Dragon Ball Super Vol.8 - Actualité manga

Dragon Ball Super Vol.8

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 11 July 2019

Chronique 2
  
Le tournoi se poursuit et les éliminations se multiplient, rares sont les combattants à pouvoir tenir tête à nos héros, mais ceux qui y parviennent s'avère être des monstres de puissance qui pourraient bien causer la perte de l'univers 7!

Comment transformer une idée géniale en véritable catastrophe? Et bien en faisant un tournoi de 80 combattants dans Dragon Ball Super!
Le potentiel était là, il suffisait de créer quelques personnages possédant un background, ayant une vraie identité, et non pas 70 personnages sans intérêt dont on ne sait rien et dont on se fout tout simplement parce qu'ils ne nous intéressent pas! Trois lignes et un pauvre dialogue ne suffisent pas à donner du relief à un personnage, la preuve dans ce tome.

Dans un premier temps on a un Freezer qui veut se faire plaisir face aux Sayens de l'univers 6...il tombe sur un os avec le guerrier légendaire de leur univers (tout simplement l'équivalent de Broly dans l'univers 6)! L'idée est sympa, d'autant que cela permettait de faire un clin d’œil au légendaire Sayen avant de l'intégrer finalement au canon de l'histoire, et puisqu'il s'agit d'univers parallèles peu importe si les deux personnages se ressemblent au niveau du design! Donc jusque là tout va bien...et puis soudain c'est le drame, cela part violemment dans le n'importe quoi le plus total!

Quatre univers éliminés en seulement quelques pages...check! Là ça en devient ridicule, rusher une partie c'est une chose mais à ce point là cela en devient indécent. Au point que cela n'a absolument pas le moindre impact émotionnel sur le lecteur.
Ensuite on à l'intervention de Gohan qui brille avant son élimination. Alors d'un coté cela fait plaisir, mais s'il s'agissait de le faire briller sur trois pages en chiant sur la cohérence, il aurait mieux valu s'abstenir! Comprenez pas là que Gohan ne sert à rien depuis le début du tournoi, pourtant ce ne sont pas les tocards pour briller face à eux qui manque dans ce même tournoi; soudain un monstre de puissance apparaît, elle refoule Goku en SSJ Blue et Gohan lui tient tête à armes égales? D’où ça sort ça?
La double élimination qui s'en suit, sans la moindre émotion là encore, est aussi l'occasion de pointer à nouveau du doigts les problèmes de cadre et de perspective de Toyotaro: Gohan et Kafla se font face, ils sont tous deux éjectés dans des directions opposés...et sortent tous les deux du ring? Ce même ring qui s'étend sur plusieurs centaines de mètres? Comment les deux peuvent ils être éjectés en étant projetés dans des directions opposés? Ils ne sont pas même pas au bord du ring! C'est ridicule!

Et puisqu'on on est dans le ridicule, on trouve un autre beau moment gâché par le fan service qui ne veut rien dire et se moque d'une quelconque cohérence!
Tortue Génial intervient pour donner un dernier conseil à Goku...c'est un joli moment, sans aucun doute le plus fort de ce tournoi qui ne rime à rien. Là pour le fan service on est bien, on apprécie et ça justifie presque la présence de Tortue Génial dans ce tournoi...et soudain ce dernier va lutter contre Jiren et lui tenir tête sur quelques échanges!!! Mais là c'est du grand n'importe quoi! Le mec se déplace à une vitesse hors du commun, il peu détruire des planète avec ses poings et Tortue Génial évite ses attaques et encaisse un coup de poing sans mourir explosé? Encore une fois le fan service ne justifie pas tout, la cohérence devrait prévaloir...mais visiblement Toriyama / Toyotaro s'en foutent!

Puis arrive le moment que tout le monde attend, celui que la toile toute entière appelle "l'ultra instinct"...et on se retrouve avec le "réflexe transcendantal"?!? On va attendre la fin de l'évolution pour voir si le nom que tout le monde connaît va apparaître où si on va rester sur ce nom sorti de nulle part...en attendant Vegeta parvient au stade de "bleue pailleté"...donc tout va bien!

