Ile des téméraires (l') Vol.8 - Manga

Ile des téméraires (l') Vol.8

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 31 Août 2016

A bord du sous-marin I-53 qui s'est retrouvé au milieu d'une escouade américaine de 17 navires, la manoeuvre pour attaquer l'ennemi avec les kaiten après avoir détourné son attention semblait vouée à l'échec, et cela semble se confirmer un peu plus lorsque le commandant du sous-marin est mortellement touché, laissant derrière lui un équipage où se mêlent le désespoir, la haine et le désir de vengeance.
Dans cette optique, la mission, d'ores et déjà critique, prend une nouvelle tournure. Déjà voués à mourir de par leur mission-suicide, certains pilotes ne font que confirmer ce destin, car ils sont décidés à ne pas mourir en vain.

Concrètement, ce tome crée surtout l'attente du prochain volume, en continuant de peaufiner le portrait psychologique des personnages ainsi que la tension tragique.
Erreurs humaines, grenades marines, manoeuvres à rééquilibrer, tentative de ne pas se faire repérer... Syuho Sato arrive à nouveau à retenir l'attention grâce à son sens du suspense et à son talent pour bien faire ressentir le fait que la mission est vouée à l'échec, et c'est d'autant plus efficace que son sens du détail sur les véhicules marin et ses angles de vue parfois très prenants entretiennent l'immersion.
Dans ce contexte, cela dit, c'est bien aux hommes coincés dans ce sous-marin et sur le point de se sacrifier que le mangaka s'intéresse avant tout. Et pendant que certains n'hésitent pas à servir de leurres, Watanabe, lui, finit par se présenter comme un ultime espoir par ses pairs. Pour que leur mort ne soit pas inutile, mais aussi pour enfin venger la mort de Sekiguchi. En résulte une chose claire : au-delà de leur mission-suicide qui les oblige à mourir, aucun de ces hommes ne semble avoir envie de continuer à vivre, et l'auteur dépeint cela sur un ton toujours aussi neutre, efficace.

Reste que si l'on parlait de ce tome comme d'un "tome d'attente", c'est parce qu'on y ressent tout de même des longueurs. Sato a beau entretenir la tension et peaufiner encore un peu plus Watanabe, on constate qu'en un tome complet le mangaka ne fait qu'appuyer un peu plus des choses que l'on avait déjà bien comprises. Espérons donc que le neuvième tome concrétisera plus le travail effectué par l'auteur, ce qui devrait être le cas au vu des dernières pages.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
13.5 20
Note de la rédaction