Hotaru Vol.15

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 13 Juin 2018

Alors qu'Hotaru et le Chef Takano allaient se marier, celle-ci s'est ravisée à la dernière minute, ne se sentant pas à la hauteur de son partenaire. Elle choisit donc de quitter la maison où ils habitaient tous les deux et d'être mutée pour pouvoir progresser dans sa carrière. Elle espère ainsi pouvoir faire face d'égal à égal au Chef quand elle le reverra. 


Ainsi, cinq ans ont passé. A notre grande surprise, le premier chapitre de cet ultime volume démarre sur le mariage de Sachiko Yamada, et prenant Rokuro comme excuse, nous avons le droit au témoignage de tous les personnages récurrents de la série à propos d'Hotaru et de son parcours. Nous ne retrouvons notre héroïne que le chapitre suivant, qui nous livre un récit de cette ellipse un plus détaillée. Nous la voyons évoluer dans son nouvel environnement, avec ces nouvelles responsabilités, avec une certaine assurance (toute relative, n'oublions pas que c'est d'Hotaru dont nous parlons). Elle affrontera même le Chef lors d'un appel d'offres. Elle commencera alors à renouer doucement avec ce dernier, même si c'est finalement qui fera le grand pas pour leurs vraies retrouvailles...


En épilogue, nous avons le droit à deux chapitres sur la relation entre Yuuka et Kaname, qui va subir quelques turbulences...


Et ainsi le manga « Hotaru » se conclut. Une belle conclusion qui correspond bien à la série, qui correspond bien à ses personnages. Hotaru, le Chef Takano, Yuuka, le Seigneur féodal... Tous ces personnages forts, bougrement attachants et hilarants vont nous manquer ! Il est difficile de leur dire au revoir, mais on est malgré tout ravi de voir que chacun d'eux a eu le droit à son happy end... L'auteure aura su jusqu’au bout jouer avec nos nerfs et nous aura fait rire aux éclats. Tout le long de son histoire, Satoru Hiura a su faire preuve de justesse et d'originalité avec ces personnages hauts en couleur. Si son postulat de départ paraît assez surréaliste, il est traité avec beaucoup de bienveillance et de dérision, tout en évitant de nombreux écueils d'autres séries du même acabit. Grâce à tout cela, nous avons eu le droit à une série en quinze tomes vraiment atypique et qu'on aura suivi avec énormément de plaisir.


La série « Hotaru » est un des piliers des joseis parus en France, et elle le restera longtemps. Le josei est pourtant un genre assez boudé en France, que ce soit par les éditeurs ou par le public malheureusement, qui mériterait peut-être un peu plus de prise de risque. En tout cas, nous pouvons toujours remercier Kana de nous avoir apporté l'intégralité de cette superbe série !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
kayukichan

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News