Le plaisir s'est transformé en calvaire...au moins on est sur que cet arc sans intérêt, qui ne nous a fourni aucun personnage à retenir (et certainement pas Jiren, certes puissant mais terriblement creux) prendra fin au tome suivant...
Que c'est triste!
  
  
Chronique 1
  
Le tournoi du plus fort bat son plein. Petit à petit, les plus faibles combattants sont éliminés, et il ne reste que les plus puissants de la compétition. De son côté, Freezer prend plaisir à jouer avec Caulifla et Kale, les deux femmes saiyan de l'univers 6. Mais l'inattendu a lieu lorsque Kale dévoile son vrai potentiel, et devient une guerrière que rien ne peut arrêter...

Le début du tournoi renouait légèrement avec l'ambiance qu'on connaissait auparavant dans les célèbres Tenkaichi Budokai du manga original d'Akira Toriyama. Beaucoup de dynamisme, énormément de personnages mineurs évincés dans le seul but de montrer les prouesses des figures principales... Le septième tome était plaisant à suivre, notamment parce qu'on savait que les grands enjeux de l'arc surviendraient sur cette suite.

Et pourtant, cette suite, elle n'est pas loin de la catastrophe en ce qui concerne du Dragon Ball. Le scénario initial de Toriyama, ponctué par quelques trouvailles de Toyotaro, regorge de bonnes idées, distillées ci et là. Mais le gros problème du volume, c'est sa manière de passer à la vitesse supérieure, concluant alors de manières expéditives bon nombre de situation. Le dessinateur nous proposait pourtant un départ sympathique avec la mise en avant des saiyan de l'univers 6, ce qui transpirait le fan-service sans être dérangeant, mais ce qui suit la métamorphose de Kale n'est qu'un immense échec. Toyotaro utilise cette idée pour amener directement le tournoi vers sa fin, et ne laisser que la poignée de concurrents robustes en lice. Pourquoi pas, le problème est que cela amène des situations grossières, et une forte impression de gâchis sur certains personnages, comme les Namek de l'univers 6 qui ont pourtant eu droit à un joli moment de gloire dans la version animée.

Et c'est sans doute à cause de la production de l'anime, et l'arrivée iminente du film Broly à l'époque, que Toyotaro a dû passer à la vitesse supérieure. On peut donc penser que le mangaka n'est pas entièrement fautif, même si on peut lui reprocher bien des choses pour ce 8e tome. Sa mise en scène très peu inspirée d'une part, aussi les combats ne génères que peu d'intensité. On trouve bien quelques cases réussies, mais peu de vraies séquences qui vont ressentir l'adrénaline de Dragon Ball. Difficile alors de croire en la puissance, a priori démesurée, de personnages comme Jiren si la mise en scène ne fait jamais sentir cette surenchère.
A côté, on trouve des idées traitées par dessus la jambe, à commencer par le réflexe transcendantal (ou Ultra Insinct, un terme très commercial heureusement évincé dans la version française du manga) qui arrive comme un cheveu dans la soupe. Enfin, il semble clairement que Toyotaro n'ait pas lu Dragon Ball depuis un moment. Certains développements de personnages, intéressants sur le papier, contredisent le manga de Toriyama. L'initiative de faire progresser Gokû, en jetant un regard sur son passé d'élève, est une excellente chose. Mais ici, le résultat sonne juste absurde.

Démarré de très bonne manière, l'arc de la survie de l'univers se dirige peu à peu vers le ratage complet. L'intrigue ne raconte pas grand chose, et bon nombre de développements sont soit expédiés, soit en contradiction avec le passé de Dragon Ball. Il y a fort à parier que Toyotaro ait dû abréger l'arc à cause de la production du film, on peut donc difficilement lui jeter totalement la pierre... Mais on sait que l'auteur a du potentiel, aussi on croise les doigts pour que l'arc du prisonnier galactique, qui démarrera dans le prochain opus, relève la barre de Dragon Ball Super.

On notera, aussi, des bonus intéressants pour ce 8e tome. Akira Toriyama revient sur sa manière de créer une histoire et des personnages, un avis du maître toujours intéressant. Enfin, on apprécie les quelques explications sur l'origine des personnages du film Broly. Bien que cette intrigue ne sera pas adaptée en manga, les fans apprécieront ces éléments de développement.
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

10 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

9 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News