Clannad Vol.1 - Actualité manga

Clannad Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 30 January 2013

i le nom de « Clannad » est connu, c’est avant tout à un anime auquel la plupart des gens pense. Reconnu dans le monde de la japanimation, il a fait de nombreux fans et il en existe aussi une version jeux vidéo. S’il est aussi apprécié, ce n’est pourtant pas vraiment pour le résumé de la chose, très classique. C’est un manga tranche de vie, du genre qui nous fait vibrer, rire, pleurer sur des thèmes très classiques. Tomoya Okazaki est un lycéen assez classique, sauf qu’il est, avec son ami et collègue Sunohara, connu comme le délinquant de son lycée. Les deux jeunes gens sont assez craints mais pas forcément respectés, dans leur classe et dans le lycée tout entier. Un jour, Tomoya rencontre Nagisa Furukawa en se rendant au lycée. Elle est seule, sur la route principale, sous les cerisiers en fleurs et … elle parle toute seule. Elle est tout comme lui en terminale et semble porter un lourd fardeau, au vu de son visage triste. Tomoya va étrangement être attirée par elle et faire en sorte de découvrir ce qui la rend si nostalgique. Être restée neuf mois absente du lycée l’a obligée à voir tous ses amis partir avant elle, et elle se retrouve seule dans un quotidien angoissant et plein de doutes. Tomoya lui aussi n’est pas tout à fait à l’aise dans ce lycée, et encore moins dans son statut de délinquant qui lui colle à la peau comme s’il l’était vraiment.

Ce qui est intéressant dans ce manga c’est qu’il ne se passe … rien. La rencontre de Nagisa et Tomoya est totalement inintéressante, en soi, et c’est ça qui nous plait. Les deux jeunes gens sont perdus dans leur adolescence et souffrent au quotidien. Ils vont mutuellement se lécher leurs plaies et retrouver goût à la vie grâce à l’autre. Nagisa apporte fraicher et ouverture d’esprit à Tomoya, tandis que ce dernier va la pousser à réaliser ce dont elle rêve, à savoir son club de théâtre. Ensemble ils avancent sur un chemin semé d’embûches qu’on devine avoir pour but l’âge adulte. Ils se rapprochent et dépendent peu à peu l’un de l’autre. Tomoya est en souffrance chez lui et vit une situation difficile avec sa famille qui n’en est plus une. Ce qui est à l’opposé de Nagisa qui a une famille aimante, un peu tarée sur les bords, mais joyeuse et vive. Elle est entourée chez elle à l’inverse de son camarade, et ce sera l’occasion pour elle de lui faire découvrir cette immense joie. Autre qualité de ce premier tome, la richesse des personnages. Car ce qu’il se passe de plus marquant, c’est la découverte des autres par deux personnages renfermés qui, seuls, n’auraient jamais osé se dévoiler ainsi. C’est clairement une qualité d’avoir créé autant de protagonistes différents et hauts en couleur. D’autres diront qu’ils sont totalement fous. Ce qui est en partie vrai, et assez surprenant au premier abord, voire dérangeant vu une demoiselle et ses étoile en bois … Bref. L’ambiance et l’environnement dans lequel les héros évoluent est assez difficile à saisir encore, pour le moment, mais on ne doute pas que les choses s’arrangeront.

Si Nagisa n’a rien de bien original, ce qui nous plait c’est sa capacité à atteindre le très stoïque Tomoya. Elle a un pouvoir très délicat qui nous séduit nous aussi peu à peu … même si l’histoire manque de cohérence et de stabilité pour l’instant. Dommage que les dessins ne suivent pas tout à fait. Le graphisme est assez basique. Et le point le plus dérangeant pour une histoire qui met en valeur la pluralité des personnages et notamment des jeunes filles, c’est que toutes les demoiselles se ressemblent et ont les mêmes traits. De même, les émotions passent difficilement par les dessins alors qu’elles sont bien là dans l’histoire. Il manque quelques arrières plans et les choses sont assez lambda dans la représentation de tout ce petit monde. En bref, un petit premier tome qui n’a pour le moment rien d’exceptionnel mais qui se lit bien. C’est sympathique mais dans ce genre d’histoire il faut toujours attendre, le temps de découvrir les secrets des personnages, leurs vies.


NiDNiM


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
NiDNiM

14 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News