Dragon Ball Z - Les films Vol.11 - Actualité manga

Dragon Ball Z - Les films Vol.11

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 28 July 2015

Alors que C-18 vient réclamer sa récompense auprès de Mister Satan, le « champion du monde » se voit provoqué en duel par Jaga Budder, ami d’enfance de Satan. Mais pour se battre, le baron souhaite utiliser l’armée de bio-guerriers que ses scientifiques ont mis au point grâce à sa fortune. C-18 se joint aux festivités ainsi que Goten et Trunks, plus curieux que jamais. Mais c’est une terrible menace qui guette nos héros puisqu’au beau milieu des combattants bio-organiques se trouve Broly, ou du moins un clone de ce dernier né de son sang récolté…

Parmi tous les films Dragon Ball Z, il en est un qui fait grincer des dents les fans de la première heure, et il fait l’objet de ce onzième anime comics. « Attaque Super Warrior » constitue le troisième et dernier chapitre du combat contre Broly qui devient plus misérable à chacune de ses apparitions. Ici, troquez le monstre sans scrupule du film 8 contre un clone recouvert d’une matière organique semblable à de la boue, rendez-le puissant, mais pas trop cruel et retirez-lui toute son intelligence ainsi que sa parole. Tel est le Broly que nos héros affrontent, un adversaire sans aucun charisme, le film cherchant à profiter de la notoriété du personnage pour proposer un combat différent de d’habitude. Mais cette fois, la sauce ne prend pas et le combat s’avère ridicule, notamment à cause des frasques répétées de Trunks et Goten qui apporte une fraîcheur qui n’est pas toujours la bienvenue dans la saga.

A côté de ça, cette onzième histoire tente de s’enrichir à travers un discours pseudo éducatif sur la science et l’art du clonage, mais tout n’est que survolé à travers quelques notions distillées ci et là et ne cherche jamais à développer un quelconque discours. Si une chose était à retenir, c’est la dangerosité du clonage et de la science qui, poussée à son paroxysme, peut rendre totalement abruti un des personnages les plus impressionnants d’une fiction. Pauvre Broly… Après sa mort due à un superbe fan-service dans le dixième film, le voilà victime de la façon la plus vulgaire qui soit. Associer l’humour de la saga Boo au personnage n’aura donc pas été une bonne idée.

Gageons qu’en termes de découpage de l’action, ce volume a ses limites et on a parfois bien du mal à comprendre les échanges de coups. Aussi, certaines captures d’écran sont floues et n’ont bénéficié d’aucune retouche, ce qui est très fort pour l’un des derniers films en date qui devrait donc être plus abouti que les précédents.

Attaque Super Warrior, le troisième film autour de Broly, aura donc eu pour principal effet d’achever le personnage, mais dans le mauvais sens du terme. Si on devait trouver une qualité au film, c’est le rôle qu’il donne à un Krilin qui se retrouve pour le coup très classe. En dehors de ça, le film est à découvrir une fois pour voir le pire des moyens et longs métrages Dragon Ball Z, mais qu’on aimerait bien oublier au plus vite. Heureusement viendront deux histoires bien plus passionnantes et bien pensées qui clôtureront la saga des films Dragon Ball Z, du moins de l’ancienne époque avant que Battle of Gods et La résurrection de ‘F’ prennent la relève dans l’ère Dragon Ball Super. En fait, c’est surtout la superbe couverture, limite mensongère, qui sauve cet opus du grand naufrage.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

7 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News