Détective Conan Vol.12 - Actualité manga

Détective Conan Vol.12

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 03 August 2015

Chronique 1 :

Le professeur Agasa, l'inventeur farfelu et ami de Shinichi, organise une chasse au trésor pour les Detective Boys dans la vieille demeure de son oncle défunt qui doit être détruite le mois prochain. Alors que les enfants se mettent en quête du coffre à jouets caché quelque part par le professeur, Conan repère des indices indiquant qu'une personne a résidé dans cette maison après la mort du propriétaire. Au grand effroi des enfants, une autre personne y est aussi venue plus récemment et a saccagé les jouets qui devaient leur revenir. Conan est convaincu que la bâtisse cache encore un lourd secret. La clé de cette énigme est une série de messages codés figurant sur certains objets et ressemblant à des gribouillages laissés par un enfant. Avec l'aide du professeur et de ses camarades, le jeune détective va tout faire pour résoudre ce mystère, mais un étrange individu surveille ses moindres faits et gestes dans l'ombre. Un voile sombre s'apprête à tomber sur la demeure alors que la vérité est sur le point d'être révélée...

Après cette première aventure, Conan accompagne Ran et Kogoro à la journée de présentation des futurs produits de la célèbre société de jeux vidéo Mantendo. Le détective Mouri y est l'invité d'honneur, personnage central d'un tout nouveau jeu d'enquête dont il vient assurer la promotion en état d'ébriété. La journée s'annonce longue lorsque Conan tombe par hasard sur un mystérieux individu vêtu de noir nommé Tequila, complice des mêmes hommes en noir qui ont agressé Shinichi Kudo et qui sont responsables de son état actuel. Pensant avoir enfin retrouvé la trace de ses ennemis jurés, Conan espionne Tequila alors qu'il se rend aux toilettes avec une étrange mallette appartenant à la société Mantendo suite à une transaction douteuse. Contre toute attente, l'ouverture de la mallette provoque une gigantesque déflagration, tuant instantanément Tequila. Rageant d'avoir perdu sa nouvelle piste, Conan décide de retrouver l'employé à qui appartient la mallette piégée afin de lui faire cracher toutes les informations en sa possession, son ultime chance de retrouver les hommes en noir avant qu'ils ne repartent de nouveau dans l'ombre. Mais cette affaire s'annonce particulièrement périlleuse, ses adversaires ayant pour habitude d'effacer toutes traces de leur passage derrière eux. Cette histoire sordide sera t-elle à son tour recouverte d'un voile noir ?

Pour terminer, Conan se rend à un séjour organisé en l'honneur des plus grands fans de Sherlock Holmes grâce à un concours, Kogoro et Ran l'accompagnant pour l'occasion. A leur arrivée, l'organisateur leur annonce le début d'un jeu où seront testées leur connaissance de l'oeuvre de Sir Arthur Conan Doyle. L'heureux gagnant se verra remettre un exemplaire de la toute première édition du roman Une Etude en Rouge, réputée pour être l'oeuvre qui vit naître le personnage du célèbre détective. A la grande surprise de Conan, le détective lycéen Heiji Hattori est également de la partie, espérant y rencontrer de nouveau son rival Shinichi Kudo qu'un tel séjour ne peut qu'attirer. Malheureusement pour lui, Shinichi ne semble pas être du voyage. Alors que les différents participants attendent la venue de l'organisateur au cours du dîner afin de répondre à son ultime quizz, ce dernier surgit au volant d'une voiture, se dirigeant fatalement en direction d'une falaise. Malgré les efforts de Conan et d'Heiji, la voiture entame sa chute fatale, le corps se perdant en mer dans l'explosion. Les circonstances de la mort laisseraient penser à un suicide mais des éléments intrigants suggèrent le contraire. Alors qu'Heiji cherche à en savoir plus, il trouve Conan sur sa route, parvenu aux mêmes conclusions. Très vite, sa curiosité est attirée par cet étrange gamin qui semble être son égal en terme d'esprit d'analyse et de raisonnement, faisant le rapprochement avec les événements de leur précédente affaire. Alors que le meurtrier frappe de nouveau et que les occupants de la villa se retrouvent coupés du monde extérieur, Heiji commence à rassembler les pièces du puzzle et à reconnaître l'ombre de Shinichi Kudo derrière les raisonnements perspicaces et l'attitude faussement innocente d'un enfant que rien ne semble en mesure de pouvoir arrêter sur le chemin de la vérité. A l'issue de cette nuit d'effroi, il y aura peut-être plus d'une vérité dévoilée, au grand dam du jeune détective.

Voilà bien l'un des premiers grands tomes de la série, riche en surprises et apportant d'importants développements au niveau de la mythologie. En premier lieu, on nous raconte une histoire de chasse au trésor reposant sur un code à percer. Malheureusement, et c'était déjà l'un des défauts relevés sur certaines affaires précédemment, ce code relève d'une certaine compréhension des particularités de la langue japonaise que les lecteurs occidentaux ne possèdent pas forcément, cette énigme perdant alors presque tout son intérêt. Le lecteur ne peut alors que suivre le déroulement de cette affaire à travers les espiègleries des Detective Boys, même si l'éditeur Kana continue de fournir des efforts pour rendre cette intrigue aussi compréhensible que possible via de nombreuses notes. Cependant, même dans ce cas, il pourrait être difficile de tout comprendre sans un minimum de bases sur la langue japonaise tels que l'existence de différents syllabaires. Heureusement, le mystère en lui-même et sa conclusion réussie permettent de préserver l'intérêt du lecteur jusqu'à son terme et on reconnait aussi la volonté de l'auteur de développer davantage le personnage du professeur Agasa, jusque là simple soutien de Shinichi dans l'ombre, en lui donnant un rôle un peu plus actif dans la série.

La deuxième affaire vise encore plus haut puisqu'elle oppose carrément Conan à ses ennemis jurés, les hommes en noir. Inutile cependant d'espérer d'importants développements de l'intrigue principale puisque encore une fois notre héros ne fait que croiser leur chemin le temps d'une affaire sans qu'il y ait de véritable confrontation, l'auteur se focalisant pour le moment à construire une aura terrifiante et insaisissable autour des antagonistes avant les confrontations importantes qui auront lieu plus tard dans la série. Le mystère de cette intrigue repose essentiellement sur un tour de passe-passe qui n'est pas en soi particulièrement dur pourvu que le lecteur prenne le temps de bien y réfléchir et qu'il fasse preuve d'une bonne imagination, mais son intérêt principal demeure bien sur la présence des hommes en noir qui crée une véritable sensation de danger tout le long de cette aventure, l'auteur excellant toujours au niveau de la narration et de la mise en scène. Pour la première fois peut-être, les hommes en noir apparaissent comme des messagers de morts et on réalise que Conan va devoir prendre des risques énormes pour pouvoir les affronter sur leur terrain. Mais l'heure n'est pas encore venue...

Enfin, la troisième et dernière affaire s'avère particulièrement ambitieuse. Il s'agit d'une affaire de meurtres sur le concept habituel de Dix Petits Nègres impliquant de nombreux admirateurs de l'oeuvre de Conan Doyle. L'auteur n'hésite d'ailleurs pas à s'en amuser à travers les interactions entre les personnages, Conan Doyle devant être encensé comme un dieu vivant et les "profanes" comme Kogoro se retrouvant dans des situations bien cocasses face à cette vénération presque sectaire. L'affaire est en soi véritablement passionnante et remarquablement construite mais l'auteur base de nouveau le mode opératoire du tueur sur certaines connaissances scientifiques généralement peu connues du grand public qu'il détaillera en détail par la suite lors du dénouement. Là-dessus, on ne peut que constater que l'ambiance du titre commence à mûrir de manière significative, les enquêtes étant beaucoup plus construites qu'auparavant et s'appuyant sur toutes sortes de connaissances diverses, ce qui contribue à apporter un certain réalisme aux affaires. L'intérêt de cette intrigue est encore redoublé par la présence d'Heiji Hattori, le rival de Shinichi, qui commence désormais à soupçonner la véritable identité de Conan et qui est prêt à tout pour le coincer, surveillant le moindre de ses agissements et le fil de ses réflexions de très près. Alors que la révélation de la vérité d'une affaire est toujours la finalité d'une intrigue policière, le but recherché par le personnage du détective, ici elle devient paradoxalement une menace pour le jeune héros qui risque de voir son secret être dévoilé aux yeux de tous et qui va devoir trouver un moyen de parer la vigilance d'Heiji au moment de dévoiler ses déductions. Cette situation propre au manga de Gosho Aoyama apporte à cette intrigue une saveur très particulière, entre le côté décalé du titre et un suspense construit de manière intelligente et reposant toujours sur de bonnes ficelles narratives. On reconnaît là le génie et la maîtrise de la narration de cet auteur dans ses meilleurs moments et, si cet ambitieux mélange aurait facilement pu devenir confus vu la foule d'éléments traités, le résultat est une vraie réussite qui figure parmi les intrigues les plus mémorables et passionnantes de la série. Il nous faudra cependant attendre une nouvelle fois le volume suivant pour assister à sa surprenante conclusion et pour savoir si, oui ou non, la véritable identité de Conan n'est plus qu'un secret de polichinelle et ce qu'il en résultera. Le suspense est à son comble !

Au final, ce volume nous offre un vrai plaisir de lecture: souvent brillant, pensé avec une intelligence rare, et surtout incroyablement addictif. Ces affaires s'avèrent souvent passionnantes à suivre, notamment les deux dernières, et la sympathie intrinsèque à l'univers de Détective Conan et à ses personnages apporte de la magie à cette série policière d'un genre véritablement unique. On n'a qu'une hâte: que l'intrigue principale se mette à évoluer davantage au fil des tomes, mais il est clair qu'un univers d'une grande richesse commence à se mettre vraiment en place, annonciateur d'une suite qui s'annonce tout simplement grandiose.


  

Chronique 2 :

Le professeur Agasa emmène Conan et les Detective Boys dans un manoir familial pour qu’ils s’adonnent à une chasse au trésor. Si au départ l’idée était conçue de toutes pièces par le scientifique qui a caché un coffre à jouer, la petite bande se rend vite compte qu’un véritable trésor semble dissimulé. Seulement, ils ne sont pas seuls, et un malveillant individu rôde…

Nous voilà sur un tome typique de Détective Conan qui montre que l’œuvre peut montrer le meilleur d’elle-même, et ce même en enchaînant les affaires classiques. Ainsi, deux affaires complètes construisent ce volume ainsi qu’une troisième qui trouvera une conclusion en ouverture du treizième tome. L’idée de la réussite du tome vient de deux éléments : la variété de registre entre chaque affaire, puis la grandiose inventivité dont fait preuve Gosho Aoyama.

La première affaire présente une chasse aux trésors poussée à son paroxysme. L’alchimie opérée par le mangaka est une réussite puisqu’entre la quête du trésor très recherchée et la présence d’une réelle menace, ce petit arc allie la réflexion à l’angoisse. Cette fois-ci, la présence des Detective Boys ne dérange pas tellement puisque malgré leur présent, le ton donné est plus inquiétant, et la chasse aux trésors est suffisamment robuste pour ne pas rendre trop immature ces quelques chapitres. L’affaire est d’ailleurs particulièrement courte car composée de trois chapitres seulement, de quoi entretenir un rythme et une ambiance sans faire retomber le soufflé.

L’investigation suivant est tout aussi courte mais ne manque pas d’allure. A ce stade de la série, des personnages qui deviendront récurrents ont été introduits, mais l’intrigue générale fait du surplace et se contente d’être un prétexte à une succession de petites enquêtes. Pourtant, les Hommes en noir existent, et ce tome est là pour nous le rappeler. Prenant la forme d’une affaire classique, le scénario ramène les ennemis de Conan presque sur les devants de la scène. Dans l’immédiat, aucune révélation n’a lieu mais derrière cette enquête intelligemment menée, l’auteur nous montre qu’il n’oublie pas le point d’orgue de son récit. Certes, c’est simplement caresser les fans dans le sens du poil, mais ça fonctionne, et on ne désespère pas avoir affaire à un arc plus ambitieux sur les Hommes en noir d’ici quelques volumes.

Ce tome 12 se conclut pas une affaire plus longue et corsée qui ne s’achèvera qu’au tome suivant. Et ici, ce sont les fans de Sherlock Holmes qui seront servis puisque l’intrigue se situe au cœur d’un fan club de l’œuvre de Sir Conan Doyle ! Les références sont alors omniprésentes, mais cette investigation était surtout un challenge pour le mangaka afin de proposer un meurtre classique de prime à bord et nécessitant une réflexion bien plus poussée. Ainsi, quoi de mieux que de faire réapparaître le sympathique Heiji Hattori ? On a alors la preuve que même sur des affaires classiques, Detective Conan sait rester passionnant.

Toujours la même formule mais toujours une inventivité débordante de la part de Gosho Aoyama. Pourtant, ce tome n’est pas si éloigné de l’intrigue principale que ça, et ce même s’il propose plusieurs affaires indépendantes qui, pourtant, se renouvellent systématiquement et ont de quoi mettre les neurones du lecteur à rude épreuve.

  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
GlassHeart

18 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News