Danmachi - Sword Oratoria Vol.6 - Actualité manga

Danmachi - Sword Oratoria Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 15 September 2021

Chronique 2 :

Après s'être rendue seule dans le Donjon, Aiz a finalement rejoint le groupe d'aventuriers de la Familia d'Hermès commandé par Asphi, car l'aide de la si forte Princesse à l'épée ne sera sans doute pas de trop pour lever le voile sur le mystère des apparitions plus nombreuses de monstres. Tandis que, de leur côté, Lefiya, Bête et Filvis poursuivent leur route pour essayer de rattraper Aiz, le groupe atteint le garde-manger du 24e sous-sol et, en l'observant, comprend que le problème ne vient pas d'un nombre croissant d'apparitions de monstres mais d'une migration de ces derniers pour trouver à manger, le garde-manger du 24e sous-sol étant devenu mystérieusement inaccessible. En poursuivant leurs investigations, Aiz, Asphi et leurs camarades finissent par pénétrer dans une partie du donjon jusque-là inexplorée, où ils ne tarderont pas à tomber sur des ennemis particulièrement coriaces: plantes carnivore, évocation des Fils de la Nuit, mystérieux ennemis encapuchonnés qui n'hésitent pas à jouer les kamikazes... sans oublier Levis, la fameuse dresseuse aux cheveux rouges qui a auparavant vaincu Aiz, qui a évoqué le nom de sa mère Aria, et qui est bien décidée à se frotter encore à notre héroïne en la séparant du reste du groupe.

Ce sixième volume de DanMachi - Sword Oratoria va alors jouer sur trois tableaux différents, dont l'un concerne évidement Aiz, qui se retrouve rapidement séparée de la familia d'Hermès pour livrer un nouveau duel contre la redoutable Levis. Loin d'être achevé à l'issue du tome, ce nouveau combat serait presque au second plan pour le moment en n'occupant pas tant de pages que ça, mais il reste efficacement entretenu par quelques échanges de coups prometteurs, témoignant bien de la force des deux adversaires, et où Aiz montre qu'elle a encore un peu évolué depuis son premier affrontement contre Levis, parce qu'elle a monté de niveau bien sûr, mais aussi car, suite à ses observation du duel de Finn contre levis, elle a bien compris qu'il lui faudra moins compter sur Ariel que sur ses talents purs à l'épée.

Peu en vue lui aussi en n'occupant que quelques pages, l'axe centré sur le trio Lefiya/Bête/Filvis reste néanmoins intéressant et bien entretenu en s'intéressant vite et bien à l'évolution de ce petit groupe qui, au départ, semblait difficilement s'entendre, surtout entre Bête qui s'emporte très facilement et Filvis qui ne semblait aucunement vouloir nouer de liens. De fil en aiguille, cette dernière et Lefiya se sont pourtant rapprochées, pour la plus grande joie de l'elfe de la Familia de Loki. Mais au-delà de ça, Lefiya prend également conscience qu'elle peine à se protéger elle-même, et qu'elle doit donc devenir plus forte.

Finalement, l'axe occupant la majeure partie du volume vient de celui centré sur la Familia d'Hermès. Un petit paquet de nouvelles têtes venant de faire leur apparition, le mangaka Takashi Yagi s'applique d'abord, vite et bien, à présenter un petit peu plus certains d'entre eux: le prum Pock qui peine à avouer son admiration pour Finn, la magicienne prum Meryl qui serait une grande promesse pour son peuple, Kicks et son amour inavoué pour sa commandante... sans oublier Luluné, que l'on connaissait déjà un peu, mais dont on découvre ici les talents d'orientation. La petite équipe d'aventuriers intermédiaires se fait alors facilement vivante et attachante... ce qui a forcément pour effet d'accentuer la tension quand l'heure est venue pour eux de passer à l'action, dans une bataille de grande ampleur dont tout le monde ne pourra ressortir indemne. Et c'est précisément là que le récit fait fort: l'affrontement tourne en une véritable bataille chaotique contre des ennemis nombreux et difficile à vaincre (surtout ceux n'hésitant pas à se faire exploser), et dont le déroulement se veut assez sombre, épique et dramatique, au gré notamment de certains focus plus personnels concernant ces aventuriers auxquels on vient tout juste de s'attacher. Entre grands moments de classe (aaah, Asphi et ses objets magiques), actes de bravoure presque fous et grands moments tragiques de sacrifices, les auteurs malmènent autour leurs personnages que le lecteur.

