Dragon Ball Super Vol.14 - Actualité manga

Dragon Ball Super Vol.14

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 29 July 2021

Chronique 2 :

Alors que le combat fait rage contre un Moro surpuissant, que même Goku ne parvient pas à contenir, Vegeta entre enfin en scène et utilise la pouvoir qu'il a appris durant son entraînement... Si dans un premier temps, personne ne voit de résultat flagrant, ils vont tous constater l'efficacité d'un Vegeta pénitent et plus motivé que jamais!

Ce qui aurait du être l'arc du renouveau est loin de tenir toutes ses promesses, la hype du début de l'aventure est vite redescendue du fait des maladresses de l'auteur et des facilités scénaristiques.
Cependant il faut bien admettre, que bien que Moro soit une chèvre, il demeure charismatique et nous offre de nouvelles propositions pour les affrontements, ce qui est vraiment une excellente chose...un peu de renouveau, c'est tout ce qu'on réclamait!

Dans ce tome, c'est Vegeta qui va voler la vedette dans un premier temps, il va nous dévoiler la technique qui nous est teasé depuis un moment, et il faut admettre que c'est une bonne idée.
Comme c'est le cas depuis le début de cet arc, tout ne repose pas que sur la puissance pure, ici Vegeta demeure inférieur à son adversaire, mais parvient malgré tout à prendre le dessus.
L'auteur va ici nous proposer une idée originale, qui vient contrer tout ce que Toriyama a mis en place ces dernières années, à savoir les absorptions, fusions et autres techniques du genre pour multiplier la puissance de façon indécente!
Soit c'est un coup de génie de la part de Toyotaro, soit c'est un pétard mouillé, et une fois cette partie terminée on n'entendra plus parler de cette technique (et en tout franchise je redoute la seconde option). Mais pour l'heure cela fonctionne et cela apporte là encore un peu de renouveau.
On a droit à un discours intéressant de Piccolo qui note le changement d'attitude de Vegeta, face à un Goku plus abruti que jamais! Et là c'est vraiment le plus gros défaut qu'on peut faire à Toyotaro (et peut être le seul de ce tome), c'est qu'il nous fait vraiment passer Goku pour le dernier des débiles...et ça fait vraiment mal au cœur que le personnage préféré de la plupart des lecteurs de manga soit aussi peu respecté. Depuis quand Goku affronte ses adversaires sans réaliser les enjeux qu'il y a derrière ses combats? Depuis quand ne fait il ça que par plaisir? Absolument ridicule! Et c'est d'autant plus grave si Toyotaro pense vraiment ça du personnage et c'est encore pire si Toriyama a laissé passer ça!

On a ensuite une belle intervention de Merus avant d'assister au retour de Goku qui franchi enfin le palier de l'Ultra Instinct (ou Réflexe Transcendantale...ma préférence va au premier terme, celui que j'ai utilisé pendant des mois voire des années avant que subitement le terme change). Et là encore nous assistons à deux affrontements rafraîchissants, avec des techniques qui change de ce à quoi on a pu être habitué!
Le seul regret c'est que Moro soit à ce point surclassé dans la dernière partie, qu'il n'y ait pas un minimum de challenge!

Nous avons donc là un volume intéressant, qui nous propose de nouvelles choses et qui vient marquer un nouveau cap dans la saga! Quel dommage que le titre respecte aussi peu ses personnages, ce qui a clairement pour effet de nous sortir de la lecture pour nous faire rager!
On attend désormais le prochain opus qui verra le début d'un nouvel arc!


Chronique 1 :

Alors que Moro domine le champ de bataille, Vegeta revient de la planète Yardrat avec une nouvelle technique que même Son Gokû n'a pu faire sienne autrefois : La dissociation forcée de l'esprit. Dans un intense combat, le prince des Saiyan soumet son adversaire en lui soustrayant l’énergie que le dévoreur de planètes a pu assimiler. L'affrontement est-il gagné pour nos héros de la Terre ? A moins que Moro ait un ultime atout dans sa manche ?

Plutôt sympathique, jonglant entre des affrontements divertissants, quelques points d'intrigue bienvenus mais aussi avec quelques facilités grossières, l'arc du prisonnier galactique approche de son climax avec ce quatorzième tome, et se conclura dans le prochain opus. Alors, la bataille finale fait face entre cet antagoniste, somme toute réussi dans son concept et dans son design, et un Vegeta dont la nouvelle technique permet de prendre l'ascendant sur son adversaire. Fruit d'un hasard fortuit, cette capacité est pile celle qu'il lui fallait pour défaire l'ennemi. C'est un peu simple mais qu'importe, voir le prince de la race Saiyan briller en combat procure son effet.

Évidemment, un ennemi ne pouvait être terrassé par Vegeta, aussi quelques retournements de situation supplémentaires viennent changer la donne. L'intrigue de Toriyama, flirtant avec quelques éléments déjà vus dans l'arc Majin Boo de la série mère, est à ce titre bien préparée, amenant la traditionnelle forme finale de Moro dont on regrette la fulgurante simplicité. L'originalité du côté bouc de l'adversaire était à saluer, et il est dommage que cette esthétique ait été gommée pour donner lieu à un antagoniste au design décisif bien plus quelconque. Le combat reprend alors de plus belle pour atteindre son apogée.

Aussi, on appréciera la grande mise en difficulté des personnages avec l'intervention providentielle d'une figure qui est bel et bien l'élément le plus intéressant de cet arc, si on fait exception de la rédemption de Vegeta qui trouve une conclusion honorable. Merus est un personnage attachant et brillant dans son background, et tout son combat propose des chorégraphies agréables et parfois novatrices au sein de Dragon Ball Super. A la fois Dieu, acolyte et mentor, son rôle ici est clairement le point le plus agréable de ce volume... Avant que le climax ne tombe dans la facilité.

Car la fin de cet opus est décisive, amenant une nouvelle progression de Son Gokû. C'était évident et l'idée, en soi, est assez juste, bien qu'elle méritera quelques explications dans le volume suivant. Néanmoins, le reproche que l'on peut faire à la midquel de Dragon Ball n'aura jamais été aussi virulent : Toriyama et Toyotaro se souviennent-ils de l’œuvre initiale ? C'est à se demander tant cet opus nous vend un héros qui se battait exclusivement par plaisir contre des ennemis robustes, découvrant ici qu'il a des gens à protéger, qu'il ne se bat pas seul. Pour les auteurs, l'esprit mature et paternel du personnage semble n'avoir jamais eu lieu, faisant passer le protagoniste pour l'ahuri qu'il n'était pas autrefois. C'est dommage car cela nuit à l'héritage de Merus alors que son rôle de mentor partait d'une très bonne idée, tandis que le volume propose quelques éléments intéressants en plus de séquences d'affrontements plus nerveuses que d'habitude.

Encore une fois, les défauts inhérents à Dragon Ball Super viennent gâcher la lecture. Ca n'en fait pas un mauvais volume, mais un tome qui ne gardera pas en mémoire pour ses aspects positifs, malheureusement. Pour une bataille finale d'arc d'un manga nommé « Dragon Ball », c'est assez dommage. Espérons alors que la fin de cette partie de l'histoire saura relever le niveau, et que l'arc suivant partira sur des bases prometteuses. Celles et ceux qui suivent la parution via Manga Plus savent ce qu'il en est, mais on n'en dira pas trop.
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

14.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

14 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News