Fate/Zero Vol.14 - Actualité manga

Fate/Zero Vol.14

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 18 May 2018

Tout ce pour quoi Kiritsugu Emiya, dans son désir de justice, s'est battu, tous ceux dont il a provoqué la mort, tout ce qu'il a sacrifié... tout était vain. Saber n'est plus, son épouse et sa fille ne sont pas là, il n'a plus personne à ses côtés... "Angra Mainyu: tout le mal du monde"  s'est éveillé à l'issue de la Guerre sainte, et lui a jeté à la figure toutes les errances et contradictions de sa vie et de ses choix. Son existence n'a plus aucun sens... mais saura-t-il lui en redonner un ? Faire en sorte que tout n'ait pas été vain ? Tandis que Gilgamesh se dresse comme le dernier Servant en lice, que Kirei Kotomine revient à la vie et se délecte du désespoir qui s'est emparé de son coeur, et que la ville de Fuyuki est ravagée pas un immense cataclysme emportant les habitants, Kiritsugu se raccroche à la dernière parcelle d'espoir en cherchant désespérément un survivant. Bientôt, il déniche une âme encore en vie, celle d'un petit garçon...


Après bien des épreuves, la Guerre sainte s'est achevée en étant très loin d'accomplir les rêves des personnages, car définitivement, l'espoir ne semble aucunement permis sur le champ de bataille, et le désir de justice paraît bien vain. En tête des victimes, Kiritsugu, qui vient de voir se briser devant lui tout ce pour quoi il s'est toujours battu et a toujours vécu. A l'heure où la ville est ravagée par les flammes, et que la mort se répand sous les planches toujours aussi denses et noires de Shinjirô, le personnage central apparaît alors comme une coquille vide, à qui la vie n'a plus rien à apporter... hormis, peut-être, l'espoir de transmettre ses rêves à un autre.


Après un début de volume sombre, chaotique et tendu, c'est alors une ambiance différente qui s'empare de la fin de la série. Une ambiance qui semble un peu plus apaisée dans la forme, avec la vie qui reprend son cours, un quotidien plus léger, l'auteur se permettant même quelques brèves notes d'humour. Et même si Kiritsugu restera jusqu'au bout rongé par les regrets et par le désir impossible de revoir sa fille, il s'est trouvé un autre enfant "de substitution" à qui transmettre ce qu'il souhaite... L'idéal de Kiritsugu continuera de vivre en Shiro, héros de Fate/Stay Night (dont Fate/Zero est le prologue, pour rappel), dont on comprend désormais encore mieux le profond sens de la justice.


En filigranes, l'auteur brille aussi dans sa manière de bien conclure le rôle de certains autres personnages, ou de préparer le terrain pour le rôle futur de certains visages encore jeunes. Le rêve parti en fumée de Kariya Matô, les choix d'avenir de Waver et ce que Rider lui a laissé, les petits focus sur Rin, Illya, Sakura ou Taiga...


"C'est ainsi que cet homme n'ayant jamais été capable de concrétiser le moindre de ses rêves, ferma les yeux et rendit l'âme, le coeur en paix, pour la première fois de sa vie."


La version manga de Fate/Zero s'offre un excellent final, à l'ambiance forte, et au récit très abouti tant le mangaka a à coeur de ne rien oublier et d'ouvrir en grand les portes de la génération suivante, celle de Fate/Stray Night. On a donc plus que hâte de retrouver la saga avec cet arc suivant, et ça tombe bien: dès cet été, Ototo Manga nous proposera de découvrir Fate/Stay Night - Heaven's Feel, l'arc de Fate/Stay Night centré sur Sakura.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News