Escale à Yokohama Vol.3 - Actualité manga

Escale à Yokohama Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 17 June 2021

Que ce soit dans Escale à Yokohama, Au Grand Air, Amanchu! et d'autres, les mangas japonais contemplatifs et nous invitant à profiter simplement de l'instant présent semblent régulièrement reliés par un véhicule anodin, le scooter, ce deux-roues procurant un intense sentiment de liberté tout en laissant le temps de profiter du cadre et de l'atmosphère aux alentours. Et dans ce tome 3, ce n'est pas Kokone Takatsu qui montrera le contraire: l'attachante fille-robot, devenue amie avec Alpha, vient rendre visite à cette dernière avec le scooter électrique qu'elle vient de s'acheter. Au programme de ces retrouvailles: une demande pour apprendre à faire du café, des petites discussions dans un cadre agréable... pour un début de volume qui incarne parfaitement tout le charme d'Escale à Yokohama: Hitoshi Ashinano a ce don pour sublimer les petites relations, les petits instants du quotidien.

Et cela passe par une mise en scène qui est autant capable de séduire par quelques vues amples et pleines pages contemplatives, que par ses découpages venant mettre en valeur certains détails, certains éléments qui sont autant d'invitations à simplement prendre le temps d'observer calmement l'instant présent pour mieux en profiter à fond, sans rien d'autre. Sans oublier ces moments où Hitoshi Ashinano se débarrasse précisément de tout découpage strict, afin de mieux nous faire ressentir l'aspect hors du temps, où le temps n'est plus, de certains moments, à l'image de cette scène où Alpha et Kokone jouent de la musique et chantent à l'unisson. Une scène qui n'occupe que deux pages, mais dans laquelle on peut se plonger pour un temps infini.

Ce premier tiers de tome centré sur Kokone cristallise alors à merveille toute la substance de la série. Et ce n'est pas le chapitre 18, en bichromie et sur papier glacé, qui dira le contraire, tant il conclut avec beauté ces retrouvailles entre Alpha et Kokone. Non sans cristalliser quelque chose de nouveau et d'essentiel chez cette dernière: plutôt que de chercher à avoir l'air humaine, elle veut désormais plutôt faire en sorte de moins ressembler à un robot, un simple petit changement de sa vision des choses qui en dit long, pour elle qui considère désormais les robots comme des êtres à part entière.

"J'ai récemment trouvé un moyen d'être plus naturelle, en évitant justement de me forcer à l'être."

Mais si le premier tiers du volume est sublime, la suite n'est pas en reste, avec son lot de moments qui, encore et toujours, nous invitent à profiter du charme du moindre instant. Pour Alpha, ça passe notamment par la découverte d'un nouveau lieu en l'effondrement du Nord, où le vent se déchaîne à la surface de l'eau, où notre héroïne a autant l'occasion de contempler des poissons volants que des vestiges aériens de la civilisation, et où elle fait surtout la rencontre d'Ayase, l'homme qui recherchait Misago avec Takahiro. Mais on peut aussi souligner la merveille qu'est le moment passé avec la docteure, autant pour les quelques paroles échangées que pour l'observation apaisante d'un autre vestige de la civilisation, cette fois-ci lumineux. Sans oublier ce dernier chapitre quasiment muet, mettant en scène avec un charme fou une Misago vivant simplement et sans prise de tête le présent.

Le charme continue alors d'opérer totalement: le volume a beau ne compter que 130 pages, chaque instant est tel que l'on peut s'y plonger indéfiniment. Récit ô combien apaisant et rassérénant, Escale à Yokohama n'a aucunement volé sa réputation.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

17 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News