Enfer & Paradis Vol.20 - Actualité manga

Enfer & Paradis Vol.20

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 07 December 2009


Les derniers évènements et la couverture l’annoncent bien, Masataka est grandement à l’honneur de ce vingtième tome d’Enfer et Paradis ! Le jeune homme trouve enfin la force et le courage nécessaire pour affronter son frère Mistuomi, toujours aussi aveuglé par sa quête de pouvoir. Seulement, ce combat, pourtant dantesque, est rapidement éclipsé par un évènement d’autant plus majeur : le pouvoir de Soichiro est en train d’arriver à son paroxysme, et l’énergie du monde se rassemble en lui pour faire renaitre Susano, le « vrai guerrier ».

Ce nouveau volet se sera fait attendre, mais on peut comprendre le travail nécessaire pour qu’Oh! Great puisse réaliser des planches toujours plus somptueuses ! Dans ce tome, il nous emmène dans de nombreux univers, notamment oniriques. On se retrouve par exemple dans le combat intérieur de Soichiro envahi par l’âme de son père, mais également une vision projetée par le Reiki, des flashbacks impromptus… Il faudra alors beaucoup de concentration pour distinguer le vrai du faux, la réalité de l’illusion. Les visages des différents protagonistes ont également gagné soudainement en maturité, qui s’accorde à la gravité des évènements qui se déroulent sous leurs yeux impuissants.

On pourra reprocher que le chaos habituel dans la narration est ici poussé à son paroxysme, mais fort heureusement, l’auteur réintroduit des passages déjà racontés pour que le lecteur perdu puisse se raccrocher un peu aux branches. L’auteur en fait tout de même beaucoup trop, en consacrant la quasi-intégralité de ce tome à la transformation ultime de Nagi, à croire qu’il ne sait pas faire simple. On en sort assez perdus, et la série atteint une dimension qu’elle n’avait pas encore atteinte : la fin se fait sentir, inexorablement. L’incompréhension générale n’est hélas pas aidée par la traduction calamiteuse de Panini, rendant certaines phrases purement incompréhensibles, quand on arrive encore à percevoir qui parle ! Les onomatopées sont traduites assez grossièrement et viennent gâcher les planches. Quel dommage !

Difficile de voir comment l’auteur va pouvoir encore monter plus haut dans la gravité de son récit, qui pousse l’exagération à l’outrance et a oublié totalement la candeur des débuts (mais pas le fan-service !). Les fans seront aux anges, les détracteurs se feront une joie de cracher dessus. Bienvenue dans le monde sans concession d’Enfer et Paradis !


Tianjun


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Tianjun

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News