.Hack//Alcor Vol.1 - Actualité manga

.Hack//Alcor Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 18 June 2010

Enième adaptation papier de la célèbre série .Hack, Alcor nous entraine quelques années avant les évènements qui se déroulent dans G.U. Néanmoins, il est tout à fait possible de lire l'un sans avoir lu l'autre, les deux n'étant reliés que par quelques personnages et sans réelle suite scénaristique.

Nanase est une jeune fille mal dans sa peau qui a décidé d'oublier ses soucis en jouant à The World. Seulement manque de chance pour elle, une fois dans le jeu, elle se rend compte que tout ne se passe pas comme prévu et ne parvient pas à attirer l'attention des gens, et notamment celle de Silabus, qui n'a lui d'yeux que pour Yoko, championne de l'arène locale.

Comment développer quelque chose de potable en 150 pages dans l'univers de .Hack ? Voila le défi auquel était confrontée Kanami Amou. Et apparemment, elle n'aura pas su trouver la réponse. .Hack//Alcor s'impose en effet sans problème comme la plus mauvaise des adaptations manga du jeu video. Et ce, notamment grâce à ses personnages tous plus niais et naïfs les uns que les autres. En soi, ce n'est pas si grave que ça. Mais quand leur naïveté devient tellement ridicule qu'elle en est énervante pour le lecteur, là il y a réellement un problème. Nanase et Silabus se disputent la palme à ce niveau là. Encore que la première est probablement pire car elle est en plus une pleurnicheuse hors pair. Bref, la seule chose qu'on ai envie de faire c'est de lui donner une bonne paire de claques.

Bien évidemment, quand on a pareils personnages, il ne faut pas s'attendre à voir les dialogues et le scenario voler très haut. Pour faire simple, on se croirait dans une cour de récréation à la maternelle: L'un m'a tapé, c'est un vilain pas beau, l'autre m'a dit des méchancetés, je veux plus lui parler! Et je caricature à peine. On aurait pu, par contre, de par la présence par exemple d'Endrance, s'attendre à obtenir l'une ou l'autre information intéressante par rapport aux personnages évoluant également dans G.U. Mais il n'en est rien au final. L'auteur préférant s'enfoncer dans une histoire insipide et parfaitement inintéressante. On se dit alors, finalement, que ça peut bien convenir à un public jeune, à la manière d'un kodomo à condition de ne pas être trop regardant sur la qualité. Mais non, même pas. Il y a en effet de quoi émettre de sérieuses réserves quant au bien fondé pédagogique de voir notre charmante héroine passer une nuit blanche sur son MMORPG pour terminer une quête... Enfin, au moins, pour le coup, elle aura réussi quelque chose, notre petite Nanase. Et c'est déjà pas mal !

A côté de ce néant scénaristique, il y a heureusement Renu Izumibara qui tente de sauver les meubles avec ces dessins. Et, si ce n'est pas particulièrement impressionnant, cela reste néanmoins tout à fait correct. D'autant plus qu'il s'agit là de sa toute première série. Le trait est assez simple, mais néanmoins maitrisé. Et le style mignon et épuré convient plutôt bien à l'ambiance qui se dégage du récit.

Pour ce qui est de l'édition, on a droit à un travail plutôt correct de la part de Panini. On regrettera juste le fait de trouver la présentation des personnages à la fin du tome et non pas au début. Elle n'a dès lors plus beaucoup d'intérêt. Et qu’il y ai dans cette même présentation une inversion de texte pour deux personnages. A côté de ça, on a droit à quelques pages couleurs et une couverture de bonne facture.

Que retenir de ce .Hack//Alcor au final ? Pas grand chose d'intéressant. On pourra éventuellement apprécier le fait de retrouver l'un ou l'autre personnage déjà présent dans d'autres séries .Hack, mais ça se sera pour les fans purs et durs de la série. Pour les autres, ce one shot n'a vraiment que très peu d'intérêt.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Shaedhen

8 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News