GTO Vol.11

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 23 June 2010

Alors que tout semblait arrangé concernant l'endettement pour partir à Okinawa, un nouvel incident se produit ! Mais cela n'est pas un coup du sort, puisque tout est organisé par Miyabi et sa bande. On découvre donc un Onizuka qui se préoccupe bien peu du bien-être d'autrui lors des premières pages, préférant s'intéresser à sa belle voiture amochée ! Cet humour typiquement GTO intervenant dès le départ va fonctionner durant tout le tome. C'est donc à un tome hilarant que nous avons affaire, alors que la gravité (et des scènes osées) n'a jamais été aussi palpable. Les dialogues du professeur d'anglais, pervers comme jamais, sont cultes (les termes anglais se mêlant à des répliques traduites : « Ton golden rain sur my head up ! Quel pied ! »... dont je me permettrai de censurer la traduction, car la phrase sortie de son contexte ne dit en effet pas grand chose, et il vaut mieux...). Kanzaki prend les choses en mains pour contrer les assauts répétés de Miyabi contre Onizuka, et on voit à quel point la jeune surdouée peut être aussi mesquine (voire bien davantage) que son ancienne camarade.

Du bluff, de l'esbroufe, des muscles : c'est comme ça que le GTO règle les situations périlleuses. On redécouvre vite un Onizuka très loyal, sauvant ses élèves en toutes circonstances sous une unique condition : le respect mutuel. Qualifié de naïf par tous pendant tout le tome, il est le seul à croire encore en la sincérité d'autrui. Si le dernier de retournement de situation paraît facile et attendu, il demeure efficace et touchant, jusqu'à ce que l'humour vienne clore cette aventure.

Telle une transition vers un nouvel arc, les derniers chapitres sont consacrés à des événements annexes : la montée de Tomoko comme star du show-biz ! On fait la connaissance de nouveaux personnages. L'humour est encore une fois très présent et l'auteur profite des formes généreuses de l'ancienne élève pour se faire plaisir et nous faire plaisir, en livrant pas mal de fan-service, gentillet et classique...

Ce tome 11 annonce un nouvel arc avec pas mal de changements et conclut efficacement une première partie de l'histoire qui pouvait sembler s'essouffler avant le dixième tome.


Rogue


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
RogueAerith

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News