Sword Oratoria atteint alors ici une intensité jusqu'à présent inégalée dans la série, et il ne s'agit que d'un début. Les affrontements sont encore loin d'être finis à l'issue de ce volume, et les dernières pages nous préparent efficacement pour une suite qui devrait encore gagner un niveau.


Chronique 1 :

Le labyrinthe est en proie à un phénomène aussi étonnant que dangereux : Des invasions de monstres inhabituelles. Aiz se joint alors à des aventuriers de la familia d'Hermes et se rend au 24e sous-sol, tandis que Lefiya, Wolf et Filvis mènent leur enquête de leur côté. Les aventuriers font face au garde mangé de l'étage, bloqué, justifiant les invasions diverses de monstres qui ne parviennent plus à se ravitailler. Sur place, des ennemis attendent le groupe, l'exploration virant à l'affrontement général. De son côté, Aiz fait face à Levis, cette guerrière aux cheveux rouges qui semble confondre l'aventurière avec sa mère...

L'arc actuel de Sword Oratoria poursuit son bonhomme de chemin, le récit de Fujino Omori évoluant vers plus d'intensité que pour le tome précédent. Cette nouvelle aventure ayant introduit bon nombre de nouveaux personnages, il était logique de les présenter au compte-goutte, l'intention étant de rendre ces aventuriers intermédiaires intéressants, et créer une empathie à leur égard. C'est un point que le début de ce sixième tome traite avec pertinence, renforçant les rapports parmi les membres de la familia d'Hermes. Cette empathie crée, alors l'arc peut entrer dans le vif du sujet, et nous secouer.

Car sans grande surprise, l'exploration vire à la bataille dantesque quand ces aventuriers sont séparés d'Aiz. Tandis que l'héroïne fait logiquement face à son ennemie attitrée, Levis ce sont finalement ses compagnons de route qui font face à plus de difficultés, s'opposant alors à des mercenaires n'hésitant pas à sacrifier leurs vies pour causer un maximum de dégâts. Dès lors, le combat se détache de toute option héroïque pour devenir un champ de bataille quasi cauchemardesque, sur lequel chaque combattant peut y laisser la vie à tout instant. La démarche d'introduction de cet arc prend alors plus de force puisqu'après s'être attachés à des compagnons parfois presque ordinaires, les voir jouer leur vie à tout instant et succomber à un quasi désespoir se révèle marquant. Certains moments sont assez rudes, donnant à Sword Oratoria une dimension plus sombre que pour les débuts de la série d'origine.

A côté de ça, les périples respectifs d'Aiz mais aussi du trio Lefiya, Wolf et Filvis semble plus secondaire. Du côté de ce second groupe, on apprécie néanmoins le développement accordé à l'elfe qui se rend compte de son manque de force. Alors, le retournement de situation de fin de tome arrive à point nommer, à la fois pour faire basculer l'atmosphère mais aussi pour permettre à ces trois personnages de tenir un rôle sur le champ de bataille, alors que la « princesse à l'épée » reste aux prises avec cette mercenaire aux cheveux rouges. Toutes les promesses d'un septième tome intense sont là, l'intérêt du lecteur étant focalisé sur le sort de tous ces aventuriers, mais aussi sur les potentielles révélations que pourrait amener l'opposition entre l'héroïne et son adversaire.

Un sixième tome effrené et qui ne nous épargne guère, mais qui confirme tout le bien qu'on pouvait penser de Sword Oratoria, spin-off qui n'a rien d'opportuniste et qui sait à la fois narrer sa propre histoires, mais aussi planter des intentions différentes que dans DanMachi.
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News