Green Mechanic Vol.1 - Actualité manga

Green Mechanic Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 05 July 2017

Critique 2


Dans sa volonté d’enrichir son catalogue de créations françaises, Ki-oon a lancé professionnellement la gagnante du premier tremplin qui s’est déroulé en 2014 : Yami Shin. Après Outlaw Players par Shonen l’an dernier, l’autrice nous présente Green Mechanic,, une œuvre alliant les genres à travers un premier opus des plus savoureux.


La Terre n’est plus vraiment une planète habitable à cause des méfaits de l’Homme. Devenue une véritable décharge désertique, la planète n’a plus qu’un seul lieu vivable : la Métropole. Dans cette ville où cohabitent humains et robots, une menace s’est progressivement illustrée : les Ersatz. Ces monstres, traqués par les autorités, créent la crainte dans la Métropole en plus de capturer certains individus.


C’est dans cet environnement qu’évolue Misha, une jeune femme au fort don d’empathie, si bien qu’elle ressent toutes les émotions des personnages qui l’entourent, au point de s’être recluse sur elle-même pour être épargnée de ces sensations. De plus, Misha souffre de la perte de Mickael, son meilleur ami, enlevé par les Ersatz il y a des années. Mais lorsque la demoiselle entend un signal l’appeler au loin, elle tombe sur Reborn, un robot morphing qui prendra l’apparence de Mickael suite à la volonté de Misha. Un vent d’espoir souffle lorsqu’ils rencontrent les Renforts, un petit collectif d’enquêteurs qui les sauveront des griffes des Ersatz…


Sur ce premier tome, Green Mechanic nous mène vers un univers post-apocalyptique ou la science-fiction côtoie la fantasy. En effet, au sein de la Métropole, les robots et les humains cohabitent et doivent faire face aux Ersatz, des créatures menaçantes qui n’hésitent pas à chasser de l’humain. Un véritable mélange des genres, donc, et c’est précisément ce qui va forger l’intérêt de cette entrée en matière et de rendre ce premier volet on ne peut plus complet. Car sur ces cinq premiers chapitres, Yami Shin ne perd pas trop de temps pour forger son récit : les deux héros sont vite présentés, de même que leurs objectifs, la menace naissante, puis un groupe de personnages auquel Misha et Reborn pourront se rattacher : les Renforts. Outre l’univers hybride qui apporte un relief indéniable à ce début de série, l’intrigue donne déjà l’impression de savoir où elle va, ce qu’elle a à montrer et ce qui doit être présenté, afin que les prochains tomes puissent être lancés correctement.


Et c’est d’abord la galerie de personnages qui pique notre intérêt dans ce premier tome. Misha est une héroïne attachante passant de personnage reclus chez elle à jeune femme prenant les devants pour se confronter à une menace, là où Reborn se montre plus passif et pourrait bien évoluer à l’avenir. Les interactions entre les deux sont bien menées et créent une bonne alchimie globale, une alchimie renforcée rapidement par l’entrée en scène de Neil et Setsuna, membres des Renforts mis en avant par leurs propres échanges qui dénotent une volonté de les développer rapidement.


Dans les premières pages, l’intrigue se révèle classique, Misha présentant rapidement Mickael, son ami capturé par les Ersatz il y a des années. Si les enjeux de la série restent évidents tout le tome durant, ce qui vient se greffer au scénario petit à petit ne fait que soulever son potentiel. Outre l’entrée en scène de Neil et Setsuna, le tome présente une milice qui agit fermement contre les Ersatz, et décortique justement la nature de ces monstres, les mystères qui les entourent et les spécificités du peuple par rapport aux humains. A l’instar de Tokyo Ghoul, par exemple, il se pourrait que l’œuvre développe une dimension plus sociale à l’avenir, en traitant de l’humain par rapport aux Ersatz les plus pacifiques, ceux qui voudraient se fondre dans la masse et vivre tranquillement. Le potentiel du récit est assez fort, aussi on attend avec intérêt la suite de cette intrigue.


Enfin, difficile de ne pas évoquer la patte graphique de Yami Shin, très particulière tant son trait est précis et dense, dénotant tout un travail informatique permettant d’utiliser des effets visuels peu vus dans le manga. L’esthétique de Green Mechanic est finalement envoutante, surtout en ce qui concerne les designs des personnages et les aspects mécaniques de l’œuvre, par exemple la fusion en humain et armure morphing. Le tout sied bien à l’univers qui dégage alors un sacré panache. Aussi, c’est par son atmosphère visuelle que Green Mechanic charme sans mal.


Du côté de l’édition, Ki-oon a fait un travail de très bonne facture. Le tome, au format shônen de l’éditeur, a droit au traditionnel beau papier de l’éditeur, ainsi qu’à quelques pages couleur pour inaugurer le titre. On remarque alors que le travail de colorisation de Yami Shin est assez incroyable, aux tons très pastel qui donnent à ces quelques planches couleur un aspect contemplatif.


C’est donc un grand « oui » pour ce premier tome de Green Mechanic ! Sur ce premier tome, la série de Yami Shin se montre intéressante que ce soit par son univers, ses personnages, ou la patte visuelle de l’autrice qui sort du lot. Un premier opus qui charme sans mal, on suivra donc le développement de l’œuvre avec un certain intérêt !


Critique 1


En 2014 Ki-oon lançait son premier tremplin, concours visant à dénicher de jeunes talents, une remarquable initiative qui a permis à Yami Shin, auteure française de se faire remarquer par un jury de qualité et ainsi de pouvoir se lancer dans son premier titre dont nous découvrons le résultat ici avec ce premier opus de Green Mechanic! 


Autant dire qu'il s'agit autant pour l'auteure que pour l'éditeur d'un grand moment, fruit d'un travail acharné et d'une belle collaboration! 


La planète est devenue un désert, une grande décharge à ciel ouvert, une seule grande ville subsiste, une Mégapole où s'entassent tous les survivants humains, mais aussi les robots ainsi que des créatures meurtrières: les Ersatz! 


Misha est une jeune orpheline, vivant recluse, craignant les gens et redoutant la foule du fait de son incapacité à contrôler son puissant pouvoir empathique consistant à ressentir ce qu'éprouvent les gens. 


Un beau jour elle fait la découverte de Reborn, un robot morphing pouvant modifier son apparence, un robot d'une grande valeur! Elle va le réparer et Reborn va apprendre à son contact, en prenant l'apparence d'un ami d'enfance de Misha, Mickael, ayant disparu depuis des années, enlevé par des ersatz. 


Ensemble ils vont rejoindre les "renforts", un petit groupe de deux personnes aidant ceux qui en ressentent le besoin. Ils vont sympathiser et s'entraider...au cours des quelques missions qu'elle va effectuer, Misha va apprendre à développer ses capacités tout en se servant de Reborn comme une armure de combat... 


Ensemble ils vont chercher Mickael et tenter d'en apprendre davantage sur le mystère des Ersatz! 


Très rapidement, ce qui frappe le lecteur avec ce titre c'est qu'il apparaît d'une grande richesse nous proposant de nombreux éléments et mélangeant les genres! 


On commence par découvrir un monde post apocalyptique où humains et robots cohabitent dans une grande mégalopole, au milieu des détritus (on pense alors à Gunnm), ensuite on se retrouve avec un robot qui peut changer d'apparence, jusqu'à devenir une armure de combat, nous renvoyant alors aux sentais. Ajoutez à cela un soupçon de pouvoirs psychiques, des monstres dont on ignore tout si ce n'est qu'ils sont meurtriers, qu'ils commettent des rafles et que certains peuvent prendre une apparence humaine...mais comment et pourquoi? Nous sommes à ce stade bien loin de le savoir. Le tout saupoudré de personnages complexes ayant visiblement un lourd passé que nous ne demandons qu'à découvrir...et vous obtenez un premier volume vraiment intrigant, une véritable réussite qui vient grandement titiller notre curiosité! 


