GTO Shonan 14 Days Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 24 July 2012

Sous les yeux médusés d'un Onizuka qui la suite sans broncher, Ayame, armée d'un simple bout de bois, part à l'assaut de la maison du yakuza qui a pris sous son aile les jumelles Miko et Riko. La situation semble sur le point de dégénérer, et ne doit son apaisement qu'à l'intervention de la femme de "Papa", qui n'hésite pas à gifler Miko. La situation semble devoir s'apaiser, et pourtant le plus grave reste à venir : si Riko préfère se calmer, elle ne peut qu'observer sa soeur jumelle s'enfoncer toujours plus dans la violence et se recroqueviller sur elle-même. Son nouveau projet : tuer Ayame et brûler le White Swan...

Tout dans l'excès : c'est plus que jamais le credo de Fujisawa avec ce sixième volume de GTO Shonan 14 Days, où l'auteur enchaîne avec une facilité déconcertante les plus grosses ficelles possibles pour aller dans le too much, ce too much qui avait tant divisé les foules sur les derniers tomes du GTO original. Ici, il faudra donc faire avec une Miko toujours plus extrême, et avec des rebondissements cousus de fil blanc, qui n'ont d'autre but que d'en mettre plein la vue, à l'image de la course en voiture effrénée d'Onizuka sur les rails de train. Alors certes, ce grain de folie d'un Onizuka prêt à tout pour y arriver, c'est aussi ce que l'on aime chez ce personnage, mais à force d'en faire trop, Fujisawa se caricature une nouvelle fois, et il manque ici les belles paroles jetées à la gueule dont est si souvent capable le Great Teacher.

Cela dit, une nouvelle fois, le récit a le mérite d'être dynamique, et l'on ne s'ennuie pas une seule seconde : ça va à cent à l'heure et c'est fluide, malgré des focus parfois ratés, parfois réussis. Ainsi, on se demande un peu ce que vient faire là, en plein milieu de l'arc sur les jumelles, la partie en trois chapitres sur Keiichi Satomi, ultra classique. Et à côté de ça, il paraît difficile de ne pas être intéressé par le court focus sur l'enfance désastreuse des jumelles, qui n'ont jamais eu la chance d'avoir des parents compétents et, tout simplement, d'être aimées. Dans la façon dont ce focus est mené, on a un peu l'impression que tous les malheurs du monde se sont abattus sur elles de façon exagérée, mais dans les faits, on comprend parfaitement avec quelle mentalité ont dû grandi les deux malheureuses jeunes filles.

En enchaînant les hauts et les bas, et, dans tous les cas, les exagérations et facilités, Fujisawa fait donc à nouveau du GTO des derniers tomes. Mais tant que ça marche, que la lecture reste divertissante et qu'il y a un public qui apprécie, pourquoi arrêter ? Reste qu'on a bon espoir de voir un peu de changement dans le prochain volume, avec la réapparition de deux têtes bien connues des fans de GTO.


Koiwai


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

13 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News