Enfants de la baleine (les) Vol.10 - Actualité manga

Enfants de la baleine (les) Vol.10

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 13 August 2019

Alors que, guidés par Roxalito à Amonlogia, les habitants de Phaleina espéraient enfin trouver la vie sereine à laquelle ils aspirent, la cruelle réalité sur leur condition les rattrape à nouveau. En effet, le Duc Dactyla, seigneur des lieux, veut bien qu'ils restent là, mais à une seule condition: que les marqués mettent leur saimya à son service et intègrent son armée. Pas d'autre choix pour Chakuro, Ohni, Ginshu et plusieurs autres marqués, car le Duc n'a pas hésité à prendre Suoh et les non-marqués en otages pour arriver à ses fins. Est-ce vraiment la seule solution ? Alors que la vie de paix n'est toujours pas possible pour les enfants de la Baleine de glaise, la situation se complique encore. En voyant un navire de l'Empire s'approcher dangereusement, Lycos, meurtrie par les propos des jumeaux et se sentant injustement coupable, a décidé de disparaître et d'agir seule, quitte à mourir. Quant au Duc, il est loin d'avoir déjà avoué toute la vérité à Suoh, et lui réserve un problème supplémentaire...

Le destin est décidément dur pour Chakuro, Suoh et les autres habitants de la Baleine, et leur quête pacifique semble encore et toujours vouée à être bafouée par les puissances guerrières de ce monde dont ils ne connaissent finalement pas grand chose et où n continue de les malmener. A l'image du Duc Dactyla qui, pour le bien de son armée mais aussi des croyances de son peuple, les manipule. Ou d'Orca qui se voit confier une nouvelle mission de conquête qui poussera forcément Chakuro et les autres à croiser sa route...

Alors qu'un climat de guerre s'installe au fil de ce volume, Abi Umeda brille surtout sur deux points. Tout d'abord, sa patte visuelle inimitable, toujours aussi riche dans ses décors finement dessinés et tramés, et dans le design de ses personnages qui dégagent à nouveau, plus d'une fois, un mélange de sensibilité et de fragilité. Ensuite, son lent approfondissement de ses personnages et de leurs tourments intérieurs, à l'image du Duc enfermé dans ses croyances au point de voir la peur et la haine s'emparer de lui, de Roxalito tiraillé entre amitié et désir d'être enfin reconnu par ceux qui l'ont rejeté, de Suoh meurtri par cette situation où il voulait pourtant accorder sa confiance, d'Orca qui reste encore insondable à plus d'un égard, de Lycos endolorie par son statut et par ce que son frère et son peuple veut faire, de Chakuro qui a peur de voir la haine s'emparer de lui en fin de tome... heureusement, il y a tout de même quelques brèves notes d'humour, essentiellement grâce à cette chère Ginshu et à son comportement avec "Tignasse" ou surtout avec le dénommé M. Dango !

Le récit reste ainsi captivant à suivre, toujours porté par son style graphique fascinant et par ses personnages qui continuent d'être bien travaillés. A l'heure où l'action risque de reprendre le dessus, la suite devrait être tout aussi prenante...


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News