Fragments d'amour Vol.2 - Actualité manga

Fragments d'amour Vol.2

Rédaction
Lecteurs
15.50 /20

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 18 Février 2010

Après un chapitre d’introduction somme toute assez dispensable, le deuxième volume de Fragments d’amour nous propose une histoire longue, en quatre parties. Les premières pages présentent donc l’amour entre la première lame divine, Kazuto, et son créateur, le prêtre Kikyo. Il est fait part ici de la difficulté d’exprimer ses émotions quand on n’est qu’un objet obéissant à son maître, de ce qui pousse à la rébellion et de la difficulté de la séparation. Malheureusement, les personnages n’ont absolument pas le temps d’être exploités et cette première histoire reste sans âme … un comble lorsque l’on parle de katanas supposés en avoir une. Bref, la narration est légère et sans réel intérêt, et l’on se tournera bien plus facilement vers le reste de l’histoire qui, au contraire du premier tome, ne se perd pas dans diverses nouvelles formant un ensemble un peu flou et difficilement compréhensible. Cette fois ci, c’est une romance entre deux lames divines qui nous est présentée : le froid et insensible Mikoto chargé de former Shio, une arme provenant d’un autre temple, à l’insouciance exacerbée et au sourire envoutant.

Ici, on retrouve d’avantage des protagonistes travaillés, tant ils se déchirent autour d’une trahison. Mikoto est cependant un peu extrême, en passant de la plus grande indifférence à la passion amoureuse la plus profonde, offrant le pardon à celui qui l’a blessé, allant jusqu’à continuer son sacrifice pour qu’il puisse partir en paix, et l’attendre patiemment. Une histoire d’amour un peu mièvre, ceci dit on appréciera le caractère de Shio, particulièrement agréable : personnage capable de jouer habilement avec le masque de son caractère, il peut être très retors malgré ses faiblesses. Être né pour détruire celui dont on tombera amoureux n’est pas chose facile, et choisir entre l’amour et la loyauté l’est encore moins. Si Mikoto n’est pas assez convaincant, son partenaire se révèle donc particulièrement intéressant à suivre. Dommage que le graphisme reste encore brouillon, et se charge de détails parfois mal pensés. Le prochain tome, qui n’est pas prêt de sortir, nous conduira sur les traces de Ninomya et Nanaki, ces deux là même dont on connait la destinée via le premier volume du titre. En somme, un opus pas exceptionnel, pas vilain non plus et qui, malgré certaines améliorations notoires, ne parvient pas à dépasser le précédent tome.


NiDNiM


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
NiDNiM
13 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs