Chef de Nobunaga (le) Vol.11 - Actualité manga
Chef de Nobunaga (le) Vol.11 - Manga

Chef de Nobunaga (le) Vol.11

Rédaction
Lecteurs
18 /20

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 05 Août 2016

Nobunaga a réussi à se défaire de l’un de ses plus grands ennemis, le shogun. Une fine ouverture s’offre dès lors à lui pour qu’il puisse commencer à se débarrasser une bonne fois pour toute de tous ses opposants qui ne cherchent qu’à causer sa perte. Nagamasa Azai, son beau-frère, est le prochain sur sa liste... Pendant ce temps, Kaede a été découverte. Le dirigeant de l’Ishiyama Honganji, ennemi juré de Nobunaga, sait à présent qu’elle est une espionne à la solde d’Oda.

Ici, il n’est pas question pour Oda Nobunaga de se débarrasser d’un ennemi qui lui est étranger. Il s’agit bien de s’en prendre à ses propres proches qui s’évertuent, peu importe ce qu’il fait, à s’opposer à lui. Mais le leader révolutionnaire est bien décidé à passer à l’attaque. Il charge néanmoins Ken de transmettre un dernier message à l’encontre de son beau-frère. Mais ce message aura-t-il l’impact escompté quant on sait que toutes les tentatives auront été vaines. Azai ainsi que sa femme Oichi sont bien décidés à connaître un destin tragique si jamais ils devaient perdre. Comme à son habitude, on salue la subtilité et la pertinence de la cuisine de Ken, qui ne se montre jamais clichée ou répétitive. Elle se fond et s’adapte à merveille au contexte auquel on lui prête. De l’autre côté, l’intrigue du chef de Nobunaga ne cesse de s’étoffer, de se complexifier et d’amorcer une voie où le sang ne semble plus s’arrêter de couler. Au-delà du sang, ce sont surtout les enjeux et les choix difficiles auxquels sont confrontés les personnages qui rendent la situation dramatique et désespérément fataliste. Nobunaga et Ken tentent d’atténuer les funestes destinées de certains, mais ils savent qu’ils n’ont parfois pas le choix que d’en arriver à certaines extrémités. Non pas parce qu’ils le veulent, mais parce qu’autrui ne leur laisse pas d’autres options.

Les enjeux diplomatiques se tendent, les conséquences du bras de fer entre les différentes forces du Japon commencent à se faire ressentir, certains personnages se retrouvent dans une situation délicate qui ne tient plus qu’à un fil, la nouvelle réalité qui s’établit doucement mais sûrement laisse un arrière-goût amer pour ceux qui continuent à vivre... Le chef de Nobunaga avance irrémédiablement vers une destinée sombre mais diablement jouissive et intrigante. Mitsuru Nishimura et Takuro Kajikawa tiennent notre cerveau et notre cœur en haleine grâce à leur vicieuse maîtrise du scénario et du suspens. Comme toujours, redoutable !

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
titali
17.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs