Golden Kamui Vol.16 - Actualité manga

Golden Kamui Vol.16

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 11 October 2019

Chronique 2

Sur l'île de Sakhaline, les groupes de Sugimoto et de Kiroranke poursuivent leur périple, le premier poursuivant le deuxième afin de retrouver Ashirpa... mais du côté de Toshizo Hijikata aussi, ça bouge ! Ainsi, après avoir retrouvé un mystérieux objet dans la pièce secrète de la prison d'Abashiri, lui et ses hommes sont sur la piste d'un homme, Shinzo Doi, que l'ancien vice-commandant du Shinsengumi a autrefois bien connu en tant que "Yoichiro l'exécuteur", un assassin d'exception qui a sévi à l'époque de la guerre de Boshin contres les forces du shogun, et qui s'est lui-même retrouvé tatoué. Traqué par plusieurs hommes à la fois, Doi n'est pourtant aujourd'hui plus qu'un vieillard sénile, attendant que la mort le frappe...

Changement de type de tatoué, donc, avec ce Doi, un vieil homme dont le portrait est intéressant. On découvre vite et bien un homme qui fut autrefois un brillant un assassin au point de forcément s'attirer bien des haines, mais dont la suite de la vie fut bien plus triste, entre les raisons l'ayant envoyé en prison, celles l'ayant poussé à s'évader, et tous les problèmes qui le touchent depuis quelques années, entre faiblesse, incontinence, Alzheimer et autres pertes d'esprit au point d'avoir oublié lui-même qui il est... On sent là un vieillard qui n'a pas fait que des belles choses par le passé mais qui, désormais, accuse toute le poids de la vie et n'attend guère plus que sa mort. Un être tantôt pathétique tantôt touchant, en somme... Alors, Hijikata saura-t-il lui offrir la mort qu'il attend, voire réveillera-t-il quelque chose en lui ? Au-delà du portrait assez poignant du vieil homme, Satoru Noda en profite aussi pour glisser quelques nouveaux détails, que ce soit sur l'Histoire du pays autour de la guerre de Boshin, ou sur les idéaux de Hijikata. En revanche, dans ce passage qui ne s'éternise pas trop non plus, les questions de la rivalité entre Hijikata et les autres hommes avides de vengeance et voulant eux aussi abattre Doi passent vite à la trappe.

Pendant ce temps-là, du côté de Sugimoto et de sa bande, certaines circonstance amènent notre héros à élaborer un petit stratagème pour faire comprendre à Ashirpa qu'il est encore vivant: participer à la représentation d'un cirque pour avoir son nom dans le journal est espérer ainsi que la petite aïnou lise son nom ! On le devine tout de suite: le plan est foireux et prête à sourire, et ça tombe bien puisque tout ce passage (le plus long du tome) verse surtout dans l'humour, avec réussite qui plus est ! Alors, certes, hormis à la toute fin qui est quand même une bonne coïncidence concernant l'identité du directeur du cirque, il n'y a pas de réelle avancée du scénario, l'auteur fait clairement un détour. Mais ça fonctionne, car il est assez intéressant d'avoir quelques informations sur les arts du cirque au Japon à cette époque, mais surtout parce que Noda joue vraiment bien et beaucoup sur la part comique de la situation, entre un Tanigaki qui se prend totalement au jeu des petites danseuses, un Koito qui dévoile des talents insoupçonnés tout en restant obnubilé par son lieutenant Tsurumi, un petit conflit de jalousie entre lui et Sugimoto qui n'est pas loin de provoquer une catastrophe, une représentation qui part en vrille avec l'irruption de tueurs russes... Le mangaka malmène gentiment ses héros avec réussite, pour un résultat franchement fun.

Enfin, c'est le groupe de Kiroranke qui est à l'honneur dans la dernière partie, celui-ci se rapprochant de al frontière russe de Sakhaline, et devant désormais trouver un moyen pour passer de l'autre côté. Si certains passages feront bondir les vegans (à juste titre, car on ne voit pas trop l'utilité de l'abattage complet du troupeau de rennes par Ogata, ou de la brève dégustation de cervelle de renne), le tout reste intéressant pour les quelques informations sur le mode de vie du peuple uilta, mais aussi pour ce qu'on apprend de nouveau sur le passé de Kiroranke, et pour le climax de fin amenant de nouveaux ennuis face à un ennemi russe.

Au final, on a un tome pas mal du tout, où Satoru Noda prend clairement des détours, mais où il joue plutôt bien sur des moments touchants et, surtout, sur d'autres très drôles. Chaque groupe avance tout doucement, à son rythme, mais la suite devrait vite se refaire plus sérieuse.


Chronique 1

Sugimoto et ses compagnons de route sont toujours à la recherche d'Ashirpa, mais les choses deviennent de plus en plus compliquées au fur et à à mesure qu'ils se rapprochent du territoire Russe.
Ils vont devoir rejoindre la troupe d'un cirque afin d'espérer faire passer un message à la jeune fille pour qu'elle garde espoir. De son coté, Ashirpa continue également sa route sans savoir que ses compagnons de route sont responsables de la mort de son père!

Après avoir rejoint un "fight club" Russe, voilà que Sugimoto et ses compagnons rejoignent un cirque...l'auteur semble bien décidé à multiplier les expériences et à mettre ses personnages dans toutes les situations possibles et imaginables!

Force est de constater que depuis quelques temps le titre se montre plus intéressant, moins tourné vers l'humour débile, et si celui ci est toujours présent il prend moins de place (ou alors on s'est habitué), et délaisse quelque peu la chasse et les préparations culinaires pour s'intéresser davantage à la trame principale.
Malheureusement ces derniers aspects ne sont pas encore totalement absents, dans ce tome on assiste au massacre d'un troupeau entier de cerfs avant de suivre les étapes de leur préparation...clairement le passage le plus inintéressant et ennuyeux du tome (et également le plus dérangeant quand on resitue cette scène à notre époque).

A coté de ça on va suivre les différents groupes dans leur périple respectifs, chacun avançant et se confrontant à diverses péripéties et rencontres.
Ijikata va par exemple retrouver un vieux sabreur, qui bien que perdant la tête se montre toujours aussi redoutable et meurtrier; Ashirpa et ses compagnons pénètrent en territoire Russe et se font attaquer par des soldats, Kiroranke étant rattrapé par son passé. On devine d'ors et déjà un duel de snipers dans le tome précédent qu'on attend avec une certaine impatience, encore un événement différent que l'auteur va se faire plaisir à mettre en scène (chaque événement semblant être une référence à un style cinématographique).
Mais surtout on va suivre le groupe de Sugimoto et leurs aventures au sein d'un cirque. Ils vont participer au numéro, Koito va voler la vedette et démontrer tous ses talents d'acrobate...

Au final avec ce tome on passe du grave et touchant avec le vieux guerrier sur le déclin au burlesque avec des numéros de cirque improbables!
L'humour fonctionne ici bien mieux qu'auparavant, sans doute parce qu'il est le plus souvent au dessus de la ceinture, l'auteur nous épargnant ses blagues douteuses et l'ensemble fonctionne parfaitement.

On souhaite que tous les tomes à venir conserve cet équilibre!


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.25 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News