Dusk maiden of amnesia Vol.1 - Actualité manga

Dusk maiden of amnesia Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 10 July 2014

D’apparence, Yuko Kanoe n’est autre qu’une superbe lycéenne aux longs cheveux bruns. Mais en réalité, elle est un fantôme errant dans le lycée privé Seikyô et n’a aucun souvenir de sa vie de vivant. En la rencontrant, Teiichi s’embarque dans une aventure surnaturelle, car afin de découvrir la vérité sur la disparition de sa nouvelle amie, il décide d’enquêter sur tous les évènements surnaturels de son établissement…


Le label Dark Kana s’enrichit d’une nouvelle série cet été et pas n’importe laquelle puisque Dusk Maiden of Amnesia a bénéficié d’une adaptation animée en 12 épisodes en 2012, et a l’avantage d’être un récit terminé en 10 volumes, l’idéal pour développer une bonne histoire de fantôme !


Ce premier opus pose ainsi les bases du récit et appuie avant tout la rencontre et la relation entre Yuko et Teiichi. Nous retrouvons d’ailleurs un duo très classique, le lycéen un peu effacé et la demoiselle plus frivole, aux caractéristiques surnaturelles. Une grande partie de l’intérêt de la série réside, pour l’heure, dans ce binôme qui ne vire jamais dans la mésentente, mais développe un lien plus fusionnel, permettant de rompre avec les clichés du genre. Nous ne sommes pas encore à parler de romance, mais cette complicité associée au quota fan service du tome nous laissent bon espoir pour un développement correct du duo.


Ainsi, nous voilà plongés dans une histoire de fantôme, mais ce n’est pas tout à fait sur ce premier volet que le frisson va nous parcourir. Car les deux histoires surnaturelles qui composent cet opus (en plus du récit de la rencontre entre les deux héros) ne le sont pas tant que ça. L’anormal n’est qu’un sujet de fond et aucun évènement concret n’a lieu, tout réside sur des quiproquos et incompréhensions des uns et des autres que Teiichi et Yuko vont tenter de rétablir. Sur ce point-là, on s’avère plutôt déçus, d’autant plus que les héros peinent à se lancer à la découverte autour de la mort de Yuko. Mais après tout, la série étant longue de 10 tomes, laissons cela sur le compte d’un récit qui se lance, et espérons que le second tome satisfera nos exigences quant au récit.


Si l’intrigue n’a pas développé de dimension réellement angoissante, le train de l’auteur s’ancre dans une dimension légèrement horrifique, cela se ressent notamment lorsqu’il s’agit de dessiner des facies inquiétants pour les personnages. Néanmoins, cela est en contraste avec la touche moe du tome, représenté par des protagonistes féminins soit mignons tout plein, soit sexy de telle sorte à apporter du fan service dans la série, mais à dose très modérée. Concernant les personnages, on remarquera quelques soucis de proportion dommageables qui, fort heureusement, commencent déjà à s’effacer vers la fin du tome.


Série de l’été des éditions Kana, Dusk Maiden of Amnesia propose une histoire intéressante, mais pour le moment trop peu exploité. On attend d’avantage du titre une dimension horrifique, ou alors un retour sur les origines de Yuko façon The Ring, ce surnaturel typiquement japonais à mi-chemin entre le fantastique et l’angoissant. Le tout n’est pas désagréable, car l’auteur montre clairement ses ambitions d’exploiter un cadre surnaturel, mais on en attend plus de la série, d’autant plus que les deux personnages principaux forment un duo appréciable et traité sans excès. Fort heureusement, Kana propose dans la lignée le second volet de la saga, ce qui permettra aux lecteurs de se familiariser un peu plus avec l’univers, et à celui-ci de montrer un peu plus de son potentiel.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

13 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News