en toutes circonstances, cette image de jeune homme bien sous tous rapport, tous ces efforts de socialisation lui sont-ils bénéfiques ? Ce qui pourrait paraître louable de prime abord ne serait-il pas un frein à son épanouissement et par conséquent à son pouvoir ?

Si les conventions et normes sociales paraissent indispensables à la vie en communauté, cela devient néfaste quand la bien-pensance devient un automatisme réprimant tout instinct. On touche ici à la vraie force du manga : Jagasaki doit arrêter de se mentir à soi-même, être plus naturel, être plus humain. Développer son humanité, pour paradoxalement développer sa bestialité, son côté détraqué. Accepter que nos défauts ou nos vilaines pensées peuvent devenir une force. Dès lors, humain et détraqué nous paraissent moins éloignés l’un de l’autre qu’il n’y paraît, comme les deux faces d’une pièce.

Nous suivrons en parallèle l’histoire de Roba, ancien camarade de classe de Jagasaki devenu freeter (travailleur intérimaire en marge de la société, par choix ou par défaut), personnage aux pratiques abjectes que l’on n’arrive pas à détester pour autant. Son développement se révèle fort efficace et poignant et on se surprend à suivre avec intérêt ce qui lui arrivera, sans pour autant s’attacher. Prisonnier dans une solitude que son cynisme a façonné, il aspire au fond de lui à une vie normale. Il est en ce sens l’antithèse du héros, chacun aspire à ce que l’autre possède.

La dernière partie du tome est absolument dantesque à tous les niveaux. Amour, trahison, tristesse, peur, égoïsme, jubilation, joie, état de transe, on est happé dans un tourbillon d’émotions que la frénésie du combat dessert parfaitement. Le dessin n’est pas en reste, certaines planches sont magnifiques et nous offrent un Jagasaki  badass à souhait . Rarement le tome 2 d’un manga aura était aussi intense !!

Perversité, perversion, sexe, hémoglobine, gore, combat boosté à l’adrénaline, JagaAan ne se refuse absolument rien ! Et il se paye le luxe d’avoir un réel propos de fond et un travail de psychologie sur ses personnages. On sentait avec le tome 1 qu’on détenait quelque chose de potentiellement explosif, le tome 2 nous emporte avec sa déflagration. JagaAan, c’est de la bombe !!
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Khelben

18.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News