Il est vrai que tous ces éléments pourraient contribuer à perdre une partie des lecteurs, habitués aux choses plus basiques, rentrant plus facilement dans des cases mieux définies, mais on devine ici de nombreuses influences qui devraient, on l'espère, découler sur une grande richesse sur le titre! 


Le premier élément notable est Reborn, un robot morphing qui peut prendre l'apparence qu'il souhaite. Cela ouvre de nombreuses possibilités, et la première exploitée par l'auteure est de combler un manque affectif. On devine dès lors une évolution de relation ambiguë entre les deux protagonistes! 


Le côté froid de Reborn est remarquablement exploité jusqu’à un faciès sans expression ne traduisant pas le moindre sentiment... Il est alors le parfait binôme pour Misha qui ne contrôle pas son pouvoir de ressentir les sentiments d'autrui. Il se veut alors un partenaire à la fois rassurant et pouvant l'épauler. La capacité de Misha est assez intéressante et ouvre là encore de belles perspectives. Son pouvoir se veut assez original bien que d'aucune utilité face à un robot tel que Reborn! 


A leurs côtés on trouve un second binôme assez amusant, avec Neal, un râleur au grand cœur et Setsuna, une jeune fille enjouée, possédant elle aussi un robot morphing! 


A ce stade on en sait encore assez peu sur eux, mais déjà des pistes sont lâchées çà et là, telle la perte des bras de Neal dont on ignore la cause. Et là encore l'auteure se montre originale en évitant les clichés du genre: Neal possède des bras robotisés, mais au lieu de le rendre plus puissant, il s'agit là d'une douleur pénalisante pour lui. Ça n'a l'air de rien, mais le charme d'un titre peut dépendre de ce genre de petits détails, des petites touches d'originalité. 


Et puis bien sûr il y a les ersatz, encore très mystérieux, mais que Neal semble vouloir protéger des idées reçues... Sont-ils réellement mauvais? Sont-ils maîtres d'eux-mêmes? A plusieurs reprises nos héros vont se retrouver confrontés à eux et on découvre des créatures au design intéressant, en apparence plus végétale qu'animale... Déjà l'auteure nous laisse quelques éléments de réponses, mais juste ce qu'il faut pour titiller davantage notre curiosité... 


Et puis il y a ce côté sentai remis récemment au goût du jour avec "Platinum End", une petite touche aussi amusante qu'étonnante qui apporte un peu de fraîcheur et de légèreté à un titre qui se veut pourtant très mature, voire parfois violent! 


Et la fin de ce premier opus elle le sera violente, l'auteure nous offrant un cliffhanger totalement inattendu qui pourrait totalement tout relancer! 


Il s'agit d'un premier tome alors bien sûr tout n'est pas parfait, comme certaines transitions dans la narration, comme le manque de données concernant les robots morphing et le fait que leur masse ne semble pas entrer en ligne de compte quand ils se transforment (un robot humain et un petit chien se transforment de la même manière en armure), mais il ne s'agit là que de détails, et on les oublie vite face à la richesse du scénario et les qualités évidentes de l'auteure, à savoir sa mise en page, son trait épais et riche, son dynamisme dans la narration, ses personnages expressifs et complexes...


On découvre là une auteure de talent qui parvient à trouver sa patte dès son premier titre, avec un dessin superbe, parvenant à nous intriguer en nous proposant un titre sortant des sentiers battus et ratissant assez largement au niveau de ses influences...en bref un premier tome en tous points séduisant qui nous laisse augurer un bel avenir pour le titre et pour l'auteure! 


Sans surprise Ki-oon nous livre une copie remarquable avec un papier de qualité, un encrage sans faille, notamment pour la sublime couverture et les magnifiques premières pages couleurs...une totale réussite! 